S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Désamorcer les conflits au travail !

Désamorcer les conflits au travail !



Durant les périodes normales comme en temps de crise, comme c’est le cas avec l’épidémie Covid19, les conflits au travail figurent parmi les dossiers les plus fréquents des gestionnaires et des professionnels en ressources humaines. Quels seront les impacts du confinement sur la mentalité et les comportements des membres du personnel qui reprendront le travail prochainement ? Comment prévenir les prochains conflits qui vont surgir dans l’administration publique et les entreprises en Haïti avec le déconfinement partiel ou total ?

De l’exclusion à l’affrontement, en passant par la formation des clans, pour atteindre l’escalade et l’éclatement, qui conduiront à la rupture, ce sont parmi les étapes reconnues dans la fabrication (planifiée ou involontaire) des conflits au sein de nos groupes et institutions.

Des problèmes personnels (émotionnels, économiques, estime de soi, équilibre familial, etc.) viennent souvent s’ajouter dans le cocktail des difficultés rencontrées dans l’environnement de travail en dehors des commérages, des « Tripotay » ou des « Yo di », rendant ainsi l’espace inconfortable, stressant ou frustrant ou non, suivant chaque secteur d’activité. Ces réalités se construisent en fonction des modèles de leadership (formelle et informelle), suivant les profils de chaque poste et d’une période à une autre.

Dommage que dans beaucoup de circonstances, particulièrement dans les administrations haïtiennes et les ONG, la personne qui va servir de déclic au conflit ou ses alliées solidaires, marginalisées ou manipulées, n’ont d’autres choix pour défendre leurs droits, que d’utiliser l’une des cinq voies suivantes : le négociation avec les plus hauts responsables, les services des syndicats, l’assistance d’un parrain politique pour influencer les leviers, les options spirituelles ou ésotériques, et enfin, l’artillerie des violences jusqu'à la sentence capitale.

Diminution du rendement de l’équipe, perte de temps et d’énergie chez les personnes concernées, destruction des matériels ou équipements de l’institution dans certains cas, arrêt de travail ou démission, sont parmi les conséquences que les conflits de travail imposent le plus souvent, quand ils ne sont pas prévenus à temps en amont ou en aval, par les responsables.

Dynamique sociale et institutionnelle transversale, les conflits naissent toujours à partir des jeux d’intérêt entre les membres d’une même équipe-travail. De la complémentarité à la compétition, la confiance constitue le ciment pour harmoniser les relations au travail.

Dans certains cas, des conflits au travail sont provoqués par certains membres de l’institution de façon volontaires, pour aboutir à l’affaiblissement ou le renvoi d’un des membres du personnel, qui va jusqu'à tomber dans le piège. À qui profite cette crise ou ce conflit véritablement ? Comment éviter de ne pas tomber dans de telle situation critique ?

Dans un ouvrage écrit par la psychologue organisationnelle, Gislaine Labelle, titré « Comment désamorcer les conflits au travail », l’auteure nous propose des pistes pour détecter les tensions naissantes et prévenir l’escalade. Exercer son leadership en situation de crise et entretenir un climat riche et harmonieux.

Déceler les signes précurseurs d’un conflit ; diagnostiquer à quel stade du conflit se trouve votre équipe ; échapper aux conséquences fâcheuses d’un leadership exercé trop tardivement ; différencier un conflit de personnalités d’un conflit d’équipe et intervenir rapidement afin de prévenir la formation de clans et la détérioration des relations de travail sont parmi les points qui constituent la méthodologie proposée par l’auteure consultante en efficacité organisationnelle.

Décelez une légère tension entre deux collègues de travail ou que vous soyez à x prises avec une grave crise affectant toute votre équipe, n’attendez pas, nous conseille Labelle, à prendre le taureau par les cornes : « Adoptez les bonnes attitudes et faire les gestes adéquats pour résoudre un conflit ; entretenir un climat agréable et harmonieux au sein de votre service. Pour sauver votre équipage ».

Dans certains cas, il faut reconnaitre que les conflits sont utiles et positifs pour l’entreprise. Elle favorise un certain nombre de changements et parfois même un chambardement de tout un système de travail et des jeux d’intérêts, des uns et des autres, en termes de progression et de promotion (verticale et horizontale) dans l’organigramme du travail.

Depuis toujours, l’exclusion d’un individu ou d’un groupe figure parmi les causes qui occasionnent souvent des situations de conflit au sein de nos institutions. Pour diverses raisons, les plus sensées comme les plus superflues, certains membres au sein d’un même service ou d’une direction, ou dans l’institution tout simplement se voient exclure tant des activités que dans la liste des bénéficiaires de certains privilèges. Pourquoi et comment empêcher que ces situations ne provoquent pas des scènes de révoltes ?

Déminer les espaces de travail, désamorcer les conflits dans l’environnement immédiat, cela demande un sens de l’observation poussée, pour voir entre les détails et les subtilités, les mouvements et les déplacements opposés, les tensions et les confrontations graduelles avant que la crise éclate au grand jour dans l’administration.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [1076]