S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le grand défi du retour à l’école !

Le grand défi du retour à l’école !



Les écoles se préparent pour la grande réouverture du 10 août prochain. Une réouverture annoncée par le ministre de l’Éducation nationale avec en arrière-plan l’ombre menaçante du coronavirus. Il a fallu cependant renouer avec la formation de centaines de milliers d’élèves sur le territoire, en dépit de la présence mortelle de la maladie. Ici et là, les experts de la santé craignent une résurgence encore plus violente du virus qui fait des ravages aux États-Unis et au Brésil.

Haïti est un des pays les moins atteints, en dépit des chiffres très conservateurs publiés par le ministère de la Santé publique. Mais l’hécatombe n’est pas arrivée. Le Gouvernement a réagi très vite dès les premiers cas en fermant rapidement les lieux publics. Cela a sûrement contribué à freiner la propagation vertigineuse que l’on a observée dans d’autres pays.

Les équipements commandés par le gouvernement ont mis du temps à arriver, mais la campagne médiatique ne s’est jamais vraiment arrêtée. Les hommes politiques de tous bords et la société civile se sont engagés pour faire face à la menace nationale. Dans les moments de grandes catastrophes, les Haïtiens savent faire front commun. C’est donc cette union dans le malheur qui a su faire bloc et nous épargner, jusqu’à présent, des dégâts que connaissent d’autres pays plus puissants et de loin plus équipés.

D’autres facteurs ont dû jouer en notre faveur, le climat et surtout les innombrables secrets d’une médecine traditionnelle que nous persistons à ne pas considérer à sa juste valeur. Sans tomber dans aucune forme de folklorisme, il existe pour l’Université haïtienne des pistes intéressantes de recherche à explorer en ce qui concerne nos plantes et nos « thés » traditionnels. Nous avons appris qu’une commission mise en place par le Rectorat de l’Université d’État se pencherait sur la question. Mais il faut des moyens financiers et un support effectif de l’ensemble de la société pour combler nos trop nombreuses lacunes dans la recherche scientifique.

Le Coronavirus est une occasion de repenser un système de santé faible et anachronique. Les équipements commandés pour l’occasion vont sûrement aider à relever le niveau des services. Mais il faudra aussi penser à la qualité des soins, au professionnalisme des soignants, à leur sens de responsabilité, à leurs conditions de travail.

De ce point de vue, l’éducation est un enjeu fondamental. Une population plus éduquée comprend mieux les ravages que peut faire un tel virus, même si cette assertion n’a pas été vérifiée dans certains pays pour des raisons politiques. En Haïti, elle demeure d’une brûlante actualité.

Aussi, l’école a-t-elle un rôle important à jouer dans la formation académique de nos jeunes, mais aussi leur éveil aux questions environnementales et virologiques.

Un protocole sanitaire est publié au niveau des instances du ministère de l’Éducation en partenariat avec des associations de la grande communauté éducative. Des écoles ont commencé à installer des points d’eau avec du savon un peu partout dans les cours de récréation, et ont débuté avec la formation de leurs personnels d’encadrement des élèves. Dans ce sens une collaboration stricte est requise entre responsables d’écoles et parents d’élèves. Le lavage des mains, la prise de température à l’arrivée des enfants dans la cour de l’école, la réduction des effectifs dans les salles sont parmi les gestes-barrières les plus discutés dans les milieux scolaires. Toujours est-il que les parents doivent se garder d’envoyer à l’école des enfants fiévreux et continuer à la maison avec le respect des gestes-barrières, tout un nouveau savoir-être à maitriser. Ces mesures seront difficilement applicables sur l’ensemble du territoire, compte tenu du caractère pléthorique de la plupart de nos salles de classe. Toutefois, l’inspection scolaire a ici un rôle phare à jouer dans le contrôle et l’effectivité desdites mesures.

Le nettoyage et la désinfection des locaux de nos lycées pourraient être pris en charge par les pouvoirs publics, compte tenu de la pauvreté de leurs moyens.

Le retour à l’école est un défi national qui doit être relevé par l’ensemble de la société pour éviter la chronique d’une catastrophe annoncée, comme on l’a vécu dans trop de cas trop fréquents.

Roody Edmé




Articles connexes


Afficher plus [1143]