S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Choc et stupeur

Choc et stupeur



La mort brutale du bâtonnier de l’Ordre des avocats est un pas franchi dans l’ensauvagement de notre pays.Quelque temps avant son assassinat, l’homme exprimait toute son inquiétude face au dépérissement de nos institutions et à la crise des valeurs qui couvrent la société du voile noir de l’anarchie.

La vague d’émotion soulevée par ce meurtre crapuleux n’arrêtera sûrement pas les vampires qui « du sang de leurs victimes croissent et se fortifient ». Ils sont bien décidés,toutes mafias confondues, à transformer notre pays en un enfer tropical. Ils n’ont aucun brin de patriotisme et ne sont nullement gênés que l’espace haïtien soit qualifié d’infréquentable.

Le délitement du lien social, l’absence d’espaces publics, de lieux de rencontres citoyens, de salles de cinéma et d’autres endroits sains de loisirs creusent les distances sociales et raffermissent les méfiances.

La misère abjecte qui s’étend comme une irrésistible marée noire éteint chez certains individus toute trace d’humanité. Mais ce ne sont là que d’inquiétants indicateurs sociaux qu’un sociologue comme Laënnec Hurbon se penche avec rigueur pour tenter de comprendre les facteurs criminogènes qui plombent notre vie sociale.

Il faut aussi et surtout prendre en ligne de compte, la légendaire faiblesse de nos institutions. Elle met à nu, chaque jour, un État frappé d’impuissance, incapable de remplir ses fonctions régaliennes. Le président de la République a annoncé vouloir recourir aux forces armées pour confronter un banditisme hégémonique. On peut se demander si de jeunes soldats non dotés d’armes offensives et inférieurs en nombre à cinq cents peuvent combattre efficacement des bandes armées entrainées et suréquipées. Ces groupes violents qu’on a laissés paresseusement et par laxisme complice se multiplier sur le territoire et prendre le contrôle de nos archipels de misère font aujourd’hui la loi. Celle de la « banalisation du crime » et de l’assassinat en bandes organisées.

Le fait que ces groupuscules, dotés d’armes modernes qu’ils brandissent sur les réseaux sociaux comme des joujoux à Noël, puissent se mouvoir le long de nos corridors et d’un point à l’autre de la ville, dans une parade d’enfer, interpelle la conscience de tous.

Les crimes qu’ils commettent parfois contre femmes et enfants sont d’une rare violence et relèvent d’une grave pathologie sociale !

Qui donc a intérêt à ce que ces « soldats », qui portent la misère à leur cou comme un collier, soient mieux équipés que les forces légales et lâchés sur nos villes comme des vautours qu’on a volontairement affamés ? Comment va-t-on organiser de bonnes élections dans un climat social à couper au couteau ? Comment un citoyen « armé » seulement de son bulletin de vote va-t-il faire face à des desperados équipés de kalachnikov ou de fusils d’assaut AR75 ?

Ce sont là des questions profondes qui ne concernent pas uniquement ceux qui sont au timon des affaires, mais l’ensemble de la société civile, les églises, les pratiquants du vaudou, les partis politiques. Car la menace est grande et chaque jour plus sanglante.

Un professeur d’histoire lança un jour cette triste boutade : « Si le monde est une vallée de larmes, notre pays est le coin le plus arrosé ».

Roody Edmé




Articles connexes


Afficher plus [1108]