S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

De grandes incertitudes

De grandes incertitudes



L'année 2020 s'en va, mais les multiples crises ayant rongé le monde demeurent. La nouvelle année qui vient de débuter a charrié les séquelles de l'année écoulée. L'humanité peine encore à trouver la bonne formule pour juguler la crise sanitaire engendrée par le virus SARS COV-2 qui devient de plus en plus menaçant à travers de nouvelles souches. En effet, aucun des problèmes rencontrés en 2020 ne s'arrête au 31 décembre. 2021 s'en vient avec les mêmes soucis de l'an dernier et ses lots d'incertitudes.

En Haïti, les perspectives n'augurent rien de bon pour la nouvelle année. Les lignes ne semblent pas bouger d'un iota. À l'approche de la date fatidique du 7 février, les violons ne s'accordent toujours pas entre les acteurs politiques de l'opposition et le pouvoir en place. L'accord minimal tant souhaité en 2020 reste un vœu pieux en 2021. Pourtant, par ce consensus, le pouvoir et l'opposition sauraient quoi faire et épargneraient le pays de cette situation anxiogène.

Loin de toute idée de dialogue, chacun essaie d'élaborer son propre calendrier. Le président de la République Jovenel Moise, pour sa part, maintient son agenda avec 3 grands chantiers comme axes programmatiques. Il l'a clamé haut et fort dans son discours du 1er janvier 2021. Le changement de la Constitution, la tenue des joutes électorales et l'électrification du pays constituent la toile de fond du reste de son mandat qui devrait, à son avis, se terminer le 7 février 2022.

L'opposition, qui se cherche à se renforcer, prépare déjà le départ du président de la République le 7 février prochain. Avec ces positions antagoniques exprimées par le pouvoir et l'opposition, il y a lieu d'être inquiets pour l'avenir de la Nation. Personne ne sait ce qui va passer le 7 février avec ou sans le départ du président de la République. Dans cette situation de grandes incertitudes, les acteurs, à défaut de pouvoir dégager le consensus minimal entre eux, se remettent à la communauté internationale.

Alors que l'opposition a adressé une correspondance à l'Organisation des États américains (OEA) pour dénoncer les dérives et le comportement antidémocratique du pouvoir, l'Exécutif à travers le ministre des Affaires étrangères continue son opération de lobby auprès des organisations internationales. « Le secrétaire général a réitéré le support de l’OEA au processus électoral afin de renouveler le personnel politique et que le président Jovenel Moïse soit remplacé par un élu le 7 février 2022 », a rapporté le chancelier haïtien à la suite d'un échange avec Luis Almago, SG de l'OEA.

Pendant que les acteurs nous laissent dans l'expectative sur la situation politique du pays, le tableau est sombre pour les autres secteurs de la vie nationale. L'insécurité bat son plein. Les voyants économiques, comme c'était le cas en 2020, sont au rouge. Selon les données communiquées par l'économiste, Camille Chalmers, les exportations ont baissé d’environ 23 %, des milliers d’emplois ont été perdus, l’inflation est toujours à la hausse, soit 23 %, et le PIB s’est contracté de -3 %. Et le déficit budgétaire est passé à 8,6 % du PIB, contre 4,6 % en 2019. Ces indices de l'économie nationale en 2020 pourraient s'aggraver davantage en 2021 au cas où la situation politique se dégénérerait comme en 2019 avec les multiples épisodes de pays lock.

Entre la recrudescence du coronavirus (avec la découverte de nouvelles souches en Angleterre et en Afrique du Sud), l'insécurité galopante et la crise politique en gestation, un cocktail explosif nous épie. Comme dit le vieil adage, les grands hommes se sont révélés dans les moments difficiles, osons espérer un miracle de la part des responsables (du pouvoir ou de l'opposition) pour éviter au pays de sombrer dans le chaos.

Noclès Débréus




Articles connexes


Afficher plus [1190]