RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Place au leadership feminin

Place au leadership feminin



La lutte pour le respect des droits humains est un combat de tous les instants partout dans le monde. La lutte pour le respect des droits de la femme est encore un plus grand combat dans une société fortement marquée par le patriarcat. Cette année, à l'occasion du 8 mars ramenant la commémoration de la lutte pour le respect des droits de la Femme à travers le monde, il faut saluer le courage de la gent féminine qui ne cesse de se battre pour le respect de ses droits.

Elles sont nos mères, nos sœurs, nos épouses, nos filles, nos amies. Elles sont source de vie. Bref, elles sont femmes.Véritables pièces maitresses.Incontournables, à la limite même de l’indispensable. Pourtant, elles sont souvent reléguées au second plan ou minoritaires dans les sphères où sont prises les grandes décisions. Dans les pays sous-développés, elles se sont vues attribuer le simple rôle de gestionnaire de maison. En dépit des efforts qui sont en train d'être faits pour propulser des femmes à des fonctions de grandes responsabilités un peu partout dans le monde, les femmes sont encore considérées comme des êtres faibles, surtout dans les sociétés en voie de développement.

Cette année, les Nations unies, à travers Onu-Femmes, ont commémoré la Journée de la Femme autour du thème « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ». À travers cette célébration, elles entendent saluer les efforts considérables déployés par les femmes et les filles partout dans le monde pour façonner un futur et une relance plus égalitaires suite à la pandémie de Covid-19.

Ce thème légèrement modifié a été repris en Haïti de cette manière « Leadership féminin pour un futur égalitaire et paisible en Haïti dans un monde de la Covid-19 ». Se posant en promoteur du leadership féminin, l'ONU croit que l'intégration des femmes au niveau politique, économique, administratif et communautaire pourrait servir de levier d'accélération pour la réalisation des objectifs de développement durable.

Vingt-six ans après l'adoption de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, et plus de deux décennies après l'adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, les Nations unies disent avoir constaté qu'Haïti a réalisé des progrès importants dans la promotion du leadership féminin. Toutefois, elles relèvent encore de nombreux obstacles systémiques, institutionnels, culturels, comportementaux et financiers.

À ce stade, au-delà des discours souvent creux des dirigeants, la société entière doit faire sienne cette lutte pour éliminer les clichés et ignorer les considérations sexistes quand il s'agit de prendre des décisions.

Le mot « paisible » inséré dans le thème en Haïti revêt une importance capitale dans ce contexte politique délétère et un climat de grande criminalité. Les femmes sont souvent victimes de viol. La jeune écolière Évelyne Sincère a été tuée après avoir été séquestrée et battue. Récemment, une fillette de cinq ans a été kidnappée, puis tuée, car ses parents n'avaient pas pu s'acquitter des quatre mille dollars US réclamés comme rançon par ses ravisseurs. Beaucoup de cas similaires ont été recensés par les organismes de défenses des droits humains. Malheureusement, rien n'est fait pour fermer la vanne. On est trop souvent occupé à danser au carnaval ou régler nos querelles politiques.

Haïti, dans l'état actuel, a grand besoin d'un changement de leadership.Au cours de ces dernières années, les hommes politiques ont montré leur limite. Retranchés dans leur ego, les dirigeants placés au timon des affaires ainsi que ceux de l'opposition n'ont rien fait pour épargner le pays de cette descente aux enfers que nous vivons tous. Les femmes, souvent considérées comme apôtres de paix, pourraient, par contre, marquer la différence. Pourquoi ne pas essayer le leadership féminin?

Noclès Débréus




Articles connexes


Afficher plus [1208]