RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Négligences coupables ou l’autopsie d’un échec !

Négligences coupables ou l’autopsie d’un échec !



Que s’est-il passé ce sanglant vendredi du 12 mars au « Village de Dieu » transformé en enfer pour de malheureux policiers ? Il semble qu’une offensive un peu hasardeuse a été lancée contre ce lieu géographique réputée difficile d’accès.

La vérité est que ces bandes armées qui sévissent dans cette localité sont des durs, lourdement équipés et rompus aux techniques de guérilla urbaine. On ne peut même pas parler de guerre asymétrique, car ce sont les forces de l’ordre qui se retrouvent en infériorité du point de vue de la puissance de feu.

Armés par le crime organisé, et par une engeance politico-financière anonyme, ces groupes criminels ont un avantage absolu sur les forces de police tant par leur connaissance du terrain que par les effets dévastateurs de leur artillerie.

L’opinion publique veut comprendre comment cette opération a été menée contre cette « citadelle » du crime avec apparemment autant de légèreté ? Où sont les services de renseignement qui devaient baliser le terrain avant tout mouvement de troupes ? Quels commandos spécialisés étaient en charge d’infiltrer les lignes adverses pour préparer l’offensive ? Les drones de reconnaissance de la PNH ont-ils été en contact avec la première vague qui a pénétré le village ? Quelles informations disposaient les opérateurs des blindés capturés ?

Aux dires de sources non officielles, certains engins lourds avaient des problèmes mécaniques et la deuxième vague n’a pu supporter les premiers éléments sur le terrain. Le commando qui s’était risqué à l’intérieur du village a été piégé par des tranchées camouflées.Un succès tactique pour ces criminels qui ont humilié les forces de l’ordre grâce à leur intelligence au combat.On parle aussi d’une certaine complicité d’une fraction des riverains qui ont joué aux faux éclaireurs précipitant les policiers dans la gueule du loup.

Les bandits du « Village » qui déclarent à la cantonade vouloir faire du social ont su gagner une partie de la population en utilisant la vieille technique de la « famille Escobar » en Colombie consistant à distribuer dans la population une infime partie de leurs revenus illicites. Une population trop longtemps abandonnée par les pouvoirs publics se trouve aujourd’hui livrée au bon vouloir de seigneurs de la guerre.

En plus de la profanation indigne des cadavres des quatre policiers qui a provoqué un sentiment de révolte de toute la population, certaines armes parmi les plus performantes de la police nationale, dont une mitrailleuse M-60 et un blindé léger seraient aux mains des forces du crime.

Ces rumeurs non confirmées par les officiels de la police ont jeté émoi et un sentiment nauséeux de révolte à travers tout le pays.

Le gouvernement a annoncé trois jours de deuil en mémoire de ces jeunes sacrifiés au champ d’honneur. Les Nations unies ont condamné comme toujours ces actes et ont exigé une enquête et que « les coupables soient punis ».

Toutefois un nouvel acteur et pas des moindres s’est mêlé de la partie. En effet, « La Russie s’est dit prête à aider Haïti à sortir de l’instabilité politique et à maintenir la sécurité dans le pays».

Une déclaration qui rentre dans les grandes manœuvres géopolitiques de l’heure et qui n’interpelle pas moins la conscience nationale secouée par tant de crimes.

Roody Edmé




Articles connexes


Afficher plus [1208]