S'identifier Contact Avis
 
29.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’inquiétant horizon

L’inquiétant horizon








La Minustha est partie. Des milliards de dollars dépensés pour la stabilisation de la démocratie et aussi le désarmement en Haïti. La Minijusth va bientôt quitter le pays. Les États-Unis d’Amérique dans leur double langage coutumier prétendent que tout va pour le mieux en Haïti, mais d’un autre coté donnent toutes les mises en garde possibles à leurs citoyens qui devraient se rendre dans notre pays.

L’armée d’Haïti a été mise à pied par un secteur politique détenteur alors du pouvoir politique non pas pour prévenir un autre coup d’État ou une quelconque tentative de retour à un ordre dictatorial, mais pour avoir les mains libres afin d’organiser des bandes armées dans les quartiers populaires. Cela n’a pas permis à ce secteur politique de garder le pouvoir, mais le mal était déjà fait. Dans cette boite de Pandore se sont engouffrés les dirigeants successifs. Aujourd’hui, le gouvernement pense à remobiliser l’armée. Mais le canevas suivi porte à penser que ce n’est qu’une énième tentative d’organiser un groupe armé à la solde d’un pouvoir. Pendant ce temps, la Police nationale peine à accomplir la mission que la Constitution lui a confiée. Le pouvoir, de toute manière, ne le veut pas. La collusion des gangs armés avec la politique est trop forte pour que la Police nationale puisse exercer cette violence légale qui permet que toutes les sociétés vivent dans un minimum de sécurité.

Tout nationaliste sincère devrait applaudir le départ des forces militaires étrangères sur le sol national. Mais une gouvernance corrompue par des bandits peut se révéler plus dangereuse encore qu’une occupation étrangère. Ce qui se passe ces derniers jours laisse craindre le pire pour la nation avec ces quartiers, ces zones prises en otage par des bandits. Dernièrement, les médias ont fait état d’une opération de Police nationale dans l’Artibonite pour appréhender un chef de gang. Un déploiement de grande envergure qui ne peut faire que sourire un spécialiste des questions de sécurité. La capture d’un individu quelconque, et surtout armé et protégé, ne peut s’effectuer que si on dispose des renseignements précis sur sa localisation. L’opération doit se dérouler le plus rapidement que possible et dans le secret le plus absolu. Silence radio ! Ce qui n’était vraiment pas le cas. Soit on avait ici un cas d’amateurisme le plus complet, soit tout n’était qu’une macabre comédie, mais dans quel but ? Faire en sorte que la Police nationale soit accusée d’incompétence afin que l’Étranger paie pour cette armée que le secteur au pouvoir souhaite ? Avec au passage peut-être le limogeage de l’actuel directeur général et son remplacement par quelqu’un encore plus aux ordres du gouvernement ?

C’est la première fois que délinquance, incompétence, mépris de la nation atteignent un tel niveau chez nous. La nation est au bord de l’abîme. Une somalisation de l’espace s’effectue au vu et au su de tout le monde, mais les dirigeants ne pipent mot. Cette somalisation rampante serait-elle une stratégie du secteur politique au pouvoir pour garder le contrôle lors des prochaines élections ? Où à force de jouer à l’apprenti sorcier se retrouve-t-on maintenant devant une situation totalement incontrôlable ? L’horizon est inquiétant, mais pas pour celui dont le peu de pensées bute sur les priorités animales.

Gary Victor



Articles connexes


Afficher plus [884]