S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le sens du dépassement

Le sens du dépassement








Difficile de l’avoir quand on a été formaté pour fonctionner en profitant du chaos. Dans ce formatage, il est difficile aussi d’inscrire la capacité de prévoir l’évolution des êtres et des choses. Car le délabrement moral et physique, la misère des masses, ont leurs conséquences. Après, on a beau ânonner sur l’immaturité du peuple, son ignorance, on ne peut masquer sa propre insignifiance. Sa nullité, sa malfaisance tout simplement.

On ne peut pas avoir en mains les moyens de production économiques d’un pays et encourager constamment l’arrivée aux postes de direction clé de l’état des individus qui n’ont rien à y faire. On ne peut pas non plus laisser fonctionner dans un pays des partis politiques fantômes, fantoches, n’ayant comme adhérents qu’un fondateur président à vie, quelques parents ou amis à l’affut de la moindre opportunité de se faire quelques dollars. Les pouvoirs profitent de ces groupuscules ayant acquis une expertise dans l’agitation grâce à l’appui en sous-mains d’autres groupes dans le secteur économique ne pouvant profiter des largesses du pouvoir, vu d’une part de la petitesse du gâteau et d’autre part de la voracité de ceux en poste politiquement.

Aujourd’hui, il faut le dépassement de tous pour que le pays se sorte de ce mauvais pas. Mais, d’une part, on a un pouvoir qui veut tout sans rien pouvoir offrir à un pays qu’il mène à la catastrophe, un pouvoir pire, qui veut se reproduire aux prochaines élections, d’autre part une opposition qui n’a rien prouvé depuis des années à part sa capacité de nuisance, capacité de nuisance décuplée si l’équipe au pouvoir est totalement incompétente et corrompue.

Le dépassement ne peut venir que d’un désir sincère de remettre ce pays sur les rails et d’en finir avec cette corruption qui détruit la nation. Mais qui va accepter de nouvelles règles d’un jeu qui ne laisserait pas de place à un individualisme suicidaire ? En dépit de toute cette levée de boucliers contre la corruption, une armée de jeunes et de moins jeunes rêvent d’intégrer les plus hauts postes de cet État en lambeau pour venir profiter de ses privilèges concoctés sur le dos de la population. Il est encore facile de trouver un jeune Premier ministre et des ministres pour venir donner du jus à la non-gouvernance, surtout que la communauté internationale ne veut que du théâtre. Le théâtre de la démocratie. De la façade. Du fond, on s’en fout. Sauf que les comédiens se font de plus en plus mauvais, de plus en plus nuls. Ils ne peuvent même pas interpréter la plus facile des scénarios.

Le National présente ses sympathies à tous ceux qui ont enregistré des pertes matérielles au cours de ces derniers jours. Le National présente ses sympathies à toutes les victimes. Le National espère, croit, que ce que nous sommes en train de vivre durant ces sombres jours nous portera tous, cette fois, à faire attention au choix de nos dirigeants à tous les niveaux.

On a trop tendance à penser chez nous que gouverner notre pays est une plaisanterie.

Gary VICTOR



Articles connexes


Afficher plus [936]