S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Haïti, c’est nous, nous tous !

Haïti, c’est nous, nous tous !



L’escalade que connait le pays ces derniers temps a fait des victimes au sein de toutes les couches de la société. Hélas, ceux qui confondaient quelques façades à la réalité ont eu la déception de leur vie. L’insécurité instaurée par des gangs, la crise de l’essence et les protestations violentes ont provoqué, depuis plus d’un an, une diminution progressive du flux d’activités économiques qui s’est culminée par une déprime généralisée dans la capitale et d’autres grandes villes du pays. Personne ne semble y échapper.

La situation actuelle est comparable à celle d’un patient qui a attrapé un tétanos pour avoir négligé une piqûre au pied. Car la dynamique de la crise a suivi un ordre de progression que les autorités ont, elles-mêmes, favorisé par leur laisser-aller et leur agenda inavouable. La guerre des gangs qui a paralysé des pans entiers de l’économie et privé de revenus les vaillants commerçants de la Croix des Bossales et du Boulevard Jean Jacques Dessalines a marqué le début d’une phase de dégénérescence que nul ne devait banaliser. Mais, les éléments des classes dominantes se sont bouché les oreilles, croyant qu’ils pouvaient se retrancher éternellement dans le confort de leur petit périmètre protégé.

La fermeture de grands hôtels et d’autres entreprises, conséquence d’environ six semaines de troubles politiques, est un coup dur pour le pays. Dans l’état de fébrilité de l’économie, les licenciements massifs et les journées mortes affectent tous les compartiments du système. D’autant que les grands opérateurs économiques sont les principaux payeurs du fisc. Toutefois, les cris d’alarme qui accompagnent la suspension des opérations de Best Western, de Fubar et autres se révèlent être des larmes de crocodile au sujet d’une industrie touristique quasi-inexistante.

L’idée que la santé de l’économie puisse se réduire au fonctionnement de bars chics et d’hôtels luxueux est un raisonnement absurde. Les modestes familles qui vivent quotidiennement du commerce au Centre-ville et à Martissant ont été les premières victimes de l’effondrement de l’autorité de l’État qui fait régner le chaos d’aujourd’hui. Sauf que ces gens sont des sans voix et ne font partie d’aucun cercle de privilégiés. Leurs pertes ne font pas l’objet d’opérations comptables et ne sont pas mentionnées dans des communiqués de presse.

Haïti, c’est un seul pays. Quand des marchands de La Saline et de Tokyo sont chassés par des bandits et que des zones commerciales sont le théâtre de massacres, personne ne devrait trouver d’excuse pour garder le silence. Pourtant les autorités et une bonne partie de la société exprimaient très peu d’émoi à l’occasion des tueries et des guerres de gangs qui ont débuté en novembre 2018 dans ces quartiers défavorisés. Comme si on pouvait scinder le pays pour garder les pauvres loin des riches !

Loin de tout sentiment de revanche, il convient de rappeler que l’anarchie ne fait jamais de quartier et finit toujours par tout renverser. La lutte pour des lendemains meilleurs ne sera efficace que si elle est inclusive. Le combat pour la bonne gouvernance, la restauration de l’autorité de l’État et le redressement de l’économie est une cause commune à laquelle les grands entrepreneurs et les petits marchands doivent s’identifier. Haïti, c’est nous et nous tous.

Kendi Zidor




Articles connexes


Afficher plus [952]