S'identifier Contact Avis
 
24.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La part de responsabilité des partis politiques dans la crise sociopolitique actuelle du pays questionnée par Loobensy Timoré

La part de responsabilité des partis politiques dans la crise sociopolitique actuelle du pays questionnée par Loobensy Timoré









Organisée vendredi dernier, à l’INAGHEI, autour du thème « Les partis politiques et la crise sociopolitique en Haïti : quelles alternatives ?, la conférence-débat, réalisée par Force des étudiants révolutionnaires (FER), ayant pour coordonnateur général Jaude Oméus, a retenu l’attention des participants avec comme intervenants Josué Louis, vice-doyen de l’INAGHEI et Loobensy Timoré, politologue. En effet, cette activité, ayant pour modérateur Manoel Milfort, a suscité un vif intérêt des étudiants de l’INAGHEI qui ont répondu présents à l’appel de FER.

Il est 10 h, l’activité ne débute toujours pas, parait-il qu’il manque deux intervenants Roger Petit-Frère, et Roudy Stanley Penn, respectivement professeur à l’UEH et politologue. Selon le modérateur Manoel Milfort, un imprévu de dernière minute empêche ces deux intervenants susmentionnés à prendre part comme convenu à l’activité. Présentant des excuses au public, le modérateur se lance d’emblée dans la présentation et la mise en contexte du sujet, laissant tout de suite après le micro au vice-doyen de l’établissement recevant l’activité, M. Josué Louis.

Dans son intervention, ce dernier présente le premier rôle d’un parti politique qui, selon ses mots, est de concourir à l’expression du suffrage. « C’est-à-dire sans les partis politiques, on ne peut parler de démocratie », déclare-t-il, poursuivant son discours en mettant l’accent sur l’État qui, dit-il, n’est jamais neutre dans ses prises de décisions. « Il est toujours au service de la classe dominante. En ce sens, la classe dominante a main mise sur tout ce qui se passe au sein du pouvoir politique », lâche-t-il. Il continue pour faire comprendre aux jeunes présents dans l’assistance que la mission de tout parti politique doit rentrer dans le cadre d’une transformation des problèmes sociaux en projet politique. M. Josué Louis, dans son allocution, clame haut et fort que sans parti politique, un pays est comme un bateau sans gouvernail soutenant que les partis politiques jouent un rôle de médiation entre le peuple et le pouvoir en place. Il vient corroborer son discours avec un énoncé de Bertrand Badie qui stipule que les partis politiques permettent de sortir dans un ordre politique passé. Toutefois, les désavantages sont aussi nombreux. « Quand une société regorge trop de partis politiques, comme c’est le cas en Haïti, ils peuvent être synonymes de problèmes pour la société », déclare le professeur, expliquant ainsi les tensions dues au dernier jour dans le pays.

Entre temps, le politologue Loobensy Timoré avait pensé à l’intervention de M. Louis. Ce dernier remonte en 1986 pour soutenir la thèse selon laquelle le pays est enraciné dans une crise sociopolitique de grandes ampleurs. « En effet, beaucoup d’écrivains en ont parlé comme c’est le cas de Sauveur Pierre Etienne qui a parlé d’État fragile, de André Corten qui a parlé d’État faible et tant d’autres... », avance M. Timoré. Il centre son intervention en soulevant une question qui fait fureur dans la salle, « quelle est la part de responsabilité des partis politiques dans la crise sociopolitique actuelle du pays ? ».

M. Timoré remonte jusqu’à l’origine des partis politiques pour bien aborder sa question. « Théoriquement, les partis politiques ont deux origines. Dans la tradition anglo-saxonne, ils auraient pris naissance au 17e siècle avec les WHIG. Tandis que dans la tradition européenne, ils auraient pris naissance au 19e siècle », lance-t-il. Ce dernier poursuit pour exprimer le fonds de sa pensée en faisant un survol entre les deux partis politiques les plus populaires : le parti libéral et le parti national. Ces deux groupes avaient des revendications contraires, mais tous deux ne proposaient rien dans leur programme qui soit en mesure d’aider à la prospérité du pays. D’après M. Timoré, les partis politiques tiennent cette forme à partir du système politique haïtien. Il explique que même les critères pour avoir un parti politique, à savoir que le parti doit être une organisation durable, qu’il doit être étendu sur tout le territoire et proche de la population, ne sont pas respectés, accentuant sur le fait que ce sont les candidats qui recrutent leur parti politique. « Or, selon les normes, ce sont les partis politiques qui se doivent de recruter et non l’inverse », dit-il. En ce sens, M. Timoré explique le manque réel d’engagement des membres d’un parti politique à travailler pour atteindre les objectifs du corps du parti politique, c’est pourquoi il n’y a jamais eu, de 1986 à 2015, un parti politique qui êtes parvenu à accéder au pouvoir. Tout cela, déclare M. Timoré, range les partis politiques au côté de l’État comme les deux responsables de la crise sociopolitique actuelle du pays. « Il faut que l’État joue pleinement son rôle dans la bonne organisation des partis politiques », conclut-il.

Les deux intervenants de cette activité semblent s’entendre sur la responsabilité des partis politiques dans la crise actuelle du pays. Tous deux d’une certaine manière ont démontré que les partis politiques en Haïti ne prennent pas assez leur responsabilité. Toutefois, tous les participants ne sont pas de cet avis. Suite aux présentations des intervenants sur la thématique, les étudiants ont réagi avec fougue. Si certains partagent la position de M. Louis et M. Timoré, d’autres ne le voient pas ainsi, réagissant surtout en contradiction avec les propositions du vice-doyen de l’INAGHEI, M. Louis. Ce dernier en guise de solution avait laissé entendre qu’il serait bon que d’autres partis politiques, plus structurés, viennent s’installer et proposent de nouvelles alternatives aux pays, quoiqu’il précise que nul parti politique ne peut prétendre résoudre seul les différents problèmes de la société haïtienne. L’activité se termine sur ces entrefaites, laissant à certains une envie de débattre un peu plus.

Laïka Mezil



Articles connexes


Afficher plus [3310]