S'identifier Contact Avis
 
34° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Seulement 36 % des institutions de santé offrent des services d’accouchement normal en Haïti

Seulement 36 % des institutions de santé offrent des services d’accouchement normal en Haïti








Dans le rapport préliminaire de l’Enquête de l’Évaluation de la Prestation des Services de Soins de santé (EPSSS-II), qui présente une évaluation de toutes les institutions de santé, tant du secteur public que du secteur privé en Haïti, seulement 36 % des 1 007 institutions de Santé enquêtées sur le territoire national offrent des services d’accouchement normal. Le rapport précise également que seulement 11 % de ces institutions offrent la césarienne.

Depuis le 7 décembre 2018, les résultats du rapport préliminaire de l’Enquête de l’Évaluation de la Prestation des Soins et des Services de Santé sont connus. Ces résultats révèlent sur l’ensemble des 1 007 institutions visitées, 36 % offrent des services d’accouchement normal. Si le manuel des normes en planification familiale et en soins maternels de la santé du MSPP de septembre 2019 indique que « la consultation de la femme enceinte se fera à tous les échelons de soins. L’accouchement eutocique (NDLR : Effectuer dans les conditions normales) aura lieu à tous les niveaux, l’accouchement dystocique (NDLR : Difficile) et la césarienne, dans les hôpitaux », cependant, sur le nombre des institutions mentionnées ci-dessus, 11 % offrent la césarienne. Dans la catégorie des hôpitaux, cette proportion est de 69 %.

Le rapport indique aussi un peu plus de neuf institutions sur dix (92 %) offrent des consultations prénatales. Dans les 36 % d’institutions de santé offrant des services d’accouchement normal, la plupart sont des « institutions de haut niveau ». Ce qui fait qu’on retrouve les hôpitaux à 83 % et les centres de santé avec lit avec 65 %. « Les institutions publiques (45 %) et mixtes (34 %) offrent beaucoup plus fréquemment le service d’accouchement normal que le secteur privé », peut-on lire dans ce rapport préliminaire présentant les établissements de santé en Haïti.

Des dix départements du pays, les départements de l’Ouest et du Sud exposent les taux les plus faibles en termes d’offre de service d’accouchement normal, soit 30 % et 32 %. À l’inverse, « le Sud- Est (52 %) et le Nord-Est (51 %) enregistrent les proportions les plus élevées d’institutions de santé qui offrent le service d’accouchement normal ». Des 1 007 institutions de Santé répertoriées, le plus grand nombre se retrouve dans le département de l’Ouest, soit un total de 367, suivi de l’Artibonite avec 121. Le plus faible nombre se rencontre dans le département des Nippes avec seulement 34.

Pour rendre possible un accouchement, le personnel est tout aussi important. Les résultats du rapport préliminaire montrent que seulement près de la moitié (49 %) des « institutions avaient du personnel d’accouchement disponible sur place ou sur appel 24 h/24 avec un roulement observé ». Dans les types d’institutions, c’est dans les hôpitaux (74 %) que le pourcentage du personnel disponible est plus élevé. Ce pourcentage est aussi plus élevé dans le secteur public (56 %) et plus faible dans le secteur mixte (40 %).

En termes de départements présentant des prestataires des soins d’accouchement disponible dans l’institution ou sur appel 24/24 h avec roulement observé, le département du Centre (79 %), d’un côté, vient en tête de liste puis les Nippes (75 %). De l’autre côté de l’extrême, le département du Sud- Est accuse un taux minimum de 31 %.

L’EPSSS-II explique également que la prise en charge correcte de l’accouchement et du post-partum (NDLR : après l’accouchement) peut réduire considérablement la mortalité maternelle et néonatale qui est élevée en Haïti. Pour le rapport, la qualité des services d’accouchement dépend, en partie, de la disponibilité des normes et des guides techniques, du personnel ayant une formation à jour et de certains équipements de base.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3169]