S'identifier Contact Avis
 
27.52° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Deuxième dialogue national sur les Droits humains de 4 groupes de personnes marginalisées

Deuxième dialogue national sur les Droits humains de 4 groupes de personnes marginalisées








Le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) a organisé, jeudi 24 janvier 2019, une table ronde à l’hôtel El Rancho en présence de plusieurs acteurs étatiques, de la société civile et autres autour du thème : « S’engager et se mobiliser pour un changement inclusif et durable en Haïti ». S’inscrivant dans le cadre du programme de Promotion de la citoyenneté engagée (PCE), le but de cette activité, selon Louna François, la coordonnatrice du programme, est de consolider la mobilisation sociale et politique autour des journées nationales et internationales sur la protection des enfants, la non-discrimination envers les handicapés et les LGBTI et la participation des femmes dans les institutions publiques.

Dans le cadre du programme de Promotion de la citoyenneté engagée (PCE), dont le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) est le chef de file, une première journée de dialogue nationale a été organisée, jeudi 24 janvier 2019, à l’hôtel El Rancho. Se tenant sur le thème « S’engager et se mobiliser pour un changement inclusif et durable en Haïti », des ASEC, des CASEC, des membres d’organisations nationales et internationales, du pouvoir étatique, pour ne citer que ceux-là, ont payé de leur présence à cette table ronde. La coordonnatrice de ce programme, Louna François, dit espérer pouvoir sortir avec des engagements spécifiques à la fin de ces deux journées de discussions.

Selon Mme François, ces deux journées d’échange, 24 et 25 janvier 2019, visent la consolidation sociale et politique autour des journées nationales et internationales concernant la protection des enfants contre la maltraitance et la violence, la non-discrimination des personnes LGBTI, l’accessibilité et la non-discrimination envers les personnes vivant avec un handicap et la participation des femmes dans les institutions publiques d’Haïti. Et ces choses, laisse-t-elle savoir, par des engagements développés de manière concertée, collaborative et participative.

À cet effet, a rappelé la coordonnatrice nationale du programme du GARR, Louna François, un premier dialogue a été tenu en mai 2016 et les discussions ont été portées sur les défis des droits humains concernant les quatre thématiques précitées, le plus souvent marginalisées. Toujours dans le cadre de ce programme de Promotion de la citoyenneté engagée (PCE), Mme François a fait savoir qu’une vingtaine d’organisations fait partie du PCE, comme le Réseau national de défense des droits humains (RNDHH), JILAP... Selon elle, ce programme se trouve partout dans le pays, mais se focalise sur Gressier, Jacmel, Thomassique et la Victoire afin de mesurer les résultats. Certains résultats trouvés ont été présentés au cours de cette table ronde.

Pour la coordonnatrice, changer les mentalités, les esprits ne peut pas se faire d’un seul coup. Ce qui explique un peu que le PCE initié 2010 est divisé en plusieurs phases. Le premier dit-elle, 2010- 2014 et le deuxième, 2014-2019. Selon la coordonnatrice, le PCE a trouvé le support de plusieurs partenaires notamment l’Equitas, le Canada, American Jewish World Service, le National Endowment for Democracy et autres.

En cette journée du jeudi 24 janvier 2019, quatre ateliers spécifiques d’environ une quinzaine de personnes ont été organisés sur les femmes et filles, les jeunes et enfants, les personnes handicapées et les personnes LGBTI avec des coachs qui les dirigent afin de mieux harmoniser l’échange. Participant à ces discussions, le coordonnateur de délégué de ville de la commune la Victoire dans le Nord, Monfiston Saint-Fort laisse savoir que la situation des handicapés est grave dans la commune et attend à ce que l’État central améliore ces choses.

L’on notera, ces journées nationales et internationales de droits humains sont les suivantes : Journée internationale de la femme (8 mars), Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie (17 mai), Journée nationale de l’enfant (10 juin) et enfin la ratification de la part d’Haïti de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (23 juillet).

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3364]