S'identifier Contact Avis
 
27.52° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Lalue: une voie qui fatigue des passagers

Lalue: une voie qui fatigue des passagers








Il est 11 heures du matin. Au bas du local de l’Office National de l’Immigration, sous la chaleur flamboyante d’un soleil presqu’à son zénith, des Tap-Tap et des voitures privées alignées comme un défilé de carnaval dans un blocus indécodable, des hommes à moto promenant en tâtonnant leur volant, de l’impatience des passagers à l’indignation des chauffeurs privés, on a l’impression de vivre innocemment une catastrophe.

Pour un chemin menant à plusieurs destinations importantes, au sud, le Palais national, au Nord, le collège St-Louis de Bourdon, à l’Est, le central des compagnies de téléphonies mobiles, à l’Ouest, le collège Catts pressoir ; que le temps soit calme ou bouleversé par des manifestations, la route de Lalue est fréquentée quotidiennement par des milliers de personnes de toutes couches de la société.

Cependant, qu’il s’agisse de chauffeurs de bus, de tap-tap, de transporteurs de marchandises, ou de piétons, les citoyens ne cessent de se plaindre de l’embouteillage sur la route chaque jour, à partir du chemin des dalles jusqu’au panneau de signalisation, où cette intersection est souvent appelée « Anba limyè wouj ».

De l’avis de certains passagers, ce problème est dû au local de l’Immigration et de l’Emigration se trouvant au coeur de la route. Selon eux, les voitures installées près de la route, les marchands de toutes sortes d’articles, les chauffeurs de moto, et les petits entrepreneurs installant leurs imprimantes et photocopieuses ainsi que les photographes, en sont les principales causes.

Outre les difficultés de la route de Lalue, les chauffeurs de bus, de taxi et de tap-tap, sont contraints de se tracer un autre itinéraire. Ceux qui sortent du centre-ville pour se rendre à Christ-Roi, passent par l’avenue Poupelard, en traversant le carrefour de Poste-Marchand, pour atterrir à l’intersection « Mon Plaisir » avant d’arriver à destination.

Parfois, réfléchissant au calvaire qui les attend sur la route de Lalue, certains chauffeurs qui reviennent de Christ-Roi pour le centre-ville, sont obligés de passer par Poupelard, et même parfois par Fort National, pour atteindre le centre-ville.

Toutefois, qu’il existe d’autres options ou pas en bougeant sa voiture ou sa moto, la route de Lalue reste un chemin à éviter entre 10 heures et 15 heures. La circulation reste difficile, et les passagers venant de plusieurs coins continuent à se plaindre, et à appeler les autorités de la police routière à prendre certaines mesures nécessaires pour pallier la situation.

Moise Saint-Eloi



Articles connexes


Afficher plus [3364]