S'identifier Contact Avis
 
27.78° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Réalisation de la sixième édition annuelle du CONSOC

Réalisation de la sixième édition annuelle du CONSOC








Le ministère de l’Environnement (MDE) a accueilli, le 31 janvier, aux locaux dudit ministère, la sixième édition du conseil consultatif de la société civile (CONSOC) de la BID en Haïti autour du thème : « vers une gestion durable et responsable des déchets solides ». De nombreux représentants d’institutions publiques notamment ceux du SNGRS et des cadres d’autres ministères sectoriels, des représentants des communes, de la BID, du CONSOC, des membres de la société civile organisée et universitaire ont participé à cette conférence annuelle.

C’est la coordonnatrice du conseil consultatif de la société civile de la BID en Haïti (CONSOC), Michèle D. Pierre-Louis, qui a ouvert, le jeudi 31 janvier, aux locaux du ministère de l’Environnement, la sixième édition annuelle du CONSOC-BID en Haïti. Déroulée autour du thème : « vers une gestion durable et responsable des déchets solides », cette conférence a réuni plusieurs représentants d’institutions publiques et acteurs de la société civile sur la problématique des déchets dans le pays.

D’entrée de jeu, Michèle D. Pierre- Louis, a attiré l’attention des participants sur la mission première de la BID qu’est de permettre aux États de la région de mettre en oeuvre de manière efficace les programmes de développement durable dérivés des politiques publiques adoptées. « Le CONSOC se propose de suivre ses engagements, de réagir aux plans stratégiques et de réaliser les visites de terrains sur les lieux d’exécution des programmes et projets », a révélé Mme Pierre-Louis.

De son côté, le titulaire du ministère de l’Environnement, Joseph Jouthe, n’a pas caché sa joie d’être auprès de toutes ces compétences, mobilisées autour de la problématique de l’environnement en Haïti. En tant que président du Conseil d’administration du service national de la gestion des résidus solides (SNGRS), ci-devant, Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS), Joseph Jouthe, veut mettre tout en oeuvre afin d’associer ces experts à la lutte contre les déchets solides. Selon lui, une bonne gestion de l’environnement est l’une des préoccupations de l’administration Moïse/Céant. Par ailleurs, M. Jouthe en a profité pour encourager les pouvoirs centraux à supporter la décentralisation, en vue d’une meilleure autonomie des collectivités locales. Ce qui faciliterait, selon lui, des solutions durables aux problèmes.

Pour sa part, le responsable de l’Unité juridique au sein du MDE a fait une présentation portée sur le SNGRS ; le nouvel organe régulateur de la question des déchets solides dans le pays. Créé à partir de la loi-cadre présentée par le député Gary Bodeau, cette institution, contrairement au SMCRS étend ses services sur tout le territoire haïtien, en raison de la portée nationale de la problématique déchets solides, a précisé l’homme de loi.

Pour le représentant du ministère de la Santé publique et de la Population, Gaston Deslouches, il y a un lien évident entre les changements climatiques et les déchets solides. Selon lui, ces derniers participent grandement aux émissions de Gaz à effet de serre (GES). En ce sens, les déchets, affirme-t-il, représentent un réel danger pour la santé des citoyens et affectent tout particulièrement la santé environnementale. Est-ce pourquoi, a-t-il expliqué, le MSPP est doublement intéressé par le thème de cette année.

En effet, cette conférence a été pour tous les participants un moyen d’aborder la problématique des déchets solides suivant une approche intégrée. C’était aussi l’occasion offerte à chaque secteur d’étaler l’ensemble des activités entreprises dans la gestion des détritus et d’explorer les pistes pour leur réutilisation. Car, selon certains spécialistes, par leur recyclage et leur valorisation, ils peuvent être une grande source économique et contribuer ainsi au développement réel du pays. Au terme de ces discussions, tous les acteurs se sont mis d’accord pour une coalition tripartite (pouvoir central, pouvoir local et la société civile) en vue d’arriver une bonne gestion de l’environnement du pays.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [3310]