S'identifier Contact Avis
 
28.87° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Pour une implication totale des femmes dans le changement

Pour une implication totale des femmes dans le changement








Chaque année, le 8 mars est réservé à la célébration de la journée internationale des femmes. Partout dans le monde, de grandes manifestations sociopolitiques sont organisées pour célébrer cette journée et promouvoir les droits des femmes. « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement », tel est le thème retenu pour l’année 2019. Selon le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, l’égalité des genres et les droits des femmes sont fondamentaux pour progresser à l’échelle planétaire sur la voie de la paix, de la sécurité, des droits de l’homme et du développement durable.

À travers cette journée internationale des femmes, 8 mars, les femmes ne cessent de réclamer leurs droits dans les sociétés dans lesquelles elles évoluent. En effet, cette journée invite tous les acteurs sociaux, notamment les hommes, à dépasser leurs égos en construisant un monde harmonieux ayant l’égalité de genre à la base. Hommes et femmes, filles et garçons doivent avoir les mêmes droits et privilèges partout où ils se trouvent dans le monde. Le thème retenu pour la journée de cette année est : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».

« L’égalité des genres est essentiellement une question de pouvoir. Nous vivons dans un monde dominé par les hommes où la culture l’est également. Ce n’est que lorsque nous nous fixons comme objectif commun les droits des femmes, un nouveau cap à prendre au profit de toutes et de tous, que nous commencerons à faire évoluer la situation », a déclaré le secrétaire général, Antonio Guterres, des Nations unies à l’occasion de cette journée. Et, ajoute-t-il que : « Ces dernières décennies, nous avons vu les femmes réaliser de remarquables avancées dans certains domaines, en matière de droits et de leadership. Mais, ces progrès sont loin d’être complets ou systématiques – et ils ont suscité une réaction hostile et inquiétante de la part d’un patriarcat solidement enraciné ».

Par ailleurs, M. Guterres estime que les femmes se heurtent encore à des obstacles importants pour accéder au pouvoir et l’exercer. « Comme la Banque Mondiale l’a constaté, seuls six pays accordent aux femmes et aux hommes la même égalité de droits dans des domaines touchant à leur vie professionnelle. Et si les tendances actuelles se maintiennent, il faudra 170 ans pour combler l’écart économique entre les sexes », a-t-il relaté.

Pour contrecarrer ce problème d’ordre mondial, le secrétaire général des UN veut qu’on redouble d’efforts pour protéger et promouvoir les droits, la dignité et le leadership des femmes. « Nous ne devons pas céder un pouce du terrain conquis depuis des décennies et nous devons appeler à un changement rapide, radical et en profondeur », a avancé Antonio Guterres.

Les femmes doivent s’impliquer dans les processus d’innovation


Suivant Phumzile Mlambo- Ngcuka, sous-secrétaire générale des Nations unies et directrice exécutive d’ONU Femmes, à l’heure où l’innovation prime, façonne et change la manière de vivre des personnes partout dans le monde, nous devons veiller à ce que son utilisation ait un impact positif sur la vie des femmes et des filles. Pour elle, cela signifie qu’il faut veiller à ce que les femmes et les filles ne soient pas seulement des consommatrices d’innovations, mais qu’elles aient leurs places en tant qu’innovatrices. « Grâce à leur participation, la conception et l’exécution de solutions peuvent répondre aux besoins uniques des femmes et des filles, de la création d’un travail décent à la fourniture de produits, de services et d’infrastructures pour les femmes de tous les horizons », a fait remarquer la responsable d’ONU Femmes.

D’un autre côté, elle estime que les femmes et les filles doivent se voir offrir la chance de contribuer à de réels changements et à l’adaptation des politiques, des services et des infrastructures qui ont un impact sur leurs vies. « Nous l’avons vu lors des marches récentes d’action pour le climat en Europe et ailleurs dans le monde : elles sont prêtes », a-t-elle affirmé. Aussi, elle a indiqué : « Lorsque nous mettons sur le devant de la scène celles et ceux qui sont les moins entendus, les moins visibles — qu’il s’agisse d’individus ou des centaines de millions de travailleuses et travailleurs du secteur informel qui actuellement ne sont pas écoutés, ou si peu, au niveau des actions de planification officielle ou de protection financière en cas de mauvais état de santé, de besoins de garde d’enfant et d’un âge plus avancé – nous nous attaquons aux problèmes sociaux les plus profonds et nous pouvons voir se réaliser les progrès que nous souhaitons.

ONU Femmes Haïti renouvelle ses supports dans la lutte pour les droits des femmes en Haïti


« La famille des Nations unies en Haïti est aux côtés des Haïtiennes et des Haïtiens pour accomplir les objectifs de développement durable (ODD) et l´objectif d´Haïti de devenir un pays émergent à l´horizon 2030, ce qui représente l´engagement d´Haïti auprès de ses enfants et de ses petits-enfants pour un futur meilleur. La réalisation de ces objectifs n’est possible qu’avec une réelle égalité de genre et la participation des femmes ; et l´innovation et les nouvelles technologies offrent des opportunités pour avancer dans cette voie », a souligné le représentant spécial adjoint du secrétaire général, coordonnateur humanitaire et coordonnateur résident des 19 agences, fonds et programmes des Nations unies en Haïti, Dr. Mamadou Diallo.

Selon ONU Femmes Haïti, le partenariat entre les Nations unies et Haïti se matérialise à travers le cadre de développement durable (CDD) 2017-2021, signé avec le Gouvernement en juin 2017. Il se focalise sur cinq piliers stratégiques : la réduction de la pauvreté et la création d’emplois, la résilience, les services sociaux de base, l´égalité des sexes et la protection, ainsi que la gouvernance, cette dernière comprenant l´État de droit. Dans ce cadre du CDD, pour la période de juin 2017 à décembre 2018, les Nations unies en Haïti ont mis en oeuvre plus de 200 interventions clefs (avec plusieurs projets et actions liés à chacune de ces interventions), toutes avec une perspective d´égalité de genre transversale et intégrée, dont 40 interventions spécifiques pour la promotion de l´égalité entre les sexes et l´autonomisation des femmes.

Woovins St Phard



Articles connexes


Afficher plus [3174]