S'identifier Contact Avis
 
25.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Vers une influence et une participation profonde des femmes dans la politique haïtienne

Vers une influence et une participation profonde des femmes dans la politique haïtienne








La deuxième journée d’activités au centre de Convention de la Banque de la République d’Haïti (BRH) pour commémorer la Journée nationale du Mouvement des Femmes s’est déroulée le jeudi 4 avril 2019, autour du thème « Femmes, Paix et participation : Ann chita pale ».

Comme pour la première journée, le forum organisé par le ministère à la Condition féminine et aux Droits des femmes de concert avec la commission Équité et genre du Sénat, est réalisé en présence de beaucoup de personnalités importantes, dans l’objectif d’accroitre l’influence des femmes dans la recherche de l’enracinement de la paix, la gouvernance et le développement d’Haïti.

Dans son adresse à la presse, Dieudonne Luma Etienne, la présidente de la commission équité et Genre du Sénat de la République, dit que la date du 3 avril est une date importante pour toutes les femmes haïtiennes, dans leur lutte pour le respect des droits des femmes. Elle estime que le dialogue demandé doit être pour elles une motivation à s’unir pour poser les problèmes socioéconomiques et politiques auxquels confronte le pays depuis des années.

« Les femmes doivent se conscientiser sur leurs vraies valeurs dans la société haïtienne. Elles doivent, en toute circonstance, se montrer utiles dans tous les secteurs de la vie nationale. Nous avons les mêmes potentialités que les hommes, nous pouvons occuper les mêmes places qu’eux. À nous de nous impliquer beaucoup plus, et apporter à la nation le bénéfique du dialogue », fait savoir Dieudonne Luma Étienne.

Par ailleurs, la sénatrice croit que la célébration de la journée nationale du mouvement des femmes n’est pas une lutte contre les hommes, mais plutôt une opportunité d’unité entre hommes et femmes pour une paix et une solidarité dans la société haïtienne.

« Contrairement à ce que pensent certaines personnes, célébrer le mouvement des femmes n’est pas une lutte contre les hommes. C’est plutôt la création d’une atmosphère d’entente et de dialogue hommes-femmes pour l’établissement de la paix, et l’amélioration de la situation sociopolitique et économique de la population haïtienne », martèle l’élue du Nord, croyant, toutefois, à un respect mutuel entre les deux sexes.

Présent à cette occasion, le Directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Michel- Ange Gédéon a profité de l’occasion pour faire le point sur la situation d’insécurité qui gangrène quelques zones de la capitale.

Selon le numéro 1 de la PNH, des mesures sont prises pour freiner la liberté des bandits armés dans plus de quatre départements du pays. Il garantit des dispositions urgentes pouvant réitérer un climat serein chez la population haïtienne.

Cette deuxième journée est réalisée en présence de la ministre à la Condition féminine et aux Droits des femmes, Evelyne Sainvil, le sénateur Fransnet Dénius, la féministe Marie Laurence Jocelyn Lassègue, et d’autres responsables d’organisations de femmes.

Moise Saint-Eloi



Articles connexes


Afficher plus [3237]