S'identifier Contact Avis
 
25.77° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
« Couverture sanitaire universelle », où en est-on en Haïti ?

« Couverture sanitaire universelle », où en est-on en Haïti ?








Ce dimanche 7 avril marque la journée internationale de la Santé. Pour cette année, cette journée est consacrée à la « Couverture sanitaire universelle ». Le thème retenu est le suivant : « Couverture sanitaire universelle : tout le monde, partout ». C’est l’occasion de faire quelques réflexions sur la couverture sanitaire en Haïti.

La journée internationale de la Santé est habituellement célébrée pour rappeler la mission fondamentale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et sensibiliser les populations en général sur les problèmes de santé dans le monde. Les problèmes de santé dans le monde, justement, sont de taille et ont des conséquences lourdes pour les populations. En effet, les maladies chroniques non transmissibles sont responsables de plus de 70 % de la mortalité dans le monde entier. Plus de 22 % de la population mondiale vit dans des zones fragiles, vulnérables et donc exposées aux problèmes de santé de toutes sortes. Neuf personnes sur dix respirent de l’air pollué chaque jour dans le monde ; on estime que d’ici 2050, le changement climatique causera environ 250,000 morts additionnelles par année, l’on observe la hausse du taux de mortalité par les maladies infectieuses, la résistance antimicrobienne, l’hésitation aux vaccins et la faiblesse des soins de santé primaire qui figurent entre les menaces à la santé dans le monde (WHO, 2019).

Pour faire face à cette situation, les responsables de la santé mondiale interpellent les états du monde entier pour qu’ils appliquent des politiques claires en matière de soins de santé primaire dans le cadre d’un système de santé centré sur les personnes qui catalysent les progrès vers la CSU. Le plaidoyer pour la CSU est officiellement apparu dans l’agenda de l’Organisation mondiale en 1978. Plus de 40 ans après, la déclaration d’Astania interpelle encore les gouvernements à promouvoir l’action multisectorielle en matière de santé et la Couverture sanitaire universelle par le renforcement des soins de santé primaire (WHO, 2018). La CSU, vue comme une exigence à caractère social, implique que toutes les personnes et communautés aient accès à des services de santé à tous les niveaux répondant à un minimum standard, sans que l’utilisation de ces services les expose à des difficultés financières (WHO, 2017).

Comment situer le système de santé haïtien dans cette dynamique mondiale ? Une révision sommaire des outils mondiaux et nationaux de régulation en santé, l’analyse critique et constructive du processus politique de santé en Haïti, plus précisément la plus récente politique nationale de promotion de la santé, permettra d’apprécier les efforts consentis pour répondre à cette aspiration de couverture de santé pour tous.

Haïti s’était pourtant déjà conformée aux rappels du directeur général de l’OMS en décembre dernier quant à l’insertion d’Agents de santé communautaire polyvalents (ASCP) dans le système de santé pour renforcer les soins primaires centrés sur la personne (WHO, 2018 ; MSPP, 2015). Cependant, on reste sans grands résultats réjouissants. Sur les 10,415 ASCP prévus pour garantir une couverture de 1/1000 habitants, seulement 28 % ont été engagés au travail parce que, entre autres, le financement de ce programme dépend en grande partie de la coopération extérieure (MSPP, 2015). L’indice de couverture du service de CSU relatif à l’indicateur 3.8.1 des objectifs de développement durable (ODD), qui cible la protection financière et la couverture aux services essentiels de santé, était de 47 % en Haïti comparé à 74 % pour la République voisine en 2015 (WHO, 2018 ; UHC, 2018). Il est donc clair qu’Haïti, contrairement aux voisins dominicains, reste très loin de l’objectif.

J’évite de m’engager dans le développement d’une théorie causale de cette situation dans ces réflexions, toutefois sur la base de mes analyses de la politique nationale de promotion de la santé, j’attribue ces manques à gagner à une faiblesse dans les décisions et l’orientation de cette politique. Tout processus analytique des politiques de santé implique une analyse de la politique et pour la politique. Cette démarche, menée habituellement au cours de cet exercice complexe, est faiblement prise en compte dans la politique indexée. En conséquence, la Couverture de santé universelle (CSU) est très faible en Haïti.

En ce qui concerne la promotion de l’action multisectorielle pour catalyser les progrès vers la CSU, la politique nationale de promotion de la santé n’est guère très prometteuse. En aucun cas, elle ne peut donner les résultats escomptés. L’approche multisectorielle abordée dans la politique nationale de promotion de la santé ne fait qu’informer l’importance de travailler avec différents acteurs. Une meilleure approche identifierait, en coordination avec eux, leurs intérêts, leur influence dans l’agenda local et mondial en matière de soins de santé primaire, une planification budgétaire, leur engagement dans le processus et la définition de rôles et de responsabilités.

L’analyse de parties intéressées est un élément clé en matière de politique de santé. D’après Buse et al. (2005), les décisions et orientations des réformes tombent souvent sous l’influence des groupes d’intérêts privés bien organisés. Haïti n’est pas exempt de ce scénario. Walt et Gilson (1994) soutiennent en plus que pour comprendre le niveau d’influence des acteurs dans les décisions politiques, il faut comprendre le concept de pouvoir ainsi que les relations entretenues par ces groupes avec la structure gouvernementale en place. Donc, il est évident que la mise en oeuvre et la réalisation de politiques en matière de santé se conçoivent comme un processus réfléchi, participatif nécessitant une bonne coordination pour atteindre les résultats attendus.

Ces brèves remarques à propos de la politique de santé en Haïti, plus précisément à propos de la politique nationale de promotion de la santé, présentées sur une base plutôt académique laissent croire que des actions systématiques basées sur des évidences dans les processus de prises de décisions et d’orientation des politiques de santé sont nécessaires pour permettre au pays de faire les progrès souhaitables en matière de Couverture sanitaire universelle. Qui sait, on pourrait peut-être célébrer dans les cinq prochaines années la progression de l’indice de couverture du service de la CSU. Les familles haïtiennes, même les plus défavorisées, pourraient alors jouir d’un minimum de santé, facteur essentiel du développement humain.

Dr Marc Pascal Gaetjeen Desmornes

Références

1. Buse, K. et al. (2005). Making health policy. New York. Open University Press. pp 4-18.

2. MSPP (2009) Politique nationale de promotion de la santé

3. MSPP, (2015) Formation et Insertion au travail des agents de santé communautaire polyvalents. Ministère de la Santé publique et de la Population.

4. UHC, (2018), SDG indicator 3.8.1 monitoring. UHC 2030. [Online] Available from : https://www.uhc2030.org/ news-events/uhc2030-news/sdg-indicator-3-8-1-measure-what-matters-465653/. [Accessed 04 avril 2019].

5. Walt, G. et Gilson, L. (1994). Reforming the health sector in developing countries: the central role of policy analysis. Health Policy and Planing 9 : 353- 370

6. WHO, (2017). Universal health coverage. [Online] Available from : https://www. who.int/news-room/fact-sheets/ detail/universal-health-coverage- (uhc). [Accessed 03 avril 2019].

7. WHO, (2018) Universal health coverage, community health workers delivering primary health care: opportunities and challenges. World Health Organization. EB144/13.

8. WHO, (2018). Universal health coverage, UHC service coverage index, 2015. [Online] Available from : http://apps. who.int/gho/portal/uhc-cabinet-wrapper-v2.jsp?id=1010501.

[Accessed 04 avril 2019].

9. WHO, (2019). Ten threats to global health in 2019. [online] Available from :
https://www.who. int/emergencies/ten-threats-to-global-health-in-2019. [Accessed 03 avril 2019]



Articles connexes


Afficher plus [3237]