S'identifier Contact Avis
 
36° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le protocole pour rétablir les relations humaines en Haïti

Le protocole pour rétablir les relations humaines en Haïti








La montée grandissante de désaccords, de malentendus, de dérangements nombreux à l’égard d’autrui, la nonchalance régnant au sein des gouvernements haïtiens ou encore la défaillance de la société haïtienne résultent de la négligence des principes de base du protocole, selon Rubens Cesreh, formateur en protocole interviewé par Le National.

Chef de protocole dans plusieurs institutions privées et de différents particuliers, Rubens Cesreh a mis l’accent sur deux étiquettes qui, pour lui, sont fondamentales pour le bon fonctionnement d’une société. Il s’agit du protocole et de la diplomatie qui établissent de nombreux principes et règlements assurant les relations d’un pays avec un autre, entre deux peuples, deux sociétés, deux civilisations et même deux institutions. Le protocole et le savoir-vivre stipulent les notions préliminaires que tous les individus devraient avoir comme connaissance au sein de leur famille, à l’école ou à l’église et applicable depuis l’enfance et durant toute sa vie. Ce sont des principes qui règlementent la vie quotidienne, qui contrôlent les comportements, ce qu’on doit ou ne doit pas faire ou dire.

Tout est protocolaire, depuis les relations formelles entre personnalités politiques, aux préséances, à la pratique adoptée à l’utilisation des symboles du pays et de la nation, tenant compte aussi des rapports hiérarchiques entre les institutions ou de manière particulière, les rapports existentiels entre les détenteurs de pouvoirs et enfin les rapports qui lient l’individu à son entourage.

« Jadis, la société haïtienne a connu des personnalités politiques compétentes et respectueuses. Cependant, de nos jours, vu la brillante absence des principes et des notions de base, la société est devenue la proie de toutes sortes de désordres du côté des hommes d’État », a affirmé Rubens Cesreh, formateur en protocole. En marge du protocole et de la diplomatie, les hommes et femmes politiques doivent surtout cultiver l’élégance politique et les notions de savoir-vivre étant vu comme modèles pour la société, conseille-t-il.

Les principes et règlements protocolaires se sont destinés à toutes les classes sociales, de la classe bourgeoise à celle des prolétaires. Ce sont ces règles qu’on néglige ou même, peut-être, qu’on ignore et qui nous identifient en tant que personnalité publique connue ou méconnue. Une bonne pratique de ces notions permet de se faire comprendre, d’être accepté et apprécié. Par contre, la négligence de ces notions de savoir-vivre suscite l’intolérance, le désaccord entre les familles, les institutions, les entreprises, les sectes, etc., et rend la société superficielle et insensible. Partir à la rescousse de quelqu’un de nos jours est conçu comme un luxe.

Qui pis est, la mauvaise utilisation des réseaux sociaux, oubliant les notions du respect de la personnalité, le respect à l’égard des autorités, la diffamation et la dégradation de la vie humaine sont au sommet où même les plus hauts gradés ne sont pas épargnés.

Selon Rubens Cesreh, le système protocolaire haïtien n’est pas harmonisé, les institutions d’État qui doivent suivre les lignes établies font l’inverse des choses. Rien n’est vraiment à sa place, les professionnels n’ont presque pas la chance de réaliser pleinement leur travail. Désormais les personnalités protocolaires, ou les personnes disciplinées sont peu chanceuses dans la société haïtienne. Une solution proposée par le formateur, il s’agit de trouver de nouvelles lignes directrices, des attitudes protocolaires, standardisées respectées par tous les codes, les principes et règlements protocolaires, et aussi les usages et coutumes du pays.

Pour citer Rubens Cesreh, le protocole normatif, étant renvoyé à l’ensemble de principes et règlements, est un ensemble de principes indispensables en relations humaines. Par défaut de croire qu’on est libre de faire, de dire ou d’entreprendre ce qu’on veut où l’on veut et quand on le veut provient de la grande faiblesse du protocole haïtien, régissant les règles et les disciplines. De surcroît, les éducations familiales sont quasi totalement bannies, le concept enfants d’aujourd’hui citoyen de demain n’est presque plus de mise, car la plus grande majorité d’enfants de nos jours sont victimes de la nonchalance des principes de base.

Rose Karlande Dérosier



Articles connexes


Afficher plus [3243]