S'identifier Contact Avis
 
36° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Des journalistes formés sur la santé sexuelle et reproductive

Des journalistes formés sur la santé sexuelle et reproductive








Dans sa mission de permettre aux Haïtiens et Haïtiennes de mener une vie plus saine et de planifier les familles qu’ils désirent, l’Organisation haïtienne de marketing social pour la santé (OHMASS) a organisé, jeudi 11 avril 2019, à l’hôtel Best Western Premier de Pétion-Ville, une journée de formation gratuite à l’intention des journalistes autour du thème : « Informer sur la santé sexuelle et reproductive en Haïti, comment et pourquoi ? » Le but est d’encourager les journalistes à parler beaucoup plus de ce sujet combien importants pour le développement d’Haïti.

Partout dans le monde entier, la santé sexuelle et reproductive affecte profondément le développement social et économique des pays. Haïti, dont sa croissance démographique est en nette expansion, ne sort pas du lot. L’Organisation haïtienne de marketing social pour la santé (OHMaSS), qui a pour mission de permettre aux haïtiens et Haïtiennes de mener une vie plus saine et de planifier les familles qu’ils désirent, a organisé, jeudi 11 avril 2019, à l’hôtel Best Western, une journée de formation pour les journalistes. Avec pour thème « Informer sur la santé sexuelle et reproductive en Haïti, comment et pourquoi », cette formation vise, entres autres, à encourager davantage les journalistes sur la nécessité de renseigner le public sur ce domaine dit « tabou ».

Au cours de cette formation étendue sur deux jours, soit le 11 et 12 avril, une projection documentaire sur la grossesse précoce intitulée « Chay la lou » a été visionnée au cours de la première journée du jeudi. Et des intervenants comme Fréderick Persoons, directeur exécutif de l’OHMaSS, Dr Stéphane Docteur, manager des services médicaux et Christina Julmé, la responsable de communication de l’institution précitée, ont fait diverses présentations.

Si le directeur exécutif, Fréderick Persoons, a présenté, dans son exposé, OHMaSS autrefois appelée « PSI Haïti », le concept marketing social et comprendre le développement d’un marché de santé, il a aussi tenu à faire une présentation technique sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes et le partenariat développé avec des prestataires de services en santé. Selon le Dr Persoons, la sexualité est naturelle, physiologique. « On n’a pas à se gêner si l’on ressent ce besoin », dit-il, ajoutant qu’il est important pour tout un chacun de connaître son corps. « La sexualité est à vivre », dit le Dr tout en invitant les écoles à mettre sur place des cours sur l’éducation sexuelle.

Quant à la responsable de communication, à savoir, Christina Julmé, auteure du documentaire « Chay la lou », elle s’est penchée beaucoup plus sur le « Pourquoi et comment informer sur la santé reproductive en Haïti. Partenariat avec les médias ». Lors de son exposé, elle a tenu à donner des astuces aux journalistes qui exercent cette fonction. Elle les invite à s’appuyer sur les « faits » tout en rappelant le rôle d’agent de développement joué par les journalistes. Selon Mme Julmé, on ne doit pas oublier ce rôle tout en les appelant à réaliser des productions utiles à la société.

Là où l’on voit la santé sexuelle et reproductive, la planification familiale n’est pas trop loin. Ainsi, Malherbe Daniel, représentant de la DISPROPHAR prenant part à l’activité, a-t-il profité de cette occasion pour présenter le développement du marché de Planning familial (PF) en Haïti et les disponibilités des différentes méthodes de contraception. Selon M. Malherbe qui fait référence à une étude, « la situation socio-économique dégradante ne peut-être résolue en premier lieu que par un contrôle rigoureux des naissances à travers un programme de planification familiale ».

Il faut signaler que l’OHMaSS est une organisation haïtienne à but non lucratif qui oeuvre dans le domaine de la santé depuis 1989 sous le nom Programme santé et information (PSI-Haïti) et en 2014 sous le nom de OHMASS. Et des certificats ont été remis à la fin de la formation aux différents journalistes présents.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3243]