S'identifier Contact Avis
 
30.95° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Assises sur la Modernisation de l’enseignement supérieur en Haïti pour une meilleure gouvernance

Assises sur la Modernisation de l’enseignement supérieur en Haïti pour une meilleure gouvernance








« Modernisation de l’enseignement supérieur en Haïti : enjeux et défis de la gouvernance », tel est le thème des assises sur l’enseignement supérieur et la recherche en Haïti qui se déroule du 7 au 9 mai 2019 à l’Hôtel Mariott. Il s’agit d’une initiative du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) et la Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur haïtiennes (CORPUHA) en partenariat avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) et la Conférence des recteurs, présidents et dirigeants d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur haïtiennes (CORPUHA), en partenariat avec l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), ont procédé, le mercredi 8 mai 2019, à l’Hôtel Mariott, à l’ouverture officielle des assises 2019 sur l’Enseignement supérieur et la recherche. En cette circonstance où plusieurs personnalités ont répondu à l’invitation et certaines ont pris la parole, le président de la CORPUHA, Fritz Deshommes, a laissé savoir que ces assises visent trois objectifs.

Ces derniers, selon le recteur de l’UEH, consistent tout d’abord à « contribuer à la rénovation de la gouvernance de l’enseignement supérieur en Haïti en considérant les aspects sectoriel et institutionnel ». Ensuite, affirme-t-il, il est question d’« examiner les conditions de promotion de la recherche-innovation au sein des institutions haïtiennes d’enseignement supérieur ». Et, enfin ces assises visent à « favoriser un partage d’expériences pour ce qui est des missions, de l’organisation et du financement des conférences de recteurs et de présidents d’institutions d’enseignement supérieur ».

Dans le souci d’animation du secteur de l’enseignement supérieur, a fait savoir M. Deshommes, « l’intérêt portait sur des activités à caractère scientifique et culturel ainsi que sur un appui à la gouvernance des institutions membres ». Toutefois, le président de la CORPUHA tient à mettre en garde les pouvoirs publics sur les conséquences découlant de la non-construction d’une véritable nation où tous ses fils se reconnaissent et s’assument. Dans de tels cas, dit le recteur avant de remercier tous les participants, « nous aurons toujours un pays instable, ingouvernable, en mal d’avenir, d’espérance, de progrès et de souveraineté ».

Selon le secrétaire exécutif de la CORPUHA, Edgard Prévilon, on a suffisamment ergoté sur le potentiel de l’université, le moment est venu de poser un regard lucide, serein, exigeant sur le secteur de l’enseignement supérieur, de commencer à faire l’essentiel pour rendre l’université plus apte à répondre aux besoins de la société. Pour lui, les assises 2019 sur l’enseignement supérieur et la recherche se veulent, entre autres, une rencontre de praticiens de terrain, de chercheurs et de cadres.

Contraint, le titulaire du MENFP Pierre Josué Agénor Cadet s’est fait représenter par son directeur de cabinet, Jackson Pléteau. Selon ce dernier qui porte la parole de son supérieur, la tenue de ces assises traduit une volonté commune de réforme globale selon un modèle inclusif et participatif. Pour lui, la gouvernance sera au centre des échanges. Le représentant a aussi fait savoir que le plan décennal 2019-2029, « du secteur de l’éducation en voie de finalisation, accordera une autre priorité au secteur de l’enseignement supérieur dans son développement ».

Le directeur de cabinet a ajouté, en ce qui a trait à la gouvernance, que la chambre basse a voté au début de 2018, deux textes de loi portant sur la modernisation de l’enseignement supérieur et la création de l’agence nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les problèmes auxquels est confronté le pays, dit-il, n’ont pas permis la ratification tout en faisant croire que le MENFP continuera ses démarches auprès du Parlement pour les faire ratifier.

M. Pléteau a aussi informé que les services concernés du MENFP travaillent de concert avec l’UNESCO à la préparation d’une nouvelle enquête nationale sur le fonctionnement des institutions d’enseignement supérieur en 2019. Plus loin, le représentant a parlé de deux circulaires portant sur la mise à jour de la base des données du MENFP sur l’enseignement scientifique et la recherche scientifique, sur l’enregistrement et la reconnaissance des institutions de recherches scientifiques.

« La formation du capital humain est un passage obligé pour tous les pays et plus encore pour les pays dit en retard au niveau de leur développement », relate M. Pléteau, à l’heure de la mondialisation de l’économie du savoir. Dans le cas d’Haïti, il a fait savoir que l’enseignement supérieur est un axe majeur de la reconstruction nationale qui produira des effets attendus.

85 % des diplômés finissent par quitter le pays

« 85 % des diplômés finissent par quitter le pays », a déploré le directeur régional Caraïbe de l’Agence universitaire de la francophonie, Saolo Nieva, en ajoutant que c’est un gâchis. Il en a profité pour rappeler les diverses actions de l’AUF en Haïti qui, selon lui, ne se résument pas seulement à la structuration de la CORPUHA. Il espère que ces assises formulent, entre autres, un premier diagnostic, palpable et général de la situation actuelle de l’enseignement supérieur en Haïti.

Comme principaux résultats attendus de ces assisses de 2019, il faut signaler, entre autres, des propositions pour le développement de la recherche-innovation au sein des établissements d’enseignement supérieur, l’identification de piste pour orienter et dessiner le projet de restructuration de la CORPUHA.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3174]