S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Les plastiques, un danger réel pour l’écosystème marin et la chaine alimentaire

Les plastiques, un danger réel pour l’écosystème marin et la chaine alimentaire








Les plastiques qui se trouvent dans la mer sont un véritable danger pour l’écosystème marin ainsi que la chaine alimentaire par le fait même qu’ils menacent la vie des tortues, déjà en voie de disparition et plusieurs autres espèces marines. La menace est aussi sérieuse pour l’homme, principal agent polluant, qui a son rôle à jouer dans la préservation de l’environnement dans son ensemble.

Le samedi 08 juin 2019 a été la journée mondiale de l’Océan. Force est de constater, partout dans le monde, les mers qui se polluent de plus en plus de plastiques. Même la République d’Haïti n’est pas épargnée par ce phénomène, puisque c’est la même observation à travers certaines côtes du pays. En effet, les plastiques qui se trouvent dans la mer sont un véritable danger pour l’écosystème marin ainsi que la chaine alimentaire. Bien souvent, ces déchets en plastiques, une fois avalés, affectent négativement la vie des tortues qui jouent un rôle important dans la chaine alimentaire, déjà en voie de disparition, en provoquant leur mort. Ces déchets plastiques n’affectent pas uniquement les tortues, ils affectent les mammifères aquatiques, les poissons ainsi que les crustacés.

Selon l’ingénieur agronome haïtien, Pierre Michard Beaujour, travaillant à la réserve écologique Wynne Farm de Kenscoff, quand nous jetons un sachet en plastique par terre, ce sachet atterrit le plus souvent dans la mer qu’il va polluer. Et, lorsque ce sachet flotte dans l’eau, explique l'entomologue, les tortues les avalent parce qu’elles les confondent avec des méduses. Ces derniers, selon lui, est l’aliment principal des tortues. Et, ces déchets, une fois consommés, intoxiquent les tortues et provoquent leurs morts. Il faut rappeler que la méduse est cet animal marin de consistance gélatineuse dont les filaments sont urticants.

« Des biologistes ont d’ailleurs confié au Journal avoir retrouvé du plastique et des microplastiques à l’intérieur des tortues luths présentes dans le golfe, de homards, de cachalots et d’oiseaux marins, au cours des dernières années », a rapporté le Journal de Montréal. Toujours selon ce dernier, et d’après les chercheurs consultés, « l’ingestion de gros morceaux de plastique peut causer la mort des poissons et mammifères marins, par étouffement ou en les privant de nourriture, lorsque ces débris prennent toute la place dans leur estomac ».

Les mammifères aquatiques, la pêche qui constitue un secteur important dans la consommation haïtienne se retrouve ipso facto menacée en dépit des divers problèmes de structure et d’infrastructures que font face le système. À l’échelle internationale, si on discute des enjeux des plastiques sur la chaine alimentaire, sur la faune marine, en Haïti, les problèmes politiques, très récurrents et le scandale sur les fonds Petrocaribe, sont les sujets d’actualités.

En dépit du scandale précité qui se trouve sur toutes les lèvres, le problème de déchets en plastiques, la journée mondiale de l’océan ne laissent pas tous les citoyens haïtiens indifférents. « En voulant se protéger, on détruit notre maison qui est l’environnement, lorsqu’on détruit l’environnement, on se détruit soi-même (auto-destruction) », écrit Jean Junior Pierre, qui se dit arrêter de consommer l’eau dans les bouteilles en plastique.

« Sous le règne du Roi bâtisseur Henri Christophe, le non-respect de l’environnement était lourdement sanctionné financièrement et pénalement dans le code du Roi 1er », laisse-t-il savoir. Pour lui être Christophien c’est aussi être écologiquement responsable pour la protection et le respect l’environnement. En ce sens, il faut rappeler, entre autres, l’arrêté officiel daté du 9 aout 2012 pris sur le gouvernement de Michel Martelly interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en polystyrène et objets en polystyrène qui n’est jamais appliqué vraiment.

Il faut signaler, un produit est biodégradable si après utilisation, il peut être décomposé (digéré) naturellement par les organismes vivants. Une assiette en polystyrène prend environ 1000 ans pour se dégrader, un emballage plastique et bouteilles, environ 400 ans et une bouteille en verre, environ 4000 ans.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3425]