S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
#UnfollowJovenelMoïse : nouvelle forme de combat des Petro challengers contre Jovenel Moïse

#UnfollowJovenelMoïse : nouvelle forme de combat des Petro challengers contre Jovenel Moïse








Si dans plusieurs endroits du pays, on observe certains mouvements sporadiques pour « réclamer la démission du président de la République », Jovenel Moïse, et du coup « se mettre à la disposition de la justice », sur Twitter un nouveau mouvement a vu le jour avec pour Hashtag : #UnfollowJovenelMoïse. En effet, ce mouvement de protestation consiste, entre autres, à se désabonner au compte du premier citoyen de la nation en signe de désaccord profond sur sa mauvaise gestion du pays.

À l’instar du Challenge #KotKobPetoKaribe qui a eu un succès fulgurant en participant en grande pompe pour demander des comptes sur les fonds Petro Caribe qui a abouti à la rédaction de deux rapports de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif. #UnfollowJovenelMoïse est le nouveau challenge des petrochallengers qui consiste à se désabonner au compte officiel du 58e président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse. Avec près de 213 000 abonnés au début du Challenge, le président a vu en un temps record près de 3 000 abonnés ravis de son compte dans la soirée du 11 juin 2019. Avec l’opération qui continue, selon les instigateurs, il n’est pas surprenant de voir réduire de moins en moins ses abonnés.

En effet, selon les Petrochallengers, ce nouveau mouvement est né en réaction au silence du président de la République après le rapport de la CSC/CA dans lequel il est indexé ainsi qu’après la grande mobilisation du dimanche 9 juin 2019, de la journée de grève et des manifestations intermittentes dans certains endroits du pays. N’ayant toujours pas le résultat escompté : démission et jugement, les Petrochallengers ont estimé qu’il y a plusieurs formes de protestations et ont donc décidé de passer à l’action en lançant le mouvement précité.

Sur Twitter, les commentaires varient d’un compte à un autre sur les raisons de se désabonner au compte du président de la République. « Vous ne manifestez pas, vous ne foulez pas le macadam, vous ne dénoncez pas le crime du gouvernement commis à ton égard, maintenant, on vous donne une action que vous pourrez faire dans votre lit pendant que vous suivez les commentaires et #UnfollowJovenelMoïse et vous plaignez », peut-on lire dans un tweet de Gessica Geneus. Quant à K-Lib, il met l’accent sur le risque de discuter avec quelqu’un d’inculte. Il affirme qu’il faut juste #UnfollowJovenelMoïse et sans discussion.

Bon nombre de gens estiment qu’ils ont été roulés dans la farine par le Président de la République. « Le président a eu la terre, le soleil, l’eau et les hommes, mais il n’a rien pu faire », expliquent la plupart des protestataires contre le pouvoir en place. Et plus encore, si l’on pourrait dire, ce qui a mis de l’huile sur le feu est son indexation dans le rapport sur la gestion des Fonds Petrocaribe

Si certains citoyens très lucides croient que l’injection du président au pouvoir croit que cela ne va pas apporter grand-chose quand on sait que le pays fait face à une grave crise politique, économique, politique et environnementale si l’on pouvait dire, pour d’autres, c’est un bon départ. Ils estiment, parmi plusieurs éléments, que le départ du président est juste un élément dans la résolution de la crise, qui est très complexe.

« Aucun sacrifice n’est trop grand pour sauver Haïti », disait Jovenel Moïse, mais entre-temps, ce qu’on observe, c’est que le sacrifice tarde encore à venir. L’on n’arrive pas à se mettre d’accord. Chaque parti a une Haïti différente dans la tête.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3425]