S'identifier Contact Avis
 
23.31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La santé de la population haïtienne en danger à cause des instabilités politiques, économiques, sociales et sécuritaires

La santé de la population haïtienne en danger à cause des instabilités politiques, économiques, sociales et sécuritaires








La société haïtienne vit actuellement des crises à n’en plus finir. Ce qui affecte toutes les couches de la population. En effet, dans un communiqué intitulé, « Colère et désespoir : la crise met la santé de la population en danger », Médecins sans frontières (MSF) dresse un panorama sombre de la situation socio-économique d’Haïti marquée par la violence qui trouve son origine dans l’instabilité politique qui sévit dans le pays. Ces crises, selon MSF, ont un impact direct sur les soins de santé offerts.

Dans un communiqué de presse en date du vendredi 5 juillet 2019, intitulé : « Colère et désespoir : la crise met la santé de la population en danger », Médecins sans frontières (MSF) met en relief la situation socio-économique d’Haïti qui, selon l’institution, a empiré et est marquée par une montée de la violence. L’avis officiel fait état de la situation difficile que vit le peuple haïtien :

chute de son pouvoir d’achat, dévaluation de la gourde, crise politique sans fin, insécurité, autant de choses qui ont un impact direct sur les soins de santé en Haïti.

En effet, le communiqué ayant le contenu d’un rapport fait savoir que le contexte « violent » affecte tant les équipes de MSF que le système de santé haïtien en général. « Les structures de santé publique ne peuvent faire face à l’afflux des patients, et les problèmes de sécurité limitent le transport du personnel de santé, des équipements du sang ou des médicaments », a expliqué le rapport.

« La crise actuelle a aggravé l’état sanitaire déjà fragile en Haïti, augmentant potentiellement les risques de mortalité. D’un côté, on constate un manque de médecins, de médicaments et de choses aussi essentielles que l’oxygène ou l’électricité dans les structures publiques. De l’autre, on fait face à une augmentation des besoins pour des patients qui ne peuvent se payer des soins dans les structures privées. Tous les éléments d’une crise sont en vue », a fait savoir Lindis Hurum, cheffe de mission MSF en Haïti.

MSF a indiqué dans le rapport que les mobilisations massives et parfois violentes ont engendré une montée de la violence armée. « Au cours du premier trimestre 2019, MSF a traité 237 patients admis pour des blessures par balles dans son centre d’urgence de Martissant, un bidonville de Port-au-Prince. Soit le double des cas enregistrés au cours de la même période il y a un an », peut-on lire dans le communiqué. Plus loin ce dernier affirme : « en deux semaines, du 9 au 25 juin, 49 victimes par balles ont été admises au centre de Martissant, dont 9 pour des soins vitaux d’urgence ».

Les tensions à travers les rues de Port-au-Prince ne laissent personne indifférent même pour des gens venus prêter main-forte au système sanitaire haïtien déjà très précaire. « Il y a une escalade de la violence et des affrontements de rue. Des barricades sont établies dans les rues et les routes principales. La colère, la peur et le désespoir sont palpables. Les rues normalement engorgées de Port-au-Prince restent vides, car les gens pensent qu’une explosion de violence peut avoir lieu à tout instant. Personne ne se sent en sécurité, y compris nos équipes qui ont fait face à de graves incidents de sécurité ces derniers jours », en témoigne la cheffe de mission MSF à travers l’avis officiel.

D’un autre côté la coordinatrice du centre d’urgence MSF de Martissant, Samira Loulidi, a indiqué dans le communiqué que l’équipe de MSF travaille quotidiennement pour sauver le plus grand nombre de vies dans un « contexte stressant ». « Quand des patients arrivent, nous leur offrons les premiers secours et nous les stabilisons, mais nous ne sommes pas un hôpital et nous avons donc besoin de pouvoir les référer pour assurer des soins plus spécifiques, comme pour les patients souffrant de multiples traumas ».

Il faut signaler, selon le communiqué, MSF de Martissant contient 26 lits et offre des soins d’urgence aux patients victimes avant de les référer à des structures que nécessitent leurs cas.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3471]