S'identifier Contact Avis
 
30.56° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Sur neuf millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité dans la Caraïbe, sept millions viennent d’Haïti

Sur neuf millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité dans la Caraïbe, sept millions viennent d’Haïti








Le directeur de l'Autorité nationale de Régulation du Secteur de l'Énergie (ANARSÉ), Evenson Calixte, est clair. Sur neuf millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité dans la Caraïbe, sept millions viennent d’Haïti. Pour établir l’électricité dans tout le pays, selon le directeur, cela prendra plusieurs mandats présidentiels. M. Calixte a fait ces déclarations, mardi 9 juillet 2019, à l’Université Quisqueya (UNIQ), lors d’un atelier sur la contribution des énergies renouvelables, en vue d’atteindre l’objectif de développement durable numéro 7 (ODD7).

À l’initiative du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Université Quisqueya (UNIQ) avec le support technique de l’Institut haïtien de l’Énergie (IHE), un atelier a été organisé à l’UNIQ, mardi 9 juillet 2019, sur la mise en œuvre des Énergies renouvelables en vue d’atteindre l’Objectif de Développement durable numéro 7 (ODD7). En effet ce dernier vise à « garantir l’accès de tous à des services fiables, durables et modernes à un cout abordable ».

À ce forum de sensibilisation et de promotion de l’ODD7 en Haïti, des étudiants et de nombreuses personnalités évoluant dans le secteur énergétique ont payé de leur présence. « Les défis énergétiques haïtiens », tel a été le sous-thème dont le Dr. René Jean-Jumeau, directeur exécutif de l’IHE et le Dr Evenson Calixte, directeur général de l'Autorité nationale de Régulation du Secteur de l'Énergie (ANARSÉ) ont pris la parole.

Dans son exposé, le Dr Calixte a fait un état des lieux pour savoir où l’on est avec le programme d’électrification du pays. Il a indiqué, entre autres, que sur neuf millions de personnes qui n’ont pas accès à l’électricité dans la Caraïbe, sept millions viennent d’Haïti. Pour essayer d’expliquer le programme, M. Calixte a passé en revue les trois axes qui constituent le projet d’électrification total du pays. Ces trois axes, selon lui, est la réparation, l’extension et l’interconnexion des réseaux régionaux des zones urbaines et périurbaines, la mise en place de 51 mini-réseaux intelligents dans 51 villes et l’élaboration d’un programme de système solaire individuel.

Sur la mise en place des 51 mini réseaux, il a laissé savoir, un peu à près au micro des médias, que c’est le gouvernement à travers le ministère des Travaux publics transports et communication (MTPTC) qui se chargera du réseau de distribution. En ce sens, dit-il, le gouvernement a négocié un prêt avec le Taïwan de 150 millions de dollars américains. Il a expliqué 20 millions de dollars américains allaient être disponibles pour commencer avec la construction du réseau de distribution. Malheureusement, regrette-t-il, ce prêt reste bloqué et n’est pas encore validé par le Parlement haïtien. Ces micro-réseaux, selon lui, vont fonctionner avec les énergies propres (Solaires).

En dépit des instabilités politiques auxquelles fait face le pays depuis près d’un an, dit le Dr, mettre le courant 24 sur 24 dans le pays comme l’a souhaité le Président de la République dans 24 mois est un « objectif extrêmement difficile » à réaliser. Malgré cette non-réalisation, il a affirmé que quelques efforts ont été faits comme la construction du réseau de Dame-Marie, d’Anse d’Hainault et autres. « L’affaire d’électricité, dit le directeur de l’ANARSE, va prendre plusieurs mandats présidentiels pour être résolue », a-t-il lâché en ajoutant que le taux d’accès à l’électricité dans le pays est autour de 30 %.

De son côté, le directeur exécutif de l’Institut haïtien de l’Énergie (IHE), René Jean-Jumeau est pessimiste face aux atteintes futures d’Haïti de l’Objectif de développement durable 2030 no. 7 (ODD7). « Haïti est très loin d’atteindre cet objectif », dit-il arguant qu’Haïti ne met pas en place une planification nationale d’objectif indépendante d’un gouvernement ou d’une administration. Selon lui, il est nécessaire pour qu’Haïti procède à une réforme énergétique en considérant toutes les énergies sur le long terme tout en faisant le suivi avec n’importe quel gouvernement qui sera en place.

Quoiqu’on laisse savoir que la journée en atelier est un forum de sensibilisation et de promotion sur l’ODD7 en Haïti, M. Jean-Jumeau affirme qu’il n’y a aucune garantie qu’après le forum il va y avoir une prise de conscience. Toutefois, il croit qu’il peut y avoir une prise de conscience après le travail que chaque Haïtien réalise personnellement et dans le travail en commun. Pour lui, ce forum est juste une goutte d’eau en plus.

Il faut signaler, au cours de son exposé, M. Jean-Jumeau a laissé savoir qu’au début l’énergie fossile coûte moins cher comparativement aux autres.

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3299]