S'identifier Contact Avis
 
29.21° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La Congrégation des Salésiens de Don Bosco vient de doter le pays d’une école Normale Technique

La Congrégation des Salésiens de Don Bosco vient de doter le pays d’une école Normale Technique








Dans une cérémonie, organisée à la Maison provinciale des Salésiens de Don Bosco, (Fleuriot), la Congrégation des Salésiens de Don Bosco, de concert avec l’Institut national de formation professionnelle (INFP), a inauguré, le mercredi 10 juillet 2019, l’école Normale Technique dit « ENTEC ». Par la création de cette nouvelle école normale technique, les responsables entendent former les futurs enseignants tout en les dotant de solides compétences pédagogiques applicables à la Formation technique et professionnelle.

Pour améliorer la qualité de la formation professionnelle dans le pays, la Congrégation des Salésiens pense que la formation des formateurs est incontournable. Dans cette optique, les salésiens s’engagent à fond au côté de l’État haïtien pour contribuer à l’amélioration de l’enseignement technique et professionnel. Ainsi, en présence des personnalités du pays, dont la directrice générale de l’INFP, Maguy Durcé, de Monseigneur Ducange Sylvain et des religieux catholiques, viennent-ils d’inaugurer la toute première école Normale Technique dans le pays.

Cette prestigieuse institution est créée avec le soutien des amis de l’international, notamment la coopération espagnole répondant au besoin d’une formation professionnelle plus performante pour aider les jeunes à faire face aux nouveaux défis de la technologie moderne.

Dans ses déclarations, le révérend père Jean Paul Mesidor a fait savoir que l’école Normale Technique, inaugurée en cette date, s’inscrit en droite ligne avec l’engagement qui a été pris par la Congrégation des salésiens envers l’État haïtien sous couvert de la Loi du 5 juin 1935 visant à supporter Haïti dans le domaine éducatif de la formation professionnelle.

Avec l’inauguration de l’ENTEC qui est faite en partenariat avec l’État haïtien, explique-t-il, le Bureau technique de la Formation professionnelle des Salésiens vient de franchir une nouvelle étape pour avoir une meilleure formation professionnelle dans le pays.

Cependant, pour que l’ENTEC ne travaille pas en vain, le prêtre catholique souhaite que l’État joue son rôle de régulateur de ce secteur dont dépend le développement durable du pays. « Si la formation de qualité dépend de la qualité du formateur, il ne devrait pas être donné à n’importe qui de s’y aventurer. Pourquoi se former à l’ENTEC, approuvée et appuyée par l’État dira-t-on, si c’est ce même État qui préfère asseoir ses critères de recrutements, majoritairement sur le clientélisme politique, et à partir des recommandations des uns et des autres faites avec pressions, ignorant malheureusement, les détenteurs de compétences qu’il s’est donné lui-même la peine de former ? », se questionne père Jean Paul Mesidor qui, plus loin, déclare « tant que nous ne mettons pas un frein à ces mauvaises pratiques, les objectifs pour une formation de qualité dans ce pays ne pourront être atteints que partiellement, et par conséquent nos jeunes ne feront que continuer à souffrir à cause du manque de sérieux des dirigeants, puisqu’ils ne pourront pas recevoir une formation de qualité des formateurs de qualité ».

Quant à la directrice générale de l’INFP, Maguy Durcé, elle a indiqué qu’ENTEC est le fruit d’un solide partenariat entre le l’INFP, le MENFP, la Fondation RINADI et le Bureau technique des Salésiens d’Haïti pour améliorer la qualité de la formation professionnelle. « ENTEC est érigée dans le système de la formation professionnelle sous le signe du renforcement de la qualité. Par ce dispositif de formation diplomate, axée sur la pédagogie selon l’approche par compétence (APC), un tournant dispositif est marqué désormais et à coup sûr dans la pratique de la formation des formateurs en Haïti », a-t-elle fait savoir.

Et par ailleurs, elle souhaite que cet instrument pédagogique soit décentralisé pour toucher les formateurs des 10 départements du pays en leur permettant de disposer de la compétence nécessaire pour transmettre leur savoir-faire, leurs savoir-être et leur savoir agir aux apprenants.

« L’ENTEC, c’est l’espace de formation de 150 cadres et formateurs en formation continue jusqu’en 2010. Elle est également un réseautage avec des centres professionnels public et privé affiliés à l’UNEVOC/INFP. L’ENTEC, c’est l’appui à la recherche professionnelle, au perfectionnement, elle est aussi l’accompagnement et l’appui à l’innovation professionnelle », a expliqué Maguy Durcé.

De son côté, le révérend père Jacques Charles, dans ses propos, a rappelé que sans éducation, il n’y a pas de croissance et de marche vers la maturité et on n’obtient pas non plus de changement de mentalité et de culture. Dans le cas d’Haïti, père Charles estime que les jeunes ont besoin d’éducateurs qui approfondissent la méthodologie des processus pédagogiques et de formation en élaborant des réponses aux défis actuels. Ainsi, avec l’ENTEC, les Salésiens d’Haïti offrent-ils à la jeunesse haïtienne la possibilité de se perfectionner pour être plus compétitive sur le marché du travail.

D’un côté, ENTEC se donne pour mission de former les formateurs, d’encadrer et de faciliter la mise à niveau technique des formateurs à travers une collaboration avec l’INFP et des Centres professionnels du pays. De l’autre côté, l’ENTEC devra mettre à niveau les formateurs actuels de l’enseignement technique et professionnel, de façon à les doter de solides compétences pédagogiques applicables à la formation technique et professionnelle.

À noter que 200 formateurs ont déjà été formés à l’ENTEC et travaillent dans des centres professionnels du pays et ont reçu des attestations pendant la cérémonie d’avoir passé trois (3) ans à l’ENTEC, et du même coup, ils ont profité pour partager leur expérience durant leur cycle de formation à l’École Normale technique (ENTEC).

Qui peut se former à l’ENTEC ?

Les jeunes ayant un diplôme de niveau DT et qui veulent devenir formateur ou formatrice.

Les formateurs en fonction ; les futurs formateurs du nouveau secondaire dans les filières techniques et technologiques. Les cadres du sous-secteur de la Formation technique et professionnelle (FTP). Les jeunes et entrepreneurs qui veulent se parfaire dans leur domaine ainsi que les cadres des ONG et institutions qui coopèrent dans le domaine de FTP.

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [3299]