S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

SIMEX de table dans 18 communes du département Sud

SIMEX de table dans 18 communes du département Sud



Encore une fois cette année, le Système national de gestion des risques et des désastres (SNGRD) a organisé un exercice de simulation (SIMEX) dans le sud, les 5 et 6 août, en préparation à la saison cyclonique. Le SIMEX 2019 a impliqué 18 communes du département du Sud, une grande nouveauté depuis le début de ces exercices dans le pays.


Ce SIMEX de table, organisé dans le sud les 5 et 6 août 2019, a voulu exceptionnellement mettre les communes au cœur de l’exercice. Un choix judicieux, à en croire Emmanuel Pierre, Coordonnateur au niveau central de la Direction de la protection civile, compte tenu du fait que les communes devraient être aptes à organiser la réponse en cas de catastrophe.

Pour l’exercice de cette année, 19 sites ont été mobilisés dans tout le département du sud, 18 Centres d’opération d’urgence communale (COUC) et le Centre d’opération d’urgence départementale (COUD). Un total de 550 joueurs ont été mobilisés à travers les Comités communaux de protection civile (CCPC) des 18 communes plus 19 contrôleurs et 19 évaluateurs.

Comme chaque année, les objectifs ne diffèrent pas vraiment. « Ces exercices permettent d’évaluer l’efficience et l’effectivité des plans d’urgence, de tester les systèmes, les moyens (installations et équipements) et les instances impliquées dans la mise en œuvre des plans, de former les personnels d’urgence en leur permettant de pratiquer leurs rôles, et également de sensibiliser les communautés à risque », explique Sylvera Guillaume, coordonnateur technique de la Protection civile dans le sud, faisant une mise en contexte au lancement de la simulation au COUD du Sud.

Plus clairement et principalement, le SIMEX de table de cette année a voulu « tester les procédures d’opération standards de transmission de l’alerte cyclonique via l’Unité Unité hydrométéorologique d’Haïti (UHM), la DPC, le Comité Départemental-GRD-SUD et les Comités communaux de Protection civile (CCPC) ».

Mettant une emphase particulière sur les communes, l’exercice de cette année visait également à « évaluer les capacités du COUD-SUD et des COUC à collecter et analyser l’information et à informer à temps les populations en cas d’alerte cyclonique ».

Pour réaliser l’exercice, on a stimulé un ouragan de catégorie 4 dénommé Michel qui touche les côtes de la Grand-Anse, des Nippes et du Sud d’Haïti. L’ouragan simulé est accompagné de fortes pluies de 60 mm/h, des orages et de forts vents de 198.0 km/h avec des rafales. Selon les analyses, la capacité pluviométrique de MICHEL est énorme et les régions sud du pays à elles seules recevraient un cumul allant de 375 à 625 mm de pluie.

Très tôt dans la matinée du 5 août, tous les 19 sites ont été activés. Pour que les CCPC aient pu répondre normalement à l’exercice, toute une série de formations a été déjà organisée à leur intention par l’opérateur SIKSE, à travers le Projet de reconstruction et de gestion des risques et des désastres (PRGRD), projet de l’État haïtien financé par la Banque mondiale. Valéry Laguerre, directeur de SIKSE, s’est félicité pour le travail que sa firme a réalisé dans le sud dans le cadre du PRGRD, qui a permis entre autres de renforcer les capacités des CCPC dans les différentes communes du Sud d’Haïti.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [3563]