S'identifier Contact Avis
 
29.33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La loi sur les frais scolaires, la pire des lois votées par le Parlement haïtien, dixit le professeur Franck Georges

La loi sur les frais scolaires, la pire des lois votées par le Parlement haïtien, dixit le professeur Franck Georges








Franck Georges, membre de l’Union des normaliens et des éducateurs haïtiens (UNOEH), a déclaré le 8 août 2019 que la loi Bastien traitant des frais scolaires est la pire des lois que les parlementaires haïtiens aient voté. Selon le professeur, au lieu de soulager les parents, cette loi a favorisé la marchandisation des services éducatifs.

Proposée par le sénateur Kelly C. Bastien, votée au parlement en 2009 et publiée dans le journal national de la République en 2017, la loi sur les frais scolaires ne tiendrait pas compte de la réalité de l’Éducation nationale en Haïti, si l’on croit le membre de l’UNOEH. Selon le professeur, c’est ce qui a permis à diverses écoles privées d’anticiper et de contourner ladite loi. Tandis que la loi Bastien traite des frais mensuels, nombreux établissements scolaires ne parlent plus de frais mensuels. Certains se vantent même de ne pas contraindre les parents à payer chaque mois. D’autres parlent d’un seul frais pour l’année réparti en plusieurs versements.

Quant à ceux qui croient que les écoles ont augmenté de manière colossale les frais scolaires au détriment de la loi sur les frais scolaires, le professeur Georges croit que ces individus font une très mauvaise lecture de la situation. Le professionnel de l’éducation a estimé que les directions d’école n’ont pas violé la loi en choisissant d’augmenter les frais scolaires, surtout dans un contexte économique compliqué et embarrassant. « Ces écoles n’ont fait qu’anticiper la loi sur les frais scolaires », a-t-il déclaré.

Le professeur croit également que la loi sur les frais scolaires favorise ce qu’il appelle la marchandisation des services de l’éducation. Cependant, la Constitution de la République fait injonction aux autorités de l’État de prendre leurs responsabilités. « L’éducation fondamentale est gratuite », a-t-il rappelé. Selon le professeur, il est inconcevable que plus de 80% des écoles du pays soient du domaine privé tandis que la loi mère du pays reconnait que l’éducation est la charge de l’État.

Josué Pierre-Paul



Articles connexes


Afficher plus [3364]