S'identifier Contact Avis
 
29.33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Quand le passionné de la communication et du développement personnel conseille aux jeunes journalistes !

Quand le passionné de la communication et du développement personnel conseille aux jeunes journalistes !








Connu comme étant un passionné de la communication et du développement personnel, Sony Lamarre Joseph a bossé pendant plusieurs années comme journaliste attaché à la rédaction, la présentation et le reportage. À cet effet, pour faire suite à la première partie de l’entretien publié mardi 6 août 2019, le journal le National vous invite à découvrir, entre autres, les conseils de ce spécialiste originaire de Martissant à l’égard des jeunes journalistes.

Le National (L.N) : En ce moment, quel travail fait Sony Lamarre Joseph ?

S.L.J :Ancien Directeur de Programmation de Radio Lumière (le plus ancien réseau évangélique de radiodiffusion en Haïti), je travaille actuellement comme consultant à la programmation pour cette même station.

Depuis 2009, je suis le responsable des Relations publiques de l’ONG Compassion international. Je travaille pour l’Université INUKA comme rédacteur en chef d’un magazine qui fait la promotion de l’Université tant en Haïti que dans le monde francophone international. À cette université, j’enseigne aussi le Français, le journalisme et le Marketing.je dispense également le marketing et les Relations publiques à l’université Lumière.

L.N : À un moment donné, vous avez exercé la profession de journaliste ? Qu’est-ce qui vous a poussé à faire ce choix ? Pour terminer, un conseil aux jeunes journalistes…

S.L.J :J’ai pendant des années travaillé comme journaliste attaché à la rédaction, la présentation et le reportage. Le souci de servir ma communauté et d’informer avec objectivité m’avait poussé à faire ce choix.

Si je devais conseiller les jeunes journalistes, je dirais qu’il ne faut pas juste choisir la profession pour continuer à créer de nouveaux politiques irresponsables qui ne sont là que pour défendre leurs intérêts mesquins au détriment de ceux des citoyens.

Mais qu’ils doivent avoir pour motivation leur contribution dans le processus de reconstruction de la nation en informant objectivement avec éthique et professionnalisme.

En ma qualité de journaliste, je m’interroge souvent sur la responsabilité des médias dans l’état de pourrissement de notre pays. Et si les médias acceptaient de censurer certains discours subversifs qui ne profitent qu’aux personnes qui les émettent ? Et si les médias refusaient de relayer des conférences de presse invitant le peuple à la violence ? Et si les médias évitaient d’accorder la parole aux chefs de gangs poursuivis par les autorités judiciaires et policières ? Et si les médias refusaient d’envoyer des journalistes couvrir des évènements organisés par des gens n’ayant aucun intérêt de voir véritablement que les choses changent ? Et si les médias se gardaient un peu de se pencher dans du sensationnalisme pour prioriser l’éthique dans la profession ? Et si les médias évitaient sur leurs antennes de recevoir des hommes et des femmes qui tiennent des propos générant des passions meurtrières ?

À toutes ces questions et bien d’autres que je n’ose même pas poser, je réponds personnellement qu’il revient aux professionnels de la presse de comprendre qu’avec leur micro et leur stylo, ils exercent un grand pouvoir sur la population. En raison du fait qu’ils sont un moyen d’expression essentiel pour les acteurs démocratiques, ils jouent un grand rôle dans la formation de l’opinion publique. Plaçant certains débats sur le devant de la scène, ils peuvent également en occulter d’autres.

Pour un travail efficace, qu’ils utilisent la méthode R.A.C.E

Recherche : pour découvrir les informations

Analyse : pour savoir quoi vulgariser et pourquoi.

Communication : pour se mettre d’accord sur la bonne stratégie de vulgarisation

Évaluation : pour ajuster ou revoir sa stratégie de vulgarisation si cela s’avère nécessaire.

Tout ceci, dans le sens du bien commun !

Le National : Quelle est la plus grande passion de Sony Lamarre Joseph ?

S.L.J : Ma plus grande passion est la pratique de la communication efficace dans les relations interpersonnelles pour inspirer et porter plus d’un à réaliser que personne n’est le produit d’un simple hasard. Et que nous pouvons tous briller où nous nous trouvons.

Propos recueillis par :
Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3364]