S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Éducation et société secrète en Haïti

Éducation et société secrète en Haïti



Dans toute l’histoire de l’humanité, nous sommes unanimes à reconnaitre que toutes les grandes nations dans le monde sont créées sur la base des sociétés secrètes. Et par ricochet, tous les pays les plus riches et les plus puissants et les institutions les plus importantes investissent beaucoup dans les services secrets ou dans la vigilance à partir de système d’intelligence.

Dans un certain sens, cela ne doit pas être un secret pour personne. Encore moins pour les jeunes, les universitaires, les professionnels, les leaders, les membres des élites et les dirigeants de ce pays, qui s’amusent depuis quelque temps à déshabiller les institutions les plus stratégiques du pays.

Il n’y a pas de grands pays, de grandes sociétés ni de grandes institutions sans les secrets !

Deux proverbes autour du secret nous inspirent tellement de sagesse. Le premier nous dit : « Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau, et non pas pour se battre contre l’ancien ». Cela nous fait penser aux acteurs politiques, notamment les membres de l’opposition haïtienne depuis 1986.

D’une sagesse algérienne, on retient : « Parmi les hommes, le plus faible est celui qui ne sait pas garder un secret. Le plus fort, celui qui maitrise sa colère, le plus patient, celui qui cache sa pauvreté, le plus riche, celui se contente de la part que dieu lui a faite. ». Encore le tableau de la vie haïtienne, dans des parallèles qui justifient la place d’une éducation ou d’une formation sur les secrets en Haïti, qui passent autant par les sociétés secrètes.

Enseigner l’importance des secrets professionnels et institutionnels en Haïti !

Derrière chaque corps de métiers d’ici ou d’ailleurs, il existe toujours des secrets professionnels à ne pas dévoiler, divulguer ou dévaloriser. Du journaliste, en passant par l’avocat, le médecin, le banquier, l’ingénieur, le diplomate, les techniciens de laboratoire, les politiques, le policier, le comptable, et tout le reste, il faut revoir ou rappeler aux jeunes en particulier les limites du temps, de l’espace et des informations à ne pas franchir.

Double dynamique à prendre en compte, entre droit et devoir, entre silence et secret, le sacré et la sécurité nationale, il y a des limites certainement à ne pas franchir pour pouvoir exister dans quelques soit le système et le secteur d’activité. Quel a été le rôle des sociétés secrètes dans la mobilisation des esclaves et l’indépendance haïtienne en 1804 ?

Dans la liste des principales institutions culturelles les plus en vue et les plus influentes dans nos sociétés modernes, comme : la famille, l’éducation, la religion, l’économie, la politique, la santé, la culture, entre autres, sans oublier d’autres structures et organisations telles la construction, les télécommunications, les relations internationales, etc. la gestion des informations sensibles et stratégiques méritent un minimum d’accord et de compromis formel et surtout protocolaire, sur ce qui doit être rendu public ou non, même dans une société de l’information.

Droit et devoir : de la définition à la finalité des secrets dans chaque société !

Devoir de réserve oblige. Il est plus que jamais urgent de sensibiliser les enfants dans la famille, les jeunes sur les réseaux sociaux, sur l’importance de garder les secrets dans les rencontres avec des particuliers, les relations de toutes sortes, les conversations informelles, les communications diverses, les publications sur internet, etc. Pourquoi la majorité des grandes figures de l’histoire universelle ont-elles des liens avec des sociétés secrètes qui elles ne sont pas les principales instigatrices de ces confréries ?

Des questions simples, mais pertinentes, pourraient nous aider à mieux orienter ces parents et ces éducateurs sur la pédagogie à appliquer pour préparer la prochaine génération à devenir plus responsable dans la gestion et la diffusion sélectives des informations utiles, pratiques, usuelles, domestiques, professionnelles, stratégiques, sensibles, dangereusement mortelles.

D’un espace public à un autre, d’une toilette, en passant par la chambre et les bureaux, les murs ont toujours des oreilles depuis la nuit des temps, spécialement avec l’ère des technologies de l’information, renforcée par tous les outils, les matériels et les gadgets utilisés dans les opérations d’espionnage. Pourquoi les sociétés secrètes ou les services secrets sont les véritables gardiens des institutions ou du patrimoine familial et national ?

Défendre les secrets jusqu’au bout !

Didactique des secrets, pour reconstituer le tissu social et remembrer les familles haïtiennes, comme principale base dans le reformatage ou la reconsolidation des institutions publiques et stratégiques, nous devons encourager l’enseignement de l’éthique et du protocole autour des secrets. Ce qui n’est certainement pas pour demain. Mais qui aurait toute son importance dans la refondation de l’État nation, ou dans le changement de système, qui ne pourra pas se faire avec des citoyens et des citoyens très qui ne maitrisent pas les fondements des secrets dans la construction des sociétés. Et sans oublier dans les croisements des cultures, les négociations politiques, économiques ou militaires.

Derrière les mythes ou la diabolisation des sociétés secrètes, particulièrement en Haïti, quelles sont les sources de documentations écrites ou archivées, qui pourraient servir dans l’éducation des jeunes dans le pays ? Quels sont les secrets les mieux cachés en Haïti ? Quels sont les secrets qu’il ne fallait pas dévoilés dans la société haïtienne ? Combien et quelles sont les principales sociétés secrètes reparties sur le territoire haïtien et dans la diaspora ? Existe-t-il des sociétés secrètes haïtiennes en République dominicaine et dans d’autres pays, et quelles sont leurs principales activités ? Comment les secrets sont-ils transmis ou partagés en Haïti de manière formelle et informelle ?

Disait Léonard de Vinci : « Blâme ton ami en secret, vante-le devant les autres » !

Diverses questions que les élèves ou les étudiants haïtiens vont certainement poser aux professeurs ou intervenants, qui ne disposeront pas toujours des réponses. Parce qu’il existe très peu de littérature sur les sociétés secrètes en Haïti. Ce qui nous jette dans un univers de confusion totale d’ignorance, de peur, de méfiance, de diabolisation, de mésinterprétation ou de dérision.

Dommage que les autorités du système éducatif haïtien et des élites haïtiennes tardent ou refusent de reconnaitre qu’il existe un ensemble de connaissances utiles, pratiques et pertinentes que tous les Haïtiens, que chaque enfant né sur cette terre devrait savoir.

Difficile de comprendre qu’en 2019, en Haïti, on refuse d’enseigner aux écoliers haïtiens la définition, les fonctions, les expressions et les influences du vodou, des lakou, des lwa, et pourquoi pas des sociétés secrètes.

D’un temps lointain « Toutouni », Napoléon Bonaparte disait : « Il n’y a qu’un secret pour mener le monde, c’est d’être fort, parce qu’il n’y a dans la force ni erreur ni illusion ; c’est le vrai, mis à nu. »

Dans un souci de valorisation de la transmission des valeurs intergénérationnelles, de tolérance et de respect mutuel entre les élèves, d’origine sociale et de religions pas toujours compatibles, il serait toujours préférable de sensibiliser le citoyen haïtien sur l’importance des secrets et des institutions qui les cultivent, dans la vie quotidienne.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [3519]