S'identifier Contact Avis
 
23.12° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Etzer Emile : 7 raisons pour lesquelles une révolution de la jeunesse est possible !

Etzer Emile : 7 raisons pour lesquelles une révolution de la jeunesse est possible !








Pour Etzer Emile, il y a 7 raisons qui indiquent qu’une révolution de la jeunesse est possible en Haïti : Les jeunes sont plus nombreux, ils ont accès à l’information, à la technologie et sont témoins de l’échec des anciens. Également, ils affirment que les jeunes ont de l’énergie, de la fougue et ont l’avantage du momentum mondial qui leur est favorable. En effet, pour lui, pour que cela soit réalisable, la jeunesse doit d’abord s’impliquer en se formant sur plusieurs aspects comme l’économie, la politique, le social.

Pour avoir écrit, « Haïti a choisi de devenir un pays pauvre, les vingt raisons qui le prouvent », Etzer Emile se dit lors d’une conférence organisée au Ciné Triomphe récemment sur un ton plaisant : vous allez peut-être m’appeler « l’homme des raisons », mais il y a 7 raisons qui laissent croire qu’une révolution de la jeunesse est possible en Haïti. En ce sens, M. Émile avance ce qui suit tout en argumentant ses dires.

Les jeunes sont majoritaires dans le pays

Selon l’économiste, les jeunes sont plus nombreux en Haïti. « 75% de la population à moins de 40 ans », dit-il en tout en ajoutant que c’est une majorité inconsciente de sa véritable force pour l’instant.

Les jeunes ont accès à l’information

« En 1804, raconte-t-il, nous n’avons pas eu accès à autant d’information. Aujourd’hui, dit-il, nous avons beaucoup plus d’information pour mener une lutte ».

Les jeunes ont accès à la technologie

Selon lui, YouTube n’est pas là seulement pour regarder des vidéos. « Quelle forme d’utilisation avons-nous faite de la technologie ? Est-ce que tout le monde est conscient que Twitter n’est pas seulement un outil d’amusement, Facebook une application pour regarder des photos », s’interroge-t-il en adressant aux jeunes. Pour M. Émile, c’est un atout : le fait que les jeunes de maîtrisent la technologie mieux que les ainés (anciens).

Les jeunes sont les témoins de l’échec de « nos ainés »

Sur ce point, celui est auteur a tenu a relaté les échecs des dirigeants haïtiens. « Nous avons des gens qui n’arrivent pas à organiser un système éducatif qui marche correctement, raconte-t-il. Nous avons vu des dirigeants dans le pays qui n’arrivent pas à faire leur boulot de ramassage d’ordures ». Selon lui, les pays de la région font des progrès en électricité alors que le taux d’accès en Haïti est au-dessous de 30%.

« Nous avons vu que le transport public n’arrive pas à être moderne », dit-il avant d’ajouter que les routes en 2019. Selon l’économiste, il y a un ensemble de personnes qui prend le pouvoir, mais qui n’arrive pas à diriger. Il a aussi expliqué en guise d’échec, des sénateurs qui sont sans aucune préparation.

La révolution de la jeunesse est en marche dans le monde

Pour Etzer Emile, ce momentum est celui de la jeunesse. Les tendances mondiales le prouvent selon lui. En ce sens, il a pris en exemple, Porto-Rico, Algérie, Hong Kong pour ne citer que ces pays où des milliers de personnes, en majorité des jeunes, remettent en question des systèmes politiques qui n’ont aucun objectif par rapport à eux.

La force d’âme et l’impétuosité naturelle des jeunes

Comme avant dernière et dernière raison, laisse-t-il savoir, les jeunes ont de « l’énergie et de la fougue ». Selon celui qui est fils de pasteur, les jeunes ont soif d’opportunités et de meilleures conditions.

Par ailleurs, selon lui, cette révolution ne sera pas possible sans préparation de la jeunesse. « Être jeune ne te fait pas éligible pour faire mieux », dit-il. Pour M. Émile, ce qu’on dénonce comme incapacité, incompétence, être jeune n’est pas suffisant comme qualification. Le mot clé pour lui, c’est l’implication des jeunes en se formant d’abord, se mettre en réseau. Les jeunes doivent s’impliquer dans l’économie, la politique, le social…

Wisly Bernard Jean-Baptiste



Articles connexes


Afficher plus [3479]