S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

MEA : un mouvement écologique pour apporter les questions écologiques tant dans la politique que sur le plan sociétal !

MEA : un mouvement écologique pour apporter les questions écologiques tant dans la politique que sur le plan sociétal !



Le Mouvement des écologistes haïtiens - en créole, « Mouvman Ekolojis Ayisyen » (MEA) - a été lancé officiellement, jeudi 5 décembre 2019, au local de la Plateforme des organisations haïtiennes des droits de l'homme (POHDH), de la rue Montjoli de Turgeau. L’objectif de ce mouvement qui a pour slogan « notre environnement, notre vie, notre engagement », entre autres, est d’apporter les questions écologiques dans toutes les sphères de la société haïtienne.


Composé de militants écologistes issus dans différents endroits du pays et des organisations environnementales de la société civile haïtienne, le mouvement des écologistes haïtiens - en créole, « Mouvman Ekolojis Ayisyen » (MEA) -, par le biais de trois membres responsables de sa coordination, en l’occurrence, Messerne Sagesse, Anel Dorléan et Lovely Norvilus, a été lancé officiellement le 5 décembre 2019. Dans une conférence de presse tenue au local de la Plateforme des organisations haïtiennes des droits de l'homme (POHDH), de la rue Montjoli de Turgeau, M. Dorléan a indiqué que le mouvement écologique politique a pour slogan « notre environnement, notre vie, notre engagement » (Anvironnman n, lavi n, angajman n).

Selon Anel Dorléan, le mouvement a comme fondement trois grands principes fondamentaux : faire des pressions, faire des plaidoyers et participer dans des idées concordant aux objectifs de la structure qui se résument en quatre points.

Ces objectifs, selon M. Dorléan, sont, de prime abord, d’apporter les questions écologiques dans toutes les sphères de la société haïtienne, surtout dans les actions politiques ainsi que dans le mode d’organisation de la collectivité. Ensuite, de s’éloigner de toute démarche ou projet détruisant l’environnement du pays pour se procurer de l’argent. En outre, défendre et protéger l’environnement et le territoire du pays afin d’établir le bien être de la vie humaine, des animaux et toutes autres espèces existantes. Enfin, de faire la promotion pour un projet de société qui met l’environnement au cœur de toute réflexion citoyenne et action politique.

Pour Lovely Norvilus, membre du MEA, le pays est sous la menace d’une grande catastrophe écologique sans pareille passant par la pollution de toute sorte, le changement climatique, sécheresse, la dégradation de la biodiversité, l’érosion et la disparition de certaines espèces de plantes et d’animaux. La vie de la générationprésente et de celle à venir est menacée. Le pays est sous la voie de la disparition, prévient-elle parce que l’environnement et l’être humain c’est du pareil au même.Une fois que la biodiversité est attaquée c’est comme si l’être humain en soi est attaquée. Selon elle, il est d’urgence que les secteurs de la vie nationale accordent de l’importance à l’environnement.

Parallèlement, dans un communiqué sorti le même jour de la conférence le 5 décembre, le mouvement a laissé croire que l’État ne prend aucune mesure pour freiner la catastrophe environnementale qui plane sur le pays. Selon le communiqué qui dénonce qu’il n’y ait aucun parti politique écologiste, l’État contribue davantage dans la dégradation de l’environnement du pays en appliquant des politiques économiques moribondes.

Par ailleurs, pour être membre de ce mouvement écologique politique, la personne doit avoir au moins 18 ans, être en règle avec la justice haïtienne. Il faut aussi se mettre d’accord avec l’orientation idéologique du MEA, accepter de participer à toutes les réunions et activités du mouvement pour l’environnement, accepter de payer une cotisation annuelle comme étant membre. Faut-il signaler que selon son baptistère, MEA n’est pas un parti politique.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [3935]