S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Respecter les engagements : Haïti est-elle en bonne voie d'atteindre les objectifs de développement durable plus précisément l'ODD2 d'ici 2030?

Respecter les engagements : Haïti est-elle en bonne voie d'atteindre les objectifs de développement durable plus précisément l'ODD2 d'ici 2030?



Lors de la 70e session de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2015, les États membres parmi lesquels Haïti a adopté l'Agenda de développement durable 2030. Les 17 Objectifs de développement durable (ODD) figurent au cœur de l'Agenda. Élaboré sur la base d'un processus intergouvernemental inclusif, l'Agenda 2030 intègre les piliers social, environnemental et économique de la durabilité avec des objectifs de paix et de sécurité.

L'ODD 2 en détail

L'objectif 2 vise ainsi à mettre durablement un terme à la faim et à la malnutrition sous toutes leurs formes en faisant en sorte que toutes les personnes, notamment les enfants et les plus vulnérables, aient accès à une alimentation suffisante en quantité et en qualité. Il implique le développement de pratiques agricoles durables et vise à atteindre les cibles suivantes :

D'ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès toute l'année à une alimentation saine, nutritive et suffisante. Mettre fin à toutes les formes de malnutrition, doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires.

Accroître, notamment dans le cadre du renforcement de la coopération internationale, l'investissement en faveur de l'infrastructure rurale, des services de recherche et de vulgarisation agricoles et de la mise au point de technologies et de banques de plantes et de gènes d'animaux d'élevage, afin de renforcer les capacités productives agricoles des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur les marchés agricoles mondiaux.

Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaires et des produits dérivés et faciliter l'accès rapide aux informations relatives aux marchés.

Enjeux domestiques

L'atteinte des cibles de l'ODD2 relève de défis majeurs : la sécurité alimentaire, l'adaptation au changement climatique et la préservation des ressources, ou encore un développement économique responsable.


Pour y répondre, malheureusement Haïti n'a pas fait les efforts nécessaires pour la mise en place des actions variées aux niveaux national et international. L'ensemble des politiques publiques agricoles et halieutiques convergeant vers des objectifs de résilience sanitaire, environnementale, climatique, économique et sociale et participe à l'atteinte de l'objectif ODD2 n'ont pas été développées.

La contribution du secteur agricole à la lutte contre le changement climatique et à la préservation des ressources nécessite une évolution concertée des pratiques, notamment en matière de gestion de l'eau, de couverture des sols, d'usage des terres, de fertilisation azotée, de sélection animale et d'alimentation des animaux. Aucun projet agroécologique de grande envergure n'a pas été porté depuis 2015 par le ministère en charge de l'Agriculture s'appuie sur différents leviers (régulation biologique, biodiversité) visant à réduire la consommation d'intrants et à préserver les ressources naturelles, à renforcer la durabilité des exploitations, y compris dans son volet sociétal. Ce par exemple en veillant au bien-être animal dans les élevages.

L'application de ces leviers n'a de sens que s'ils sont utilisés par les différentes parties prenantes concernées : les exploitations, les entreprises, les filières, les territoires, sans oublier les consommateurs. Cela suppose une modification majeure des cadres de pensée, des modes d'acquisition des savoirs et des pratiques et requiert de l'innovation sociale, technique, technologique et scientifique, ainsi que de l'innovation collective en matière de coopération, d'organisation du travail et de modes d'investissement. Pour accompagner cette orientation, il convient d'identifier les transitions gagnantes et de créer les conditions pour leur intégration dans la chaîne de valeur en intervenant à tous les niveaux.

Enjeux internationaux

L'Agenda 2030 s'appuie sur le constat d'un monde de plus en plus interdépendant. Ce qui se passe là-bas a des impacts ici. C'est particulièrement vrai pour ce qui concerne le secteur agricole, qui est à la fois acteur et victime du changement climatique, mais aussi vecteur de solutions pour un monde plus équitable et résilient.

En effet, l'agriculture participe à la lutte contre la pauvreté (ODD1 et ODD10) en offrant emplois et revenus, notamment à des populations vulnérables.

Il s'agit dès lors de renforcer à l'échelle mondiale la sécurité alimentaire et nutritionnelle, par un appui à un développement rural inclusif, à l'agriculture familiale à travers une intensification agroécologique et par un soutien aux filières vivrières et d'élevage durables. Pour cela, il s'agit de développer des politiques agricoles, alimentaires et nutritionnelles adaptées, en lien avec les organisations internationales compétentes : Comité pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA), Groupe d'experts de haut niveau (HLPE), Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds international de développement agricole (FIDA)

La sécurité alimentaire à l'horizon de 2020 en Haïti

Plus d'un Haïtien sur trois est dans une situation d'insécurité alimentaire et a besoin d'une aide urgente pour faire face à ses besoins alimentaires quotidiens, a averti en novembre 2019 le Programme alimentaire mondial (PAM).

« La hausse des prix, les troubles socio-économiques et la baisse de la production agricole ont entraîné une augmentation de l'insécurité alimentaire en Haïti en 2019 »

Selon une étude du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire(IPC) menée en octobre, sur les 11 millions d'Haïtiens, près de 3,7 millions souffrent d' insécurité alimentaire grave. Et parmi eux, plus d'un million sont en situation d'urgence. Ce qui signifie que les familles doivent faire face à des difficultés extrêmes pour satisfaire leurs besoins alimentaires.

L'analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire d'octobre 2019 a montré que l'insécurité alimentaire dans les zones rurales avait augmenté de 15% depuis la dernière analyse effectuée en décembre 2018.

Pour la première fois, l'étude a également été menée dans la région métropolitaine de la capitale et a révélé que 850.000 personnes vivaient dans l'insécurité alimentaire à Port-au-Prince, dont 200.000 dans la phase 4 de l'IPC, Urgence. Le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire urgente passera de 3,7 millions à 4,1 millions en mars 2020.

Haïti doit s'engager à accélérer le rythme durant cette période de dix ans.

Haïti doit s'engager à intensifier ses efforts communs pour ne pas être le dernier de la classe d'ici 2030. Nous devrions profiter de l'élan de cette décennie pour aller plus loin et plus vite. Le temps est venu de prendre des décisions audacieuses, tant sur le plan individuel que collectif. Ces dix prochaines années doivent être une période d'action accélérée.

Les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les autres parties prenantes doivent être encouragés à trouver des solutions et à accélérer les mesures visant à combler les lacunes systémiques décelées dans la mise en œuvre du Programme 2030.

Guelson JEAN-LOUIS,

[Bibliographie]
Population et développement durable : des cartes pour voir...
PELTRE, Pierre, IRD, 2003/10, 32 P.

Quel développement durable pour les pays en voie de développement ?
FROGER, Géraldine (sous la dir. de) - CAHIER DU GEMDEV, n°30, 2005/11, 239 P.
https://haiti.un.org/fr/637-cadre-de-developpement-durable-2017-2021-undaf
https://www.ht.undp.org/content/haiti/fr
https://haiti.unfpa.or




Articles connexes


Afficher plus [3631]