S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

12 janvier 2020: une nouvelle semence de lumière à travers « AMOUNI »

12 janvier 2020: une nouvelle semence de lumière à travers « AMOUNI »



Mobiliser une Masse critique de citoyens et citoyennes pour un consensus autour d'une large vision progressiste pour la renaissance d'Haïti, au-delà des clivages politiques, socioéconomiques, culturels et idéologiques qui pourraient nous distancer, tel est l’un des principaux objectifs fixés par le mouvement AMOU, qui porte les empreintes de plusieurs personnalités issues de divers secteurs de la vie nationale en Haïti.

Didier Dominique, Martine Brisson, Dunois Éric Cantave, Etzer Pierre, Ginette Chérubin, sont parmi les noms retenus lors des réunions réalisées depuis plusieurs semaines en Haïti.

Dans la liste des événements officiels et institutionnels, diplomatiques et culturels, ésotériques et spirituels, formels et informels qui se tourneront vers la célébration du dixième anniversaire du séisme du 12 janvier 2010, il faudra retenir le mouvement « Amouni ». Rendez-vous pour harmoniser les Haïtiens avec la mémoire des victimes et la terre commune.

Défini comme mouvement citoyen, AMOUNI, entend inspirer de nouvelles bases au peuple haïtien, sur lesquelles jaillira une société consciente, solidaire, juste.

Dans une démarche très inspirée, on retient les principales missions suivantes: susciter un éveil des sens et de la conscience pour rendre la vision AMOUNI générale et active. Raviver la solidarité, élément fondamental dans l'histoire de notre pays, pour accomplir des actions permettant le début d’un changement profond dans notre société. Entreprendre des activités multiples devant conduire à une réflexion approfondie, à un méga événement pour le 10e anniversaire de la tragédie du 12 JANVIER 2010 et à une société consciente et solidaire. Participer à la reconstruction physique, morale, sociale, psychologique, économique et environnementale des Haïtiennes et des Haïtiens.

De ces activités à la fois culturelles et cultuelles, les initiateurs de ce mouvement entendent atteindre ces objectifs suivants : mobiliser une Masse critique de citoyens et citoyennes pour un consensus autour d'une large vision progressiste pour la renaissance d'Haïti, au-delà des clivages politiques, socioéconomiques, culturels et idéologiques qui pourraient nous distancer.

Dans une démarche volontaire, solidaire et participative, ils souhaitent : Assumer, construire et imprégner une attitude nouvelle pour une émancipation commune dans la lumière.

De nombreuses manifestations sont prévues sur les places publiques de la zone métropolitaine, qui ont été parmi les premiers sites à accueillir les déplacés et les survivants lors du séisme du 12 janvier 2010.

Dix ans après ce drame qui a remis à l’heure l’horloge national, les promoteurs d’AMOUNI, souhaitent vivement : « Rechercher la participation organisée de la Masse adhérente au Mouvement en créant des espaces d'échanges accessibles à tous. Participer à l'avènement du nouvel être-haïtien, participer à l'éclosion d'un nouvel ordre social, économique et culturel pour un vivre-ensemble et un bien-être généralisé de la population en réconciliation avec son environnement, alors maîtrisé. », comme le souligne les documents de base de ce mouvement qui inspire et invite.

Dans les documents du mouvement, on retient que : « Le tremblement de terre nous a rappelé notre vulnérabilité et la misère dans laquelle nous nous trouvons: renaître est une nécessité, une obligation. Nous le pouvons, car notre potentiel est énorme. De plus, les conditions extrêmes de la situation ne peuvent que nous amener à choisir : périr ou s’émanciper. Ainsi le pensent énormément de personnes, mais dans le désordre actuel, elles sont encore éparpillées. Il s’agit dès lors de nous unir et de résolument entamer le processus : concentrons donc nos énergies, synthétisons nos intentions, afin de créer une nouvelle force capable de s’irradier et illuminer l’avenir. La participation citoyenne est donc fondamentale pour la réussite d’une telle projection. De même, elle l’est dans son extension à tout le territoire national, jusqu’à mobiliser la diaspora de partout. ».

Déclinant sur plusieurs approches : « Le 12 janvier est le moment de départ de cette renaissance. Pour cela, nous pensons investir les lieux publics les plus importants en Haïti et dans la diaspora afin de marquer cette date et signifier ensemble la Renaissance nécessaire. Nous serons tous symboliquement hors des maisons, manifestant notre engagement et notre solidarité profonde ».

Dynamique de deuil et dépassement, les actions de ce mouvement pourraient dans une certaine mesure appuyer de façon continue les initiatives antérieures. En cherchant à évacuer le trauma causé par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en consolidant un collectif solidaire et sensible pour un réel dépassement.

12 janvier 2010 - 12 janvier 2020, une date historique et mémorable, mais surtout incontournable dans le renouveau national. En route vers une nouvelle forme de commémoration du drame et de célébration de la survie en Haïti, pour une nouvelle semence de lumière.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [3801]