S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

10 ans après le séisme, le Centre-ville de Port-au-Prince est toujours en lambeaux

10 ans après le séisme, le Centre-ville de Port-au-Prince est toujours en lambeaux



Au-delà des milliers de logements détruits et endommagés, le séisme du 12 janvier 2010 a engendré le déplacement de 1.5 million de personnes dans des camps divers. 10 ans plus tard, à travers la capitale haïtienne, les gens déplacés ne sont plus visibles comme avant puisque le nombre a significativement réduit en dépit des promesses de reconstruction non tenues. Au centre-ville de Port-au-Prince, les séquelles du cataclysme sont encore vivantes.


Dix ans après le séisme du 12 janvier 2010, le centre-ville de Port-au-Prince connu comme étant une zone commerciale se retrouve dans un état de délabrement total. Pourtant, des promesses de reconstruction de la part des autorités haïtiennes et des bailleurs internationaux ont été faites sans toutefois parvenir à de grands résultats. Cette catastrophe, qui a couté la vie à environ trois cent mille personnes et occasionné le déplacement de 1.5 million de personnes dans des camps divers, hante toujours l'esprit des Haïtiens. Surtout, des dispositions sérieuses ne sont jusque-là pas encore prises pour limiter les dégâts au cas où un tel drame se reproduirait.

En effet, en plus d’être déserté par certaines entreprises après le séisme du 12 janvier, le Centre-Ville de Port-au-Prince est devenu comme un foyer où l’insécurité bat son plein. Quand ce n’est pas des citoyens qui perdent leur vie à cause des bandits armés, ce sont ces bandits qui font leurs recettes dans les magasins... Ce qui pousse les propriétaires des petites et moyennes entreprises (PME) à fuir la zone. L’insalubrité jonchant presque toutes artères du Centre-ville est symptomatique de l'état de délabrement de l'environnement et de l'insouciance des autorités.

Dans cette perspective, le vénérable, Lova Toussaint, a révélé certains mystères concernant le centre-ville et son état insalubre. Selon lui, il y a une porte mystique (engendrant des bains de sang, de la saleté…) qui est ouverte sur Port-au-Prince. Et que, c’est la raison pour laquelle, les magasins ne peuvent fonctionner sans danger et normalement au centre-ville de la capitale. Selon le vénérable, il faut fermer cette porte pour que le maire puisse répondre à sa mission d’assainir le centre de Port-au-Prince.

Si certains propriétaires d’entreprises ne viennent au Centre-Ville que pour faire tourner leurs affaires, il faut dire également que le 12 janvier 2020 certains Haïtiens vont marquer 10 ans de vie sous une bâche, sans eau potable, sans latrines, sans électricité et sécurité.

À en croire le Miami Herald, l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), l'instance des Nations unies chargée de suivre le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays et de les relocaliser, laisse croire qu'il y a « aujourd'hui 32 788 personnes dans 22 camps » tout en excluant le mégabidonville qu'est devenu Canaan en pratiquement 10 ans. Pour les déplacés qui étaient estimés à 1.5 million de personnes, le nombre a considérablement réduit. L’agence humanitaire estime que cela devrait être reconnu comme un exploit.

Faut-il rappeler qu'en date du 12 janvier 2019, la Matrice de Suivi du Déplacement (DTM en anglais) de l’OIM avait indiqué un total de 34 508 personnes déplacées internes pour Port-au-Prince, Delmas, Pétion-Ville, Carrefour, Tabarre, Croix-Des-Bouquets, Cité Soleil, Léogane et Gressier.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [3801]