S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Et si YLAP redonnait vie à Anse d’Hainault ?

Et si YLAP redonnait vie à Anse d’Hainault ?



Les habitants de Dame Marie, Anse d’Hainault et les Irois sont venus nombreux participer aux différents ateliers qu’offrait YLAP (Yon Lot Anzdeno Posib) pour sa 2e édition. Après une semaine de formation, les bénéficiaires de ce programme pouvaient répondre au niveau pratique, que ce soit en macramé, en slam, en arts plastiques, en musique, en carrelage et aussi en théâtre. Durant cet événement, les animateurs des ateliers ont aidé les participants à s’épanouir et à extérioriser leurs talents. Le responsable de projet, Daphney Dumesle, et le président d’YLAP, Jovens Antoine, n’ont pas caché leurs satisfactions.


Notre de Dame de Lourdes de la ville d’Anse-d’Hainault a été le centre de formation de la 2e édition de YLAP lors de la fête de Noël. Chaque matin, un remue-ménage s’opérait sur toute la ville, annonçant un évènement gigantesque. Valise au dos, cahier en main les gens se présentaient à l’école Notre-Dame-de-Lourdes. La salle de conférence ne pouvait contenir le nombre de gens qui ne cessait de grossir un peu plus chaque jour. Dès le premier jour, les formateurs donnaient déjà leurs itinéraires aux participants.

Sous la direction d’Amilcar Jean-Pierre et de Daphney Dumesle, plusieurs jeunes du comté apprenaient à faire du théâtre. Un mélange de textes, de chants, de danse et d’expressions corporelles a été mis sur pied pour la représentation du dernier jour. Daphney travaillait les expressions corporelles avec les participants et Amilcar était responsable du plan technique. Pour la mise en scène, les animateurs ont mis l’accent sur l’Afrique. Ils ont fait un parallèle entre l’Afrique et la ville d’Anse-d’Hainault tout en mettant en exergue les atouts du département de Grand-Anse. Pour le tableau de danse, les formateurs ont fait choix de la chanson « Mama Africa » de Kids United. Pour la scène des mouvements physiques, ils ont opté pour une musique de Steeve Brunache. Lors de la restitution, autour du kiosque de la place d’Anse-d’Hainault, les acteurs ont investi la scène avec des bougies en main et tous de blancs vêtus. Beaucoup de talents enfouis se sont révélés au grand jour.

Sous la direction de Nervno Fils de Plume, environ une dizaine de jeunes garçons ont été entraîné à faire du slam. Devant leur envie d’apprendre, Nervno leur a intimé l’ordre d’écrire leurs textes pour la restitution de l’atelier. Un exercice qui n’était pas du tout facile. Car, pour la plupart d’entre eux, c’était leur première rencontre avec le slam. Nervno a choisi de fusionner l’atelier de slam avec celui de la musique pour une meilleure représentation. Sur la place d’Hanse-d’Hainault, devant un public en euphorie ils slamaient et prônaient le "vivre ensemble".

L’atelier d’Arts plastiques qui a été animé par Rousman Dorlys a reçu une douzaine de participants. Nombreux sont ceux qui ne pouvaient distinguer les figures géométriques au début de la formation. Avec patience, le plasticien a aidé les participants à s’orienter. Dès le troisième jour, les séances pratiques commençaient. Châssis, marteau, peinture, ils préparaient déjà leurs tableaux. Ces derniers qui, dans un premier temps, étaient exposés à l’hôtel Ozanana pour ensuite passer sur la place.

Contrairement aux autres ateliers, l’atelier Macramé a débuté avec des séances pratiques dès le premier jour. Les formateurs, Obed et Wenska ont prouvé aux gens le bienfait de fabriquer leurs propres accessoires. Après une semaine, ceux qui prenaient part à cet atelier pouvaient bricoler leurs bracelets, chaînes et anneaux.

La musique a bien mérité sa place au cœur de cette formation. Othnien Beaubrun dirigeait l’atelier de musique avec tact. Cet atelier était centré sur l’apprentissage du Keyboard. Après une semaine, les bénéficiaires étaient en mesure de jouer les gammes de cet instrument.

Plus d’une trentaine de personnes se sont inscrites à l’atelier de Carrelage. La satisfaction de Bebeto, le formateur, n’était pas des moindres. Par groupe, il montrait aux gens la meilleure façon pour poser les carreaux. Une œuvre où l’acronyme d’YLAP posée en carreau a été offert à l’organisation.

Par ailleurs, les formateurs ne comptent pas rester là. D’autres séances de formations sont déjà prévues pour d’autres occasions. « La ville d’Anse-d’Hainault déborde de beaucoup de talents qu’il faut encadrer », révèle Daphney Dumesle.

Pharah Djine Colin




Articles connexes


Afficher plus [3631]