S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Haïti-Environnement : vulgarisation de la Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (PNCC)

Haïti-Environnement : vulgarisation de la Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (PNCC)



Le ministère de l’Environnement (MDE) a procédé le 14 février 2020, à l’Hôtel Montana lors d’une cérémonie, au lancement du processus de vulgarisation du document intitulé ‘’Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (PNCC)’’. En effet, cette politique a été élaborée dans le but de mieux orienter les initiatives de lutte contre les changements climatiques à travers tout le territoire national qui est déjà très vulnérable.


Dans une cérémonie qui s’est déroulée le 14 février 2020 à l’Hôtel Montana, réunissant, entre autres, le représentant résident du Programme des Nations unies en Haïti, Fernando Hiraldo, le directeur général du ministère de la Planification et de la Coopération externe (MPCE), Wilfrid Trenard, le ministère de l’Environnement (MDE) a procédé au lancement du processus de vulgarisation de la « Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (PNCC) ».

En effet, la PNCC est un document de 47 pages du MDE élaboré avec l’appui de plusieurs autres instances tant nationales qu’internationales qui a pour objectif général de contribuer à l’amélioration du bien-être des Haïtiens par un processus de développement socio-économique inclusif, climato-intelligent et axé sur la promotion de sources d’énergies renouvelables disponibles dans le pays ».

Pour le ministre de l’Environnement, Joseph Jouthe, les impacts des changements climatiques sur notre mode de vie sont une évidence : augmentation de température, intensifications des phénomènes hydrométéorologiques, montée du niveau de la mer… « L’adaptation des économies au choc de ces évènements climatiques, dit M. Jouthe, représente un défi majeur pour le développement du pays ». Selon M. Jouthe, la PNCC a été élaborée dans le but de mieux orienter les initiatives de lutte contre les changements climatiques et vise aussi à mettre le pays sur la voie d’une croissance verte.

Le développement et la vulgarisation de la PNCC, précise-t-il, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations unies sur les Changements climatiques et du Protocole de Kyoto que Haïti a adhéré respectivement en 1994 et 2005. Parallèlement, faut-il signaler qu’un plan de vulgarisation de la PNCC a aussi été élaboré. « Ce plan de diffusion, affirme M. Jouthe, a pour objectif de vulgariser la PNCC auprès des parties prenantes clés de la vie nationale, rendre accessible la PNCC aux acteurs de développement et d’institutions de formations supérieures dans le domaine de l’environnement et des changements climatiques.

Plus loin, le titulaire du MDE a tenu à remercier le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en Haïti, l’Union européenne, l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Organisation des Nations unies pour l’environnement (ONU-E) pour leur appui au processus d’élaboration de la PNCC.

Prenant la parole en la circonstance, le représentant résidant du PNUD en Haïti, Fernando Hiraldo, a indiqué qu’Haïti est particulièrement vulnérable aux aléas météorologiques et climatiques. « Face à ces situations de vulnérabilité extrême, dit-il, le pays doit entreprendre des actions urgentes pour mieux s’adapter aux effets des changements climatiques et rendre les populations beaucoup plus résilientes ». Le résident du PNUD en Haïti croit que le renforcement de la résilience et de la capacité d’adaptation du pays doit aller de pair avec des efforts pour sensibiliser et incorporer des mesures dans les politiques et stratégies nationales.

« Dans cette optique, poursuit M. Hiraldo, la Politique nationale de lutte contre les changements climatiques donne les grandes orientations pour les différentes interventions et pour une meilleure coordination des actions ambitieuses tant d’adaptation que d’atténuation à l’échelle nationale. Elle est aussi un outil indispensable pour orienter l’intégration des changements climatiques dans les différentes politiques sectorielles du pays ».

Remplaçant le ministre de la Planification et de la Coopération externe à la cérémonie, le DG du MPCE, Wilfrid Trenard, a fait savoir dans son discours que la PNCC clarifie la position du gouvernement dans le changement climatique. « Elle s’aligne sur les orientations d’aménagement du territoire et de développement préconisées par le plan stratégique de développement d’Haïti (PSDH). Toutefois, le DG a rappelé qu’Haïti est très en retard dans la mise en place de la présente politique compte tenu de l’échéancier international. En ce sens, le MPCE appelle à l’harmonisation des interventions afin d’atteindre les objectifs rapportant aux changements climatiques.

Pour atteindre les résultats, selon ce qu’a indiqué le DG, cela nécessite de la rigueur et de la constance. « La dimension « climat », affirme-t-il, va et doit intégrer tous les programmes et projets de développement. Des dispositions doivent être prises afin d’y parvenir en considérant les quatre piliers de la PNCC, à savoir : les institutions, la gouvernance, le financement et l’efficacité ».

In fine, faut-il souligner certains objectifs spécifiques que vise la PNCC : réduire considérablement les dommages liés aux risques climatiques dans les différents secteurs stratégiques du pays ; diminuer ou éviter d’au moins 5 % par rapport à un scénario tendanciel les émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture, foresterie et affectations des terres (AFAT), créer des conditions propices à la production de richesses et à la diversification des activités économiques…

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [3686]