S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Différences nuances de noir

Différences nuances de noir



La notion de races humaines ou de couleurs a été pendant longtemps l’objet de plusieurs débats scientifiques. D’ailleurs ça l’est encore. Les idées n’ont pas été toutes dirigées dans le même sens. Si pour certains comme Craig Venter et Alberto Piazza il est impossible de diviser l’humanité en races, d’autres comme Richard Lewontin ou encore Mary-Claire King affirment le contraire.

« Être noir » fait souvent référence aux êtres humains qui ont la peau foncée c’est-à-dire ceux qui ont un épiderme qui comporte un fort taux de mélanine. Mais plus encore, ce n’est pas simplement une affaire de couleur de peau, mais la lignée d’où l’on vient (généalogie). On va partir du deuxième point de vue, on peut donc parler de « quatre catégories de races », parmi lesquelles il y a la « race noire ». Être noir en ce sens désigne les êtres humains originaires de l’Afrique subsaharienne.

Les discriminations envers les noirs ne sont pas nouvelles, si la situation s’est améliorée par rapport aux siècles précédents, aujourd’hui encore, en 2020, cette question est toujours de mise. Si être noir dans une société blanche est difficile, être noir dans une société noire ne devrait pas l’être, non ? Pourtant, dans beaucoup de sociétés noires on peut être accepté on non selon le teint, et ces stéréotypes autour des noirs existent aussi en Haïti. Si on vous dit que des jeunes se font harceler dans certaines catégories d’école en Haïti à cause de leur teint noir que les autres jugent trop foncé, ça vous surprendra peut-être, mais pas trop. Par contre, si on vous dit que des jeunes se font aussi harceler dans d’autres catégories d’écoles, car ils ont un teint que les autres jugent « trop clair » et ne sont donc pas acceptés, ça vous surprendra peut-être un peu plus. Comment oublier un commentaire vu sur la toile il y a quelques années qui disait « Comment peut-on considérer Tessa Thompson comme noire quand on voit Lupita Nyong’o ? »

Ici en Haïti, il y a différentes expressions assez dégradantes pour designer chacun selon leur teint très foncé ou plutôt très clair. Selon certains, pour être un « vrai » noir, il faut avoir des caractéristiques physiques précises, parmi les principales il y a : le teint foncé, les lèvres pulpeuses, le nez épaté ou encore les cheveux crépus. En réalité, il suffit d’observer une petite communauté en Haïti comme une école ou une église pour voir qu’il y a différentes nuances de noir. Donc, on peut être noir avec les cheveux lisses, les yeux bleus, les lèvres plates ou encore la peau très claire.

C’est dans ce dynamisme que l’équipe de Théo Photography a lancé son nouveau projet baptisé : « different shades of black » (différentes nuances de noires). Ce projet met en valeur la race noire dans toute sa splendeur et avec toutes ces différences. À travers des photos et des vidéos avec des mannequins noires de corpulence, de teint et de styles différents, nous aurons l’occasion d’admirer toute la beauté noire.

À travers ce projet, l’équipe espère changer le regard de certains et briser les stéréotypes autour des noirs. « Different shades of black » nous montre qu’au-delà d’une couleur de peau ou encore d’un type de cheveux, nous sommes une race, nous sommes tous noirs, nous sommes différents et c’est ce qui fait notre beauté.

Madjina ANTOINE




Articles connexes


Afficher plus [4028]