S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Solution miracle à l'échec scolaire dans le système éducatif haïtien!

Solution miracle à l'échec scolaire dans le système éducatif haïtien!



Introduction et contexte

L’élève devrait être au cœur de la stratégie éducative. Toutes les décisions prises dans le système éducatif devaient l’être dans le but de favoriser son apprentissage afin qu'il devienne un être pensant, un citoyen responsable, capable de contribuer à la vie de la cité. La note du 14 avril 2020 du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) de la République Haïti instituant la promotion automatique des élèves du premier cycle fondamental soulève de nombreux questionnements. Quelles sont les implications de la promotion automatique ou du bannissement du redoublement pour les élèves haïtiens? Quelles sont les recherches qui ont été faites dans les écoles haïtiennes afin de déterminer les causes du taux élevé de redoublement? Quelles sont les mesures qui ont été prises pour essayer de résoudre le problème une fois que les causes avaient été identifiées par des recherches rigoureuses sur le terrain? Si l’on est parvenu au point de décréter la promotion automatique afin de prévenir le décrochage scolaire au niveau de ce cycle d’enseignement, j’imagine que c’est parce que le problème a été minutieusement étudié et largement documenté et que toutes les mesures éducatives ont été prises sans que des résultats satisfaisants aient été observés. Si la solution à l’échec scolaire ne se trouve pas à l’école, quels peuvent être les autres facteurs qui influencent négativement le rendement scolaire des enfants? A-t-on développé des partenariats avec d’autres entités de la vie publique afin d’offrir aux élèves la meilleure expérience éducative que possible et prévenir l'échec scolaire? Et peut-être la question la plus cruciale: quels sont les plans d’intervention qui ont été, sont et seront faits pour accompagner les élèves qui rencontrent des difficultés au niveau de leur rendement scolaire afin qu’ils ne décrochent pas au niveau supérieur?

Je n’ai malheureusement aucune réponse à aucune de ces questions et mon objectif n’est pas de prescrire des choses, de militer en faveur ou contre le redoublement scolaire ou de critiquer la note ministérielle. Je souhaite uniquement attirer l’attention sur la problématique de l’efficacité de l’enseignement en Haïti et présenter les résultats de quelques études qui pourraient nous aider à porter un jugement basé sur les données probantes. Personnellement, je ne souhaite qu’aucun enfant n’ait à refaire une classe dans son cheminement scolaire. Je voudrais voir que tous les enfants trouvent les outils, l’accompagnement et l’environnement nécessaires afin de développer leur plein potentiel et faire des expériences enrichissantes et heureuses à l’école; et on s’entend que le redoublement n’est nullement une expérience heureuse. Cependant, je suis convaincue que la façon d’aborder le problème du rendement scolaire ne se trouve pas dans la promotion automatique.
La question du redoublement dans le monde

De nombreux pays ne mettent pas l’accent sur le bilan des apprentissages, mais se focalisent sur les évaluations de soutien à l’apprentissage (Laveault, 2014), ce qui crée donc une promotion automatique au sein des niveaux scolaires. D’autres encore combinent les deux formes d’évaluation afin de renforcer l’apprentissage des enfants. Dans les deux contextes, l’évaluation formative et l’évaluation sommative ont l’apprentissage de l’enfant au cœur de la pédagogie d’enseignement. Que le système favorise les deux ou privilégie l’une par rapport à l’autre, l’enfant devrait être l’objectif premier de toute forme d’évaluations et de toute réforme du système éducatif. Or, la note ministérielle en question ici me donne l’impression de faire de nombreuses considérations, mais aucune ne fait référence à l’élève ni à son apprentissage.

Certains pays comme le Royaume-Uni, le Japon et les pays scandinaves (pays de l’Europe du Nord en général) pratiquent la promotion automatique, alors que d’autres, notamment la France, l’Espagne et la Belgique continuent de pratiquer le redoublement (Paul et Troncin, 2004). D’autres comme le Canada, le Portugal et la Grèce permettent le redoublement exceptionnellement. S’il y a autant de postures face à la promotion automatique, c’est vraisemblablement parce qu’elle n’est pas nécessairement la solution miracle au problème de l'échec scolaire.

Toutefois, je dois admettre que le niveau de rendement des élèves des pays scandinaves est généralement très élevé alors qu’ils pratiquent la promotion automatique. En revanche, il est digne de mentionner aussi que leur système éducatif est très performant et leurs enseignants sont extrêmement qualifiés détenant généralement au moins une maîtrise en éducation. Donc, la réforme haïtienne pour une meilleure efficacité du système éducatif devait commencer par la qualité, l'environnement de l'enseignement et les outils de soutien à celui-ci. La promotion automatique n'est qu'un baume odoriférant sur une plaie gangrenée et infecte, ce qu'on appelle en créole: kache fèy kouvri sa.

Maintenant, qu’en est-il de l’efficacité du redoublement? De nombreuses études montrent que le redoublement n’est pas efficace et ne permet généralement pas à l’élève de combler ses lacunes. Comparés à des élèves faibles qui ont été promus, la performance des redoublants au niveau supérieur n’est pas meilleure (Paul et Troncin, 2004). D’autres études présentent des résultats mitigés, différenciés selon le genre. Ainsi, le redoublement favoriserait un réengagement des filles dans leur apprentissage alors qu’il compromettrait le cheminement des garçons (Therriault, Bader & Lapointe, 2011). De toutes les façons, les évidences suggèrent que le redoublement est pénalisant pour l’élève et que la promotion avec soutien pédagogique serait la méthode la plus appropriée pour aider les élèves (Paul et Troncin, 2004). Est-ce que cela justifie la note ministérielle de promotion automatique avec comme seule mesure adaptative la création d’un groupe de travail dont la mission est de produire un rapport sur le processus de mise en œuvre de la décision?

Des systèmes éducatifs comme celui du Québec reviennent au redoublement exceptionnel (une année au maximum au primaire et une au secondaire, approuvé par le parent ou l’élève s’il est majeur) après l’avoir rayé de leur pratique (St-Germain, 2004). En 2013, 26% des élèves québécois étaient en situation de retard scolaire selon une étude du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec (jadis MELS, 2013). Alors que le taux moyen de redoublement au niveau du fondamental 1 en Haïti, pour l’année scolaire 2014-2015, était de 14% (Dorvilier, 2016). Ces statistiques montrent que le redoublement constitue un sérieux problème tant en Haïti qu'ailleurs dans le monde. Cependant, il nécessite une approche d’attaque holistique et non une solution miracle comme la promotion automatique, ce qui ne fera qu'aggraver le problème.

Ceux qui ont milité en faveur de la promotion automatique en Haïti recommandent un ensemble de conditions nécessaires à son application (Dorvilier, 2016). Dans le plan décennal du gouvernement haïtien aux pages 14 et 15, les objectifs d’un système éducatif efficace sont clairement stipulés (MENFP, 2017). Qu’est-ce qui est fait par le ministère en appui à l’efficacité du système éducatif à part cette note, une vaste campagne de communication et la création d’un groupe de travail? Qu’est-ce qui est fait pour que l’enfant passe d’un niveau à un autre avec un bagage d’apprentissage enrichi et augmenté? La note ministérielle du 14 avril ressemble beaucoup plus à coup de baguette politique qu'à une solution éducative à un problème aussi profond que l'échec scolaire.

Des éléments de solution

Tout se joue à la petite enfance. Qu’est-ce qui se fait en Haïti pour aider les enfants à commencer leur scolarisation du bon pied? De nombreuses recherches montrent qu’une éducation à la petite enfance de qualité contribue à l’amélioration du rendement scolaire, à la diminution du taux de redoublement et à l’augmentation du taux de diplomation au secondaire (Paquette, Japel, & Paradis, 2016, Fleer & Van Oers, 2018; Hahn & col., 2016; OCDE, 2017; Workman & Ullrich; 2017). Ces mêmes études et de nombreuses autres montrent que les enfants issus de milieux défavorisés sont plus à risque de redoubler ou de décrocher, c’est pourquoi dans de nombreux pays, des programmes sociaux sont mis en place, des ressources pédagogiques sont prévues et utilisées afin d’accompagner ces élèves et de dépister tôt les difficultés d’apprentissage auxquelles ils pourraient faire face pour les réduire au maximum. Le programme Head Start aux États-Unis, divers programmes au Canada comme StrongStart BC et le Programme d’action communautaire pour les enfants sont des exemples de programmes qui s’assurent d’offrir des chances égales aux enfants et de les préparer à une expérience éducative réussie.

Les racines de l'échec scolaire en Haïti sont multiples et couper le tronc par cette note ministérielle ne fera que reporter le bourgeonnement à la quatrième année et aux années subséquentes du cheminement scolaire de l'élève. Il est primordial, selon des spécialistes en éducation, de mettre en place des centres à la petite enfance de grande qualité afin de diminuer les conséquences des multiples facteurs de risques auxquels sont confrontés les enfants issus de milieux défavorisés.

« Quant au niveau scolaire, il est incontournable de mettre en place, dès le début de la scolarisation, plus de ressources pour soutenir les enfants vulnérables qui sont à risque d’échec et, ultérieurement, d’abandon scolaire » (Paquette, Japel, & Paradis, 2016).

Conclusion

Sans être nécessairement contre la note ministérielle de promotion automatique des élèves de 1ère, 2ème et 3ème année fondamentale, je pense qu’il faut repenser la manière d’aborder le redoublement dans le système éducatif haïtien afin de promouvoir un apprentissage de qualité pour les enfants. L’amalgame politique ne résoudra pas les problèmes endémiques et systémiques auxquels l’éducation fait face. Je suis en principe contre le redoublement; car pour moi, une expérience éducative positive aura un impact durable sur l’élève. D’autant plus que le retard scolaire affecte davantage les jeunes faisant déjà face à de multiples facteurs de vulnérabilité. Ainsi, un redoublement contribue à les défavoriser encore plus et cela m’indigne au plus haut point.

Cependant, je suis contre les solutions simplistes. Le redoublement n’est que la fièvre du système. La cause de la fièvre doit être investiguée et traitée afin d’endiguer le mal pour que les enfants du pays n’en fassent pas les frais. Toutes les racines du mal doivent être repérées et soignées afin que le problème du redoublement soit effectivement résolu, sinon on ne fait que reporter le problème aux cycles supérieurs. Le manque d’efficacité interne du système éducatif haïtien ne sera pas résolu par la promotion automatique, mais par une multiplicité d’actions qui visent une réforme intégrale du système. Je comprends que la note vise à sauver des sous aux parents et à l’état, mais vise-t-elle aussi le salut des enfants par l’offre d’une expérience éducative qui leur permettra de tirer leur épingle du jeu dans la vie?

Au sujet de l'auteure

Léonne Valantin

Licenciée en Sciences Comptables à l’Université d’État d’Haïti et en Sciences sociales à l’Université du Québec en Outaouais. Elle est actuellement étudiante à la maîtrise en Affaires publiques et internationales à l’Université d’Ottawa.
Un grand merci à ceux qui ont relu le texte avant sa publication (JD, RA, JC, REC et KCV)

Références

Dorvilier, F., (2016). Pour l’élimination du redoublement dans le cycle d’enseignement fondamental en Haïti. Haïti Perspectives, vol. 5 no 1. Article disponible à l’adresse URL: http://www.haiti-perspectives.com/pdf/5.1-dorvilier.pdf

Fleer, M., & Van Oers, B. (2018). International Handbook of Early Childhood Education. https://doi.org/10.1007/978-94-024-0927-7
Gouvernement de la République d'Haïti. ministère de l’Éducation nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). (2020).
Décision ministérielle sur la promotion automatique au niveau des trois premières années de l’École fondamentale. Communication officielle disponible à l'adresse suivante: http://menfp.gouv.ht/#/home/blog/Z2XG5H3jUYpa4v7

Gouvernement de la République d'Haïti. ministère de l’Éducation nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP). (2017). Plan Décennal d’Éducation et de Formation (PDEF) 2017-2027. Document officiel disponible à l’adresse suivante: https://www.cliohaiti.org/IMG/pdf/plan_decennal_d_27education_et_de_formation_2017-2027.pdf

Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2013). Décrochage et retard scolaires, caractéristique des élèves à l'âge de 15 ans. Analyse des données québécoises recueillies dans le cadre du projet PISA/EJET. Faits saillants.
http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/publications/DecroRetardScolFaisSaillants_f.pdf

Hahn, R. A., Barnett, W. S., Knopf, J. A., Truman, B. I., Johnson, R. L., Fielding, J. E., Muntaner, C., Jones, C. P., Fullilove, M. T., Hunt, P. C., & Community Preventive Services Task Force (2016). Early Childhood Education to Promote Health Equity: A Community Guide Systematic Review. Journal of public health management and practice : JPHMP, 22(5), E1–E8. https://doi-org.proxy.bib.uottawa.ca/10.1097/PHH.0000000000000378

Laveault, D. (2014). Les politiques d’évaluation en éducation. Et après? Éducation et francophonie, 42 (3), 1–14. https://doi.org/10.7202/1027402ar

Organization for Economic Co-Operation and Development. (2017). Starting Strong V: Transitions from Early Childhood Education and Care to Primary Education (p. 298). https://doi.org/10.1787/9789264276253-en

Paquette, K., Japel, C., & Paradis, H. (2016). L’association entre l'état de vulnérabilité psychosociale pendant l’enfance et le rendement scolaire au primaire. (Report). Canadian Journal of Education, 39(2). URL: https://www.jstor.org/
stable/10.2307/canajeducrevucan.39.2.07

Paul, J-J. et Troncin, T., (2004). Les apports de la recherche sur l’impact du redoublement comme moyen de traiter les difficultés scolaires au cours de la scolarité obligatoire. Haut Conseil de l’Évaluation de l’École. Paris. Article consulté le 20 avril 2020 à l’adresse URL: https://www.researchgate.net/profile/Jean_Jacques_Paul/publication/44834582_Les_Apports_de_la_recherche_sur_l'impact_du_redoublement_comme_moyen_de_traiter_les_difficultes_scolaires_au_cours_de_la_scolarite_obligatoire/links/54e332020cf2de71a71e3f31/Les-Apports-de-la-recherche-sur-limpact-du-redoublement-comme-moyen-de-traiter-les-difficultes-scolaires-au-cours-de-la-scolarite-obligatoire.pdf

St-Germain, P., (2004). L'abolition du redoublement à l'école - De la rectitude politique sur le dos des élèves. Article lu à l’adresse URL : https://www.ledevoir.com/
non-classe/63044/l-abolition-du-redoublement-a-l-ecole-de-la-rectitude-politique-sur-le-dos-des-eleves

Therriault, G., Bader, B. & Lapointe, C. (2011). Redoublement et réussite scolaire : une analyse du rapport au Savoir. Revue des sciences de l’éducation, 37 (1), 155–180. https://doi.org/10.7202/1007670ar




Articles connexes


Afficher plus [4119]