S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

27 ans d’existence aux services de Bayonnais: et si OFCB n’existait pas?

27 ans d’existence aux services de Bayonnais: et si OFCB n’existait pas?



L’Organisation de la force chrétienne de Bayonnais (OFCB), une organisation socio-religieuse et à but non lucratif, basée à Bayonnais, 3e section communale des Gonaïves, célèbre, le 20 août prochain, son 27e anniversaire. Une occasion pour Actionnel Fleurisma, Président de l’organisation, de retracer, pour Le National, l’histoire de cette grande institution et présenter ses principales réalisations.


L’Organisation de la force chrétienne de Bayonnais (OFCB) aura 27 ans, le 20 août 2020. Malheureusement, la crise pandémique de la Covid-19 bouscule le menu de la fête. «Nous avons envisagé de célébrer le 27e anniversaire de l’organisation, de concert avec les élèves de la Philo de l’institution. Au menu, il y aurait des conférences-débats, de remise de diplôme et de manifestation culturelle», a fait savoir M. Fleurisma qui présente un bilan détaillé de l’organisation.

OFCB est une organisation qui, selon ses propos, intervient dans les domaines ecclésiastique, agricole, environnemental, éducatif et sanitaire. Mais la première œuvre de l’organisation était une école. Actionnel Fleurisma s’est senti appelé à fonder une école au service de Bayonnais. En janvier 1994, Actionnel Fleurisma, Dimilsaint Mondélus, Luckner Saint-Louis, Firmin Saint-Louis et Saint-Victor Séjour ont fondé une école dans leur quartier d’enfance – Bayonnais, lit-on dans un document retraçant l’histoire de l’OFCB, qui, selon pasteur Fleurisma, compte plus de 200 employés. «Nous n’avons aucun moyen financier de construire un bâtiment scolaire. Sans chaussures sans uniformes, nos élèves ont suivi, à l’époque, des cours sous les manguiers en payant un frais d’une gourde par mois (1 gourde/mois)», a précisé le révérend. Fondée le 20 août 1993, OFCB, ajoute-t-il, est le résultat d’une vision nourrie depuis 1987.

Bayonnais est limitée à l’Est par Saint-Michel de l’Attalaye et à l’Ouest par la ville des Gonaïves. Il est difficile de remonter à la date de la fondation de cette section communale. Mais selon le révérend, Bayonnais, depuis sa création jusqu’en 2003, n’a jamais eu d’école atteignant le niveau de Philosophie. «Pendant 27 ans d’existence, nous avons formé 16 promotions de philo. Humilié, injurié et calomnié comme fils de paysans qui voulait apporter un changement, je n’étais jamais découragé. Comme résultats, notre institution scolaire a donnée en 2002 deux lauréats départementaux (5e et 9e places), en classe de Rhéto. En 2003, nous étions la seule école ayant donné un pourcentage de 100% en Philo pour tout le département de l’Artibonite. Encore, en 2012, avons-nous donné le 5e lauréat national», a énuméré M. Fleurisma.

Grâce à l’appui financier de l’organisation, plus d’une trentaine de jeunes, souligne-t-il, ont pu fréquenter les universités privées les plus prestigieuses en Haïti dont l’Université Quiskeya et Notre-Dame d’Haïti. «Je suis fier de mes anciens élèves qui, dit-il, sont devenus aujourd’hui de grands médecins, ingénieurs et agronomes.» Sur le plan infrastructurel, OFCB, de concert avec la population, a construit deux ponts : l’un en 2006 et l’autre en 2019 sur la Ravine-à-couleuvre dont le coût a été évalué à 17 millions de gourdes, sans compter plusieurs kilomètres de route en terre battue.

OFCB a aussi, durant ses 27 ans, des réalisations dans le domaine sanitaire. Selon une étude menée par Paul Ardly Nelson et Wallace Manassé, avant 2012, Bayonnais était pourvu d’un seul dispensaire public, peu équipé et un personnel médical composé seulement de deux auxiliaires. Lorsqu’Haïti a été frappée par le choléra en 2010, OFCB était la seule organisation, en absence de l’État haïtien, ayant apporté gratuitement des soins médicaux à la population bayonnaisienne, rappelle Actionnel Fleurisma.

En juin 2012, les dirigeants de l’OFCB ont inauguré un centre de santé, un projet à court terme. «C’est un rêve qui est réalisé 25 ans après que j’avais vu, aux États-Unis, un chien se rendant à l’hôpital», a expliqué le quinquagénaire qui promet qu’actuellement, l’organisation travaille sur la construction d’un hôpital d’une capacité de 20 lits d’hospitalisation au minimum.

De 2016 à 2017, OFCB a financé un projet d’irrigation visant à supporter les paysans. «Environ 150 hectares de terre qui ont été cultivés chaque saison pluvieuse sont maintenant arrosés», a confié Agronome Manassé, responsable du programme de l’agriculture de l’OFCB Ministries.

La population de Bayonnais consommait de l’eau des sources et celle de captage. En effet, afin de protéger la santé de la population, les dirigeants de l’OFCB ont réalisé un projet d’eau potable. «Nous avons installé environs six châteaux d’eau dont le coût de chacun est estimé à $60 000 US. Deux d’entre eux peuvent fournir par jour plus de 10 mille gallons», a-t-il fait savoir en précisant que «les habitants peuvent s’approvisionner en eau potable gratuitement».

Pour contrecarrer la pratique des prêts à des taux d’intérêt excessivement élevés, OFCB a inauguré en 2004 une caisse d’épargne. «L’objectif est de combattre le vol de grand jour. Dit autrement, c’est permettre à la population de prêter à des taux très faible, soit 1% », a-t-il expliqué. Le ventre affamé, a-t-il répété, n’a point d’oreilles. Pour rester attaché à ce dicton, M. Fleurisma distribue toujours de kits alimentaires à des gens les plus vulnérables et un plat chaud chaque jour aux élèves.

Philanthrope, la population doute qu’un prochain dirigeant de l’OFCB soit un humaniste comme Actionnel Fleurisma. Ce dernier lance un appel à ces anciens élèves qui font partie de l’organisation afin de mettre en application les valeurs qu’il leur a transmises : le vivre-ensemble, la moralité, l’honnête et la philanthropie.

À l’égard du Psaumes 94 :17, si OFCB n’était pas le secours de Bayonnais dont la population est estimée, selon l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI), à plus de soixante-dix mille habitants, les suprêmes espoirs et l’avenir de bon nombre de Bayonnaisiens seraient bien vite dans la demeure du silence.

Wilner JEAN
jeanhaitiwilner@gmail.com




Articles connexes


Afficher plus [3801]