S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Jean-Wald Orélus, un jeune activiste environnemental sous-estimé

Jean-Wald Orélus, un jeune activiste environnemental sous-estimé



Il y a plus d’un an depuis que Jean-Wald Orélus pose, à Bayonnais, 3e section des Gonaïves, des actions concrètes en vue de protéger l’environnement. Récompenses : il est non seulement sous-estimé par une jeunesse déchirée, mais aussi ses réalisations ne font pas des émules.


Diplômé en sciences agronomiques en 2018 à l’Université américaine des sciences modernes (UNASMOH), Jean-Wald Orélus, depuis lors, ne reste pas comme un spectateur face à la dégradation de l’environnement. Il a en effet distribué, les 24 juin et 10 juillet, plus d’un millier de plantules à la population de Bayonnais. Le but de cette initiative, selon lui, est de contrecarrer les menaces auxquelles est confronté l’environnement. « Comme un jeune agronome qui connaît l’importance de l’environnement pour une société, je ne veux pas rester inactif face aux paysans qui abattent les arbres », a-t-il déclaré.

Le jeune agronome veut, à long terme, mettre en terre 100 000 plantules. Mais pour l’instant, il a planté, en deux journées, 150 manguiers, 400 bois de chêne, 200 bois blancs, 100 avocatiers, 70 tamariniers, 150 oliviers, 50 citronniers, 50 orangers et 100 flamboyants, soit un total de 1 270 plantules. Cette activité de reboisement est réalisée sans le support des autorités au niveau de la commune des Gonaïves.

« J’ai entrepris des démarches auprès de la mairie des Gonaïves, la direction départementale du ministère de l’Environnement, l’Agriculture et la délégation départementale. Malheureusement, c’était en vain », se plaint-il. Toutefois, il souligne que pasteur Actionnel Fleurisma, Dr Faustin Charles, Renel Accéus, Dr Samuel Mondélus et M. Wallace Manassé, le coordonnateur du Conseil d’administration de la section (CASEC) de Bayonnais, ont embrassé, à cœur ouvert, cette initiative.

Ne voulant pas dévoiler de montants, il avance simplement que les supports financiers qu’il a reçus valent 5 % du coût total du projet. « Après mes études universitaires, j’ai investi mon argent afin de créer mon entreprise : Jean-Wald pépinière. Mais lorsque je constate la façon dont les sources tarissent et les impacts du phénomène de l’érosion sur Bayonnais, il est important de me mettre gratuitement aux services cette communauté », soutient Jean-Wald Orélus.

Avec ce projet, M. Orélus entend reboiser cinq bassins situés à Bayonnais. Maintenant, il est présent dans deux, dit-il. À en croire Jean-Wald Orélus, planter des arbres n’est pas le seul volet de cet exercice. Dans chaque zone, il s’assure qu’il y a un comité composé des citoyens volontaires pour protéger les plantules. « Je commence à sensibiliser la population en leur montrant l’importance des arbres dans un environnement. De plus, je mets des comités pour les protéger », a-t-il fait savoir.

Parallèlement, le jeune agronome dit qu’il se lance dans le recyclage des déchets. L’objectif, explique-t-il, est de réduire dans la nature le nombre de sachets d’eau et de produits en polyéthylène et en styrofoam qu’utilise la population.

Dans ce combat, Jean-Wald Orélus semble être seul. Depuis plus d’un an, il lance un appel à la jeunesse bayonnaisienne afin de s’unir contre les problèmes qui menacent la planète. Son appel, constate-t-on, reçoit des avis défavorables. Or, lutter contre les problèmes environnementaux est l’affaire d’une équipe. Pourtant, chacun continue à former son petit clan et sous-estimer les gens capables.

Selon ses déclarations, la population accueille avec enthousiasme l’initiative. Qualifié d’avoir la grosse tête, Jean-Wald Orélus, après avoir marqué ce but, ne chante qu’un seul refrain : les Bayonnaisiens ont besoin d’un leader pour les guider.

Certes, cette activité mérite d’être applaudie. Mais distribuer plus d’un millier de plantules à Bayonnais, une section communale comprenant plus d’une vingtaine de localités et ayant une superficie de 170 km2 et une population estimée à plus de 70 000 d’habitants, selon l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI), n’est qu’un vers d’eau dans un océan pour se considérer comme un leader. Cela dit, il est trop tôt pour crier victoire. Car, la sagesse, écrit Demesvar Delorme, consiste en grande partie à ne pas perdre la tête au milieu des succès.

Wilner Jean




Articles connexes


Afficher plus [3905]