S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Centre : la commune de Belladère fait face à une rareté d’eau, le GARR exhorte les autorités concernées à agir en toute urgence

Centre : la commune de Belladère fait face à une rareté d’eau, le GARR exhorte les autorités concernées à agir en toute urgence



Dans une note publiée récemment, le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (GARR) a tenu à informer que la commune de Belladère, située dans le département du Centre dans l’Arrondissement de Lascahobas et limitrophe avec la République dominicaine, subit une sécheresse sans précédent qui laisse les habitants sans eau depuis environ un an. La cause principale de cette rareté est due à la sécheresse, la défaillance du système d’adduction d’eau potable et l’augmentation du nombre de ménages au niveau de la commune, a expliqué Kersaint Saint-Jean, l'un des responsables du Comité d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement de Belladère (CAEPA).


Haïti fait face à de nombreux défis et affiche des taux d’accès à l’eau et à l’assainissement trop loin des objectifs de développement durable. Dans des communes urbaines que rurales, la population continue de souffrir du manque d'eau quotidiennement.

À Belladère, selon les informations rapportées par le GARR, les robinets sont à sec depuis près d’un an. Les habitants des localités de Bas-Régis, Cité-Joly, Rue Saint-Charles, Cachiman, Roché, Bois-Caïman, Cité Tôle, sont assoiffés, a informé le GARR dans la note.

À en croire le GARR, le problème d'eau dans la commune de Belladère n'est pas sans conséquence sur les couches les plus vulnérables de la population, notamment les femmes et les enfants. Car d’après l’organisme qui lutte contre la discrimination et l'injustice subies par les Haïtiens à l'étranger, notamment en République dominicaine, cette situation met la population dans l’obligation de parcourir quotidiennement plusieurs kilomètres en vue de s’approvisionner en eau dans les rivières les plus proches.

« Depuis plus de 10 mois, nous n’avons pas accès à l’eau dans nos robinets. Nous en souffrons énormément », s’indigne une mère de famille de Bas-Régis. Toujours selon le GARR, la rareté de l’eau qui persiste dans la commune de Belladère a déjà d’importantes conséquences catastrophiques sur la vie de la population.

Les conséquences du manque d'accès à l'eau et aux services essentiels comme hygiènes ou assainissements sont nombreuses. « N’étant pas de bonne qualité, l’eau des rivières expose la population à diverses maladies comme la diarrhée, la typhoïde et des infections cutanées et vaginales. Ces derniers jours, nous recevons à l'hôpital plusieurs enfants atteints de maladies de la peau, notamment la grattelle », a déclaré un responsable de l'Hôpital La Nativité au GARR.

Par ailleurs, l’un des responsables du Comité d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement de Belladère (CAEPA), Kersaint Saint-Jean, a fait savoir que cette carence d’eau est due particulièrement à la sécheresse, la défaillance du système d’adduction d’eau potable et l’augmentation du nombre de ménages dans la commune. « Même en temps normal, le système actuel ne pourra pas alimenter en eau toute la population. Il a été construit pour desservir 1500 ménages tandis qu’aujourd’hui, il y a plus de 5000 ménages à desservir », a-t-il indiqué.

Pour résoudre cette crise, Kersaint Saint-Jean estime qu’il faut construire d’autres réservoirs de très grande capacité pour pouvoir alimenter tout le centre-ville. Le drainage des eaux provenant de la source Onde-Verte, le renforcement de la capacité du réservoir de Wòy Lopwèk et la réalisation des travaux de réparation au niveau du système doivent être effectués, a-t-il déclaré.

Quant au GARR, face à cette situation qui a déjà causé trop de torts à la population, il encourage l’État haïtien à procéder à une véritable radiographie du système actuel d'assainissement et d'adduction d'eau potable des différents quartiers de la commune dans le but d’apporter des solutions durables et efficaces.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [4077]