S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Maison Félicité : une centaine de filles mieux formées et informées pour choisir leurs métiers !

Maison Félicité : une centaine de filles mieux formées et informées pour choisir leurs métiers !



Du 23 au 28 novembre 2020, environ une centaine de jeunes filles ont bénéficié d’un séminaire de formation sur l’orientation professionnelle en Haïti, en ces temps où de plus en plus de jeunes ne souhaitent plus vivre en Haïti. Quels sont les aptitudes, les prérequis, et les connaissances que ces jeunes filles devraient disposer pour bien choisir leurs métiers en ces temps de crises sociétales profondes ? Quels sont les anciens et nouveaux métiers qui pourraient offrir plus d’opportunités aux jeunes filles dans les prochaines années, en Haïti et partout ailleurs, d’ici l’année 2030 ?

Deux groupes composés chacun d’une cinquantaine de jeunes filles, constitués des anciennes élèves de la classe terminale du lycée du Cent-Cinquantenaire « Lycée des Jeunes Filles », ont bénéficié de trois jours de formation intensive, en matière d’orientation professionnelle.

Des intervenants d’horizon divers, des spécialistes de l’éducation, de l’accompagnement des jeunes et d’autres secteurs comme le droit et les ressources humaines, se sont investis et complétés dans la formation des jeunes filles du pays. Chantal Volcy Céant, Sabine Malebranche, Christa Simonis, Dominique Domerçant et Lemkey Dorcent figurent dans la liste de ces formateurs, qui ont investi de façon bénévole leurs temps, pour encadrer, encourager et accompagner ces jeunes, à l’initiative de la fondation Cercle de valeurs Citoyennes.

Dans la liste des sujets abordés, on peut citer : la « Gestion des Ressources personnelles », animée par la présidente de la fondation Cercle de Valeur Citoyenne, et marraine de la promotion sortante 2019-2020, l’écrivaine Chantal Volcy Céant. L’auteure de « Jezila gen yon rèv », s’est ainsi basée sur la réalité sociale du pays, en tenant compte des origines sociales et les véritables besoins et défis de ces filles, pour sensibiliser ses dernières sur les différentes manières d’assurer une meilleure gestion de leurs ressources personnelles. Quels sont les rêves et les priorités de ces filles qui souhaitent se former dans les temps à venir ? Comment organiser ses dépenses et prendre en compte les réalités socioéconomiques des parents ? Pourquoi une gestion responsable et rationnelle des ressources personnelles, aussi minimes qu’elles soient, est-elle capitale dans la réussite des différents projets des filles ?

Dans un contexte de crise aussi difficile et complexe, c’est à l’éducateur Dominique Domerçant, du haut de ses formations et expériences professionnelles croisées, et de ses nombreuses années investies dans l’assistance aux jeunes en Haïti et dans d’autres pays, d’aborder le thème : « Métiers et Opportunités en Haïti ». En survolant un ensemble de points clés tels que : le contexte économique et géographique, les choix personnels, les résultats scolaires, les rencontres et les hasards de la vie, entre autres ; l’intervenant a mis l’accent sur l’importance pour les jeunes de se préparer (par l’autoformation, l’intelligence pratique et l’éveil) en permanence pour pouvoir mieux bénéficier des opportunités qui viendront dans les différents domaines, en dehors de la crise actuelle qui affecte la société haïtienne.

« Droits & Devoirs du Citoyen » a été le thème retenu pour sa part, par le professionnel du droit, l’intervenant Lemkey Dorcent. Une manière particulière de présenter l’ensemble des défis et des responsabilités qui attendent les jeunes en Haïti et partout ailleurs. Quels sont les droits et les devoirs des filles à tous les points de vue ? Comment les filles, en tant que citoyennes, doivent-elles se responsabiliser dans les prochains choix de métiers qu’elles vont entreprendre ? Pourquoi enseigner les notions du droit et des devoirs aux filles en matière d’orientation professionnelle ? Autant de questions, parmi tant d’autres qui servent de déclic pour ces filles, tellement assoiffées de culture générale et des conseils avisés de leurs aînés, pour bien décider autour des prochains choix professionnels, qui vont déterminer en partie toute leur existence.

De façon plus avisée et pragmatique, le thème « Violences basées sur le genre » avait été retenu au programme de formation de ses filles qui vont se lancer dans des études supérieures, qui seront certainement suivies par des recherches de terrain, des stages et d’autres expériences professionnelles des plus imprévisibles. Tant sur le plan technique, professionnel et universitaire, elles seront nombreuses les complexes et les stéréotypes qui vont influencer de façon positive et surtout négative la trajectoire de ces filles. C’est l’intervenante, madame Christa Simonis, une femme doublée d’une formation en psychologie et en droit, avec plusieurs années d’expérience dans de nombreux secteurs d’activités en Haïti, et dans la gestion des ressources humaines au sein de plusieurs institutions internationales qui a présenté ce sujet, dans l’objectif de sensibiliser et de responsabiliser ces filles sur un ensemble de défis, illusions et pièges qui tardent à disparaitre dans nos sociétés.

De l’auteure Sabine Malebranche, les filles allaient bénéficier d’une communication des plus pertinentes autour du thème : « L’Art de vivre ensemble ». Dans les prochains choix qu’elles vont effectuer, il parait important d’évaluer leur rôle et leur place dans la société, comme étant de véritables actrices qui doivent contribuer dans la promotion de la culture du vivre ensemble. Comment l’absence du vivre ensemble en Haïti influence-t-elle de façon négative les familles autant que les enfants ? Comment les choix des métiers des filles devraient-ils influencer positivement la promotion de la culture du vivre ensemble dans la famille, le quartier et dans tout le pays ? Comment l’art de vivre ensemble pourrait-il aider les filles à mieux réussir dans les prochains choix d’études ?

De l’avis de la majorité des filles, toutes des bénéficiaires de cette formation, telles que : Yanah Vinouch Adolphe, Vanessa Charles, Marie Lutane Fontaine, Djoline Joseph, parmi tant d’autres : « Ce fut une grande opportunité pour elles d’apprendre de nouvelles connaissances et de profiter des expériences de ces intervenants pour mieux finaliser leurs choix professionnels, dans les semaines, les mois et les années à venir. »

D’un autre côté, Lorvencia Avril, Rebecca Charles, Sherlande Dorval, Bendia Flore Simon ou Mitou Lourdy Therlonge, n’ont pas caché leurs grandes satisfactions lors des pauses entre deux interventions. Elles en ont profité à la fin de la formation pour remercier les formateurs, et en particulier la marraine de leur promotion de la classe terminale, Chantal Volcy Céant, qui a tenu à les encadrer de façon intelligente et durable, par rapport aux multiples défis qui les attendent.

Dans ses propos de circonstance, l’initiatrice de cette formation, madame Chantal Volcy Céant, a fait savoir que : « La “Maison de Félicité” est un projet spécifique de la Fondation “Cercle de Valeurs Citoyennes” visant à la promotion et à l’émancipation des jeunes filles d’Haïti. »

Marie Angela Petit-Frère




Articles connexes


Afficher plus [4169]