S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Célébration eucharistique des cinquante ans de la fondation des Filles de Marie Reine Immaculée

Célébration eucharistique des cinquante ans de la fondation des Filles de Marie Reine Immaculée



Le mercredi 6 janvier 2021, jour de L’Épiphanie dans la liturgie catholique, les religieuses des Filles de Marie Reine immaculée (FMRI) ont célébré à la chapelle Sainte-Marie les cinquante ans de la fondation de leur congrégation. La célébration eucharistique présidée par Monseigneur Ducange Sylvain, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Port-au-Prince et assisté des pères Jacques Beaudry et Joseph Philor de la communauté Sainte-Marie à Canapé-Vert, a permis de revoir avec éloquence l’itinéraire de Marie Louise Elda Saint Louis : « mère Monique de l’Ange gardien » fondatrice de la congrégation des FMRI et revoir son engagement au service de Dieu et de ses sœurs et frères.


Rayonnantes de joie et de félicité, les filles de Marie Reine Immaculée se sont approchées près de l’autel du Seigneur en ce jour de l’Épiphanie pour célébrer la vie de Marie Louise Elda Saint Louis « mère Monique de l’Ange gardien » qui s’était donnée durant toute sa vie sans restriction aux autres pour la gloire de son Dieu. Avec des chants de glorification, d’allégresse et de Magnificat, les filles de Marie Reine immaculée au début de la cérémonie religieuse ont remercié Dieu pour ce jubilé. « Avec cette célébration, nous sommes conscientes de notre charisme au sein de l’Église catholique en Haïti et nous demandons au Seigneur de nous rendre dociles à sa parole pour faire sa volonté en imitant les pas de mère Monique » a murmuré la sœur Jocelyne Pierre au début de l’Eucharistie animée par la chorale les enfants de Dieu de Sainte-Marie. Le célébrant principal monseigneur Ducange Sylvain a rappelé à l’assistance composée de religieuses de la congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny, des religieuses des Petits frères et sœurs de Sainte Thérèse de l’enfant jésus, des membres de la société civile, de parents et amis des FMRI que les FMRI sont une congrégation catholique pour les Haïtiennes ayant entendu l’appel du Christ pour marcher à sa suite. Il en a profité pour dresser la stature de mère Monique, une femme de foi qui a œuvré pour la promotion spirituelle et humaine de la femme haïtienne. « Mère Monique selon l’évêque réalisait des projets, mais, misait sa confiance en Dieu ».

Dans son homélie du jour, le père Philor a permis à l’assistance de méditer sur l’Évangile selon Saint Marc au chapitre 6 des versets 45 à 52. Père Philor a expliqué que Jésus était seul sur terre, mais pouvait voir que ses disciples se battaient contre le vent. Alors il se dirigea vers eux en marchant sur la mer. « N’ayez pas peur », a clamé le prêtre reprenant les paroles du Christ. « Faites-moi confiance même quand la mer est agitée. Malgré les vents et marées, malgré les vents contraires, vous fêtez aujourd’hui vos cinquante ans de fondation. Malgré les difficultés, à temps et à contre temps, Jésus s’est toujours révélé à vous et veut encore vous demander de mettre votre confiance en lui. » Après la récitation du credo, le symbole de Nicée, sœur Jeanne Hortense Beauzile dans la Prière universelle a prié pour l’Église et ses pasteurs, les chefs d’État, les affligés et les malades. Elle a surtout demandé à Dieu de garder dans sa fidélité les FMRI afin qu’elles continuent de témoigner pour Jésus le sauveur du monde à travers leurs actes et leurs vies. Sous le thème « Avec Marie notre mère, vivons notre engagement pour mieux témoigner le Christ ressuscité », cette célébration, eucharistique fut ponctuée de très beaux chants comme celui de la communion : « Marie, conduis-moi à Jésus dans la gloire du père ».

À l’issue de la messe, dans une même intention, parents et amis des FMRI se sont rendus au local de la congrégation pour partager le vin de l’amitié. Un somptueux buffet préparé par Festi Délices a réuni les convives. Le public a eu aussi le privilège d’assister à une partie culturelle. Les élèves du collège Marie Reine Immaculée à Lalue sous la direction du professeur Gélin Homère ont gratifié le public d’une représentation théâtrale autour de la vie de mère Monique née à Dame-Marie le 16 janvier 1916. il y avait dans le chronogramme des activités des prestations de danse, et une vente signature du livre : « Coup de cœur pour les femmes délaissées » de sœur Marie Euclide Antoine, un ouvrage qui rend un hommage posthume à la fondatrice de la congrégation. Le public a aussi visité un musée où sont exposés les entrelacs, les documents administratifs, les reliques et d’autres objets appartenant à mère Monique et à la cofondatrice sœur Marie Françoise Gibbs.

Pour sœur Marie Verlaine Cadet qui a plus de 45 ans dans la congrégation des FMRI : « Mère Monique était une religieuse généreuse, dynamique et joviale. Elle s’est donnée pour les pauvres et chacun avait du prix à ses yeux. Mère Monique répétait souvent que s’il y a pour deux il y en a aussi pour trois et quatre. Cela montre la valeur de son empathie et son sens de l’autre ». Pour sœur Marie Immacula Corrielus, supérieure de la congrégation « si mère Monique était vivante elle pourrait indubitablement se reconnaître et s’identifier à travers ses œuvres cinquante ans plus tard, car nous avons cheminé dans ses pas et garder allumé le flambeau qu’elle nous avait passé. Et aujourd’hui en fêtant ce jubilé je rends grâce à Dieu pour ses merveilles dans nos vies et pour lui dire merci pour toutes les écoles et les centres éducatifs que nous avons à Lalue, à Croix des Bouquets, à Lilavois, à Damassin, aux Coteaux, à Saut D'eau et Jérémie où nous offrons à la jeunesse haïtienne une éducation spirituelle, morale et intellectuelle ».

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4198]