S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le Valencia réclame la victoire sur tapis vert!

Le Valencia réclame la victoire sur tapis vert!









Programmé pour le dimanche 2 décembre 2018 au parc Gérard Christophe, pour le compte de la dernière journée du CHFP, le match entre le Valencia football club et le RFC n’a pas pu avoir lieu en raison d’une scène scandaleuse survenue au Parc. Face à cette situation délicate, la Commission organisatrice du championnat (COCHAFOP) a tranché, de manière très clémente pour plus d’un, et, le Valencia s’est opposé catégoriquement face à la décision dite demi-mesure, réclamant la victoire sur tapis vert en se basant sur le refus de jouer des lions.

La Commission d’organisation du Championnat haïtien de football professionnel a rendu public le verdict du match non joué entre le Valencia et le RFC. Cette décision transitoire en attendant celle de la Commission de discipline, a blâmé les deux équipes, demandant aux équipes de rejouer le match à huis clos sur un terrain neutre (Stade Sylvio Cator) à une nouvelle date qui sera programmée par la Commission de discipline. Face à cette décision, constatée trop clémente, le Valencia se positionne.

Après une réunion avec sa commission juridique, composée de Jean Danton Léger, Cleberson Jean Baptiste entre autres, le Valencia de Léôgane, par l’intermédiaire de son secrétaire général, Ricot Saintil, s’est déclaré complètement hostile à la décision de la COCHAFOP. Elle comporte une nullité absolue en raison de la forme et du fond qui sont mal présentés, ne respectant aucunement les méthodes requises pour un tel cas. De plus, il rejette le partage de responsabilité dans la décision, qui favorise le RFC malgré qu’il était clair que les Gonaïviens n’ont pas voulu disputer la rencontre, prétextant avoir été attaqués avec une substance chimique inconnue aux abords et à l’intérieur du parc, qui a entrainé l’incapacité de jouer. Le secrétaire du club Léogânais dément formellement les bagarres mentionnées dans la décision, tout en dénonçant le comportement audacieux du RFC, qui, car s’il s’agissait véritablement d’une substance provoquant démangeaisons et vertiges, pourquoi un nombre de joueurs défini en seraient victimes et pas tous les membres de la délégation, alors qu’ils étaient ensemble. C’est une pure invention, a-t-il déclaré.

Pour donner la position de l’Aigle vert, Ricot Saintil réclame la victoire sur tapis vert pour le Valencia, refusant catégoriquement de jouer sur un terrain neutre. Il demande à la COCHAFOP d’appliquer d’une façon stricte les règlements sans aucune responsabilité partagée, soit le Valencia est victime où il est coupable, tout en dénonçant fermement le RFC d’avoir refusé de jouer.

En revanche, le responsable de communication et marketing du Racing, Jhonny Ferdinand, n’écarte aucune possibilité de rejouer le match. Dit-il que son club est prêt à toute éventualité, car ils sont tous des guerriers. Cependant, il condamne la campagne médiatique du Valencia, qui qualifie de théâtre la situation désagréable qu’ont vécue les joueurs du RFC à Léôgane. Face à la décision, Jhonny Ferdinand affirme que le RFC n’est pas satisfait, que les sanctions sont inadéquates vis-à-vis des considérants. En attendant les réunions prévues pour une position définitive, le club a rencontré les joueurs en vue de leur remonter la morale, les préparer à toute éventualité, à leur inculquer l’esprit de combativité. Ce, pour contredire Valencia ayant argué que le RFC avait peur de la rencontre. En ne déclinant pas la possibilité de rejouer le match sur n’importe quel terrain, Jhonny Ferdinand s’est toutefois penché sur la Commission de la discipline qui doit être plus tranchante sans aucune demi-mesure dans la prochaine décision.

Tout compte fait, Le Valencia demande à la COCHAFOP de se rétracter complètement sur cette décision prise avec beaucoup de légèreté. Le club Léogânais ne compte pas rejouer le match. Tandis que la décision du RFC n’est pas définitive, mais appelle à l’application de dernière rigueur des règlements. Signalons que l’une d’entre ces équipes est vouée à une place dans l’enfer de la deuxième division. Seule l’issue du match déterminera quelle équipe qui accompagnera le FCPG et l’ASSE.

Jessica Jean



Articles connexes


Afficher plus [2137]