S'identifier Contact Avis
 
29.64° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Retour sur les faits marquants de l’année 2018 !

Retour sur les faits marquants de l’année 2018 !








L’année 2018 a été riche en activités sportives. Certains athlètes masculins, des équipes et fédérations ont été très actifs en Haïti et sur la scène internationale. Entre exploits, pertes et déception, retour sur les faits saillants de 2018.

Le football

À en croire la tendance, le football reste le sport roi du pays. Cette année, L’actualité de la Fédération haïtienne de football s’installait encore dans le quotidien des amants du sport tant par habitude que par son impact.

La deuxième partie de la saison du Championnat haïtien de football de première division a vu naître un nouveau mastodonte, Arcahaie football. Sortie de l’enfer de la deuxième division, l’équipe de la cité du Drapeau a émerveillé les mordus du ballon en se hissant jusqu’en final de la plus importante compétition de club du pays.

Avec Kenel Thomas sur le banc, des expérimentés tels que Venel Saint-Fort, Guerry Romondt, Samuel Desroches et consorts, cette formation a écrit son nom en lettre d’or et ne sera plus perçue comme un bleu si elle arrive à confirmer cette prouesse d’ici à la prochaine saison.

Sur le plan individuel, Wilde Donald Guerrier a été sacré meilleur étranger en Azerbaïdjan avec un titre de champion remporté par son équipe Karabag FK et une participation à la phase de groupe de l’Europa Ligue. Dans la Concacaf, Duckens Nazon qui compte cinq buts dans la Ligue des nations de la Concacaf est nominé parmi les dix attaquants pour décrocher une place dans le meilleur onze de la zone. Même cas de figure pour le sélectionneur Marc Collat, retenu parmi les techniciens.

Même si l’équipe haïtienne a réalisé une très bonne participation au plus bas niveau de la Ligue des nations de la Concacaf, cette performance n’a pas empêché les coéquipiers de Johny Placide de quitter le top 100 du classement de la FIFA. Avec 1219 points, les Grenadiers bouclent l’année à la 103e place, son plus mauvais classement de ces cinq dernières années.

Administrativement, la FHF n’a gagné que très peu de points. L’instance dirigée par Yves Jean Bart a été discréditée par plus d’un pour son contrat de droit de retransmission avec la chaine internationale Canal Plus. Le montant dudit contrat est de seulement 60,000 dollars américains sur un an pour les droits d’image, tandis que ces mêmes autorités gagnent unilatéralement environ 300,000 dollars américains pour la production de quelques matchs sur l’année, créant ainsi grogne dans la famille du football.

D’autre part, faut signaler la disparition tragique du légendaire footballeur et entraineur Rosemond Pierre. Ce dernier a été assassiné à l’Arcahaie au début du mois septembre alors qu’il tentait de rentrer à Port-au-Prince pour assister au match de la sélection haïtienne. Il n’était pas la seule perte du football, puisque l’ancien dirigeant du Violette AC, Jean Mary Fritz Henry dit Tatach, a rendu l’âme le 22 décembre dernier.

La sélection haïtienne de football amputée à la Coupe du monde

Le football amputé haïtien a illuminé le monde suite à sa participation à la quinzième édition de la Coupe du Monde du 27 octobre au 4 novembre, au Mexique. Même si les représentants d’Haïti ne sont pas arrivés jusqu’au titre, ils ont cumulé trois victoires consécutives et une participation en huitième de finale, une grande première pour une sélection haïtienne, toutes catégories confondues.

Le volleyball

La Fédération haïtienne de volleyball a été l’une des fédérations actives du pays. Elle est dirigée par Margareth Graham qui a obtenu un troisième mandat. Les différentes sélections haïtiennes ont participé avec plus ou moins de succès aux compétitions régionales. Ainsi, l’équipe haïtienne féminine composée de Carolina Richard et Rose Sabine Étienne a atteint la finale d’une compétition de volleyball à Aruba.

D’une participation aux jeux de Barranquilla en juillet, au déplacement de l’équipe senior du 10 au 15 août au tournoi caribéen à Suriname, les équipes haïtiennes ont pu obtenir une place dans la Caraïbe. Le dix-septième tournoi de la Cazova n’a pas pu échapper à la sélection haïtienne qui, sous la commande de l’entraineur Yves Larrieux, a joué contre Suriname, Trinidad et Barbade.

Le basketball

La Fédération haïtienne de Basketball a réalisé plusieurs formations pour les entraineurs, arbitres, des camps de détection dans plusieurs villes du pays. Du 24 au 29 juin, la FHB, par le biais de la sélection haïtienne, a pris part à l’Americup , une grande première pour le basketball absent depuis 37 ans sur la scène internationale.

Le basketball 3 contre 3 qui a participé à la Copa Hispanola en République dominicaine les 15 et 16 septembre est rentré avec le titre. Sur le plan individuel, deux jeunes Haïtiens ont été sélectionnés pour la dernière phase de la Digicel Jump star tenue à New York les 26 et 27 octobre.

Présence remarquable du président haïtien dans le sport

Le président haïtien n’a pas raté l’opportunité de montrer son dévouement envers les athlètes et équipes haïtiennes. Ainsi, le premier citoyen du pays a accueilli tour à tour au Palais national, la sélection haïtienne féminine des moins de vingt ans pour sa participation à la Coupe du monde, la sélection masculine pour son large succès 13-0 contre Saint Martin.

Par ailleurs, après avoir remporté le titre de l’US open aux dépens de Serena Williams, la star de tennis japonaise dont le père est originaire d’Haïti, Naomi Osaka, a visité Haïti au début du mois de novembre. Durant son séjour, elle a été nommée, par le président de la République, Jovenel Moïse, ambassadrice de bonne volonté pour la promotion du sport.

Kenson Désir



Articles connexes


Afficher plus [2212]