S'identifier Contact Avis
 
26.34° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La belle année des femmes!

La belle année des femmes!








2018 a été l’année faste des athlètes haïtiennes. Dans différentes disciplines sportives, les filles sont parvenues à s’imposer avec manière afin de faire flotter le bicolore haïtien à l’international. Des performances de haute volée avec notamment la qualification historique de la sélection haïtienne féminine des moins de vingt ans dans une Coupe du monde.


Avec la qualification historique de la sélection haïtienne féminine des moins de vingt ans pour la Coupe du monde 28 janvier 2018, l’année du sport féminin en Haïti s’annonçait belle et palpitante. Face au Canada, les Haïtiennes ont marqué l’histoire en s’offrant le billet pour le Mondial France 2018. Cette équipe, avant même d’aborder le Mondial, une grande première dans l’histoire du pays, a reçu des honneurs de toutes sortes. Les signes d’encouragement ont été immenses, des accueils et des promesses des autorités étatiques n’ont pas manqué. Arrivées au mondial en août dernier, les jeunes Grenadières n’ont certes pas validé leur billet pour le second tour de la compétition, mais ont conquis le monde entier à travers leur jeu et leur dévouement. Leur passage au Mondial est entaché d’un grand paradoxe, car, elles n’ont remporté le moindre match. Cependant, la détermination, le courage et le niveau de jeu produit ont prouvé à tous qu’elles auraient pu faire mieux, lors même qu’elles se mesuraient aux meilleures nations de cette catégorie.

Leur prestation a permis à nombreuses d’entre elles de convaincre des clubs étrangers. La perle haïtienne, Melchie Daëlle Dumornay, est la première à atteindre l’Olympique Lyonnais. Elle a réussi à obtenir une semaine d’essai en France où toute l’équipe du club lyonnais a acclamé son talent. Néanmoins, en raison de son jeune âge, elle ne peut pas encore parapher un contrat professionnel. Toujours est-il, Émeline Charles, la maîtresse de la défense haïtienne des moins de vingt ans Roseline Eloissant, Isenada Lebrun, Jonie Gabrielle et Phiseline Michel iront au Canada ce janvier pour un essai au club de l’As Blainville. Lors du Mondial, la star internationale de l’équipe haïtienne, Nérilia Mondésir, a marqué l’histoire du football haïtien, particulièrement le football féminin en devenant la première à terminer meilleure joueuse d’un match pour Haïti dans un Mondial et la première à inscrire trois buts pour une équipe haïtienne dans une Coupe du monde.

En outre, Haïti a manqué d’un cheveu l’occasion de faire d’une pierre deux coups. En effet, la sélection haïtienne des moins de 17 a frôlé le Mondial Uruguay 2018. Comble de réussite, Melchie Daëlle Dumornay vient de soulever le ballon d’Or de cette catégorie. La première Haïtienne à réussir cette prouesse. Quant à la sélection sénior, c’est en 2018 qu’elle est sortie de l’inertie. Après avoir passé deux ans dans l’inactivité, la sélection haïtienne sénior a disputé la première phase des éliminatoires de la Coupe du monde France 2019. Une sortie à laquelle seule leur prestation remarquable est à souligner, car elles ont consommé de très tôt leur élimination pour différence de buts. Elles n’ont pas perdu de match, cependant, ont fait match nul avec les Jamaïcaines qui les ont devancées en termes de différence de buts.

Les jeunes adolescentes des moins de quinze ans ont contribué à la glorieuse année des femmes. Elles ont participé dans la troisième édition du Championnat de la Concacaf, organisé à Bradenton. Elles ont conservé leur place dans l’élite de cette catégorie. Dans la foulée, elles ont obtenu deux convaincantes victoires, elles ont battu le Porto-Rico par 5 buts à 2, et ont passé à l’Irlande du Nord une sacrée manita, 5-0. ce qui leur a valu la quatrième place dans la compétition.

Vanessa Clerveaux médaillée en athlétisme

À la 23e édition des Jeux Centraméricains et des Caraïbes, (Jeux Barranquilla), déroulée à Colombie, Haïti était représentée dans plusieurs disciplines. Dans l’athlétisme, les femmes ont été trois, Jessica Geliber en 400 mètres haies, Mirlène Jean en 100 mètres haies, et Vanessa Clerveaux. Cette dernière qui participait pour la première fois dans une compétition internationale pour Haïti a ramené une médaille d’argent au pays en 100 mètres haies. L’athlète de 24 ans a crevé l’écran avant de décrocher la médaille avec son record personnel, 13 secondes 05 centièmes.

Au niveau de Taekwondo, la Fédération haïtienne n’avait pas fort à faire pour apporter deux médailles d’or à Haïti par l’intermédiaire de Cheyenne Lewis. La jeune fille a réussi à s’imposer dans deux tournois différents. Au Panam Open et au G1 Open, Cheyenne Lewis a étrillé tous ses concurrents pour s’offrir ses médailles. Notons qu’elle a terminé meilleure athlète féminine dans le Panam Open. Des palmarès qui illustrent l’année de gloire des athlètes féminines.

Gabrielle Amato, première athlète haïtienne médaillée en aviron

Âgée seulement de 16 ans, Gabrielle Amato, pratique l’aviron depuis environ 5 ans. Cependant, c’est en 2018, novembre précisément, qu’elle a réussi à sortir du lot pour s’offrir sa toute première médaille, la première aussi à Haïti. Cette médaille d’argent, elle l’a glanée dans une compétition internationale qui a réuni les meilleures équipes de l’Amérique centrale et des Caraïbes, déroulée au Guatemala.

Comment ne pas mentionner la performance de Solaïda Pierre, volleyeuse passionnée de l’As Tigresses. La sacrée marqueuse n’a pas brillé au niveau international, mais a tout de même été déterminante dans les deux sacres de la saison de l’AS Tigresses, LBVRO et le Championnat national. Tout comme Graziella Chéry, elle a joué un rôle prépondérant dans le dispositif des Jaune et noir.

En football, les Tigresses ont aussi remporté la première édition de la Coupe du Parlement, leur sixième titre national consécutif, grâce à la maestria, Melchie Daëlle Dumornay, auteure d’un quintuplé en final.

Somme toute, l’année 2018 est l’une des plus prospères de l’histoire des athlètes haïtiennes. Elles ont allumé un projecteur mondial à leur égard. Particulièrement avec le football, les Grenadières ont réussi à conquérir tout un public grâce à leur talent. Si la société ruminait un certain égo à l’égard des sportives, en 2018, les filles ont été jugées à leur juste valeur.

Signalons que deux filles haïtiennes sont nominées pour la Concacaf awards, Melchie Daëlle Dumornay dit Corventina dans la catégorie meilleure joueuse, et Kerly Théus pour le titre de la meilleure gardienne.

Jessica Jean



Articles connexes


Afficher plus [2289]