S'identifier Contact Avis
 
29.14° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Réouverture : les femmes à l’honneur !

Réouverture : les femmes à l’honneur !








Depuis la série d’ouverture de la saison 2017, la Commission nationale des arbitres (CONA) a adopté une méthode particulière en laissant les femmes diriger les premières journées. Compte tenu du succès de cette formule, la CONA la réitère cette saison en mettant huit femmes à l’honneur pour arbitrer les rencontres de la première journée du Championnat haïtien de football professionnel programmé pour le 2 mars à venir à travers tout le territoire national.

Fin des vacances ! Le temps est au travail. L’occasion se présente pour les joueurs qui n’avaient pas réalisé l’essentiel la saison écoulée d’améliorer leur performance, et de viser le sommet. C’est aussi valable pour les organisateurs, de repenser l’organisation afin d’offrir mieux aux mordus du ballon rond, mais aussi d’encourager les joueurs, qui se sacrifient pour garder en vie le football en Haïti. Parmi les acteurs qui s’apprêtent à apporter une nouveauté cette saison figure la CONA, la Commission nationale des arbitres, dirigée par Rosnick Grant.

Depuis 2010, la CONA a initié les femmes dans le domaine de l’arbitrage en Haïti. Avec les efforts consentis, et beaucoup de patience, les femmes allaient atteindre le niveau requis pour siffler le haut niveau en 2017. Depuis, la Commission n’a pas tardé à lancer les femmes à cette échelle, et, elles ont sifflé la première journée de la série d’ouverture du CHFP de la saison 2017. Une décision que le président de la commission, Rosnick Grant n’a pas regrettée car elle a été un succès au niveau technique malgré qu’elle n’ait pas fait l’unanimité. Cette saison, pour la cinquième fois consécutive, les femmes seront à l’honneur pour diriger les huit rencontres de la première journée du CHFP. Parmi lesquelles, deux feront leurs premières armes en première division. Youdeline Jean Jules et Béatrice Faustin sont les arbitres au bénéfice de 7 à 8 ans d’expérience dans le domaine, mais seront à leur grande première en D1, car elles sifflaient en division inférieure, et étaient à plus de 20 matches en D3 et D2.

Cette nouvelle saison s’annonce tellement passionnante, et la première journée peut l’illustrer. Les rencontres sont les une plus attirantes que les autres. Et la touche féminine qu’elle aura laisse présager de bons spectacles. En guise de programmation, Joanne Monestime, dirigera la rencontre entre l’AS Cavaly et le finaliste de l’édition écoulée, l’Arcahaie. Elle sera assistée d’Adriano St Jean, de Carlo Jules et de Danielle Charlemagne. À Ouanaminthe, c’est Ronide Henrius qui sera à l’honneur, assistée de Jean Marc Moreau, de Carl Henry Élie et d’Ebernise Louis pour officier le match de l’OFC face au Real Hope academy. Au centre sportif Morne Blanc, Sandra Mondestin dirigera les Lions (RFC) qui se mesureront à l’America. Elle sera épaulée par Frantz Dérosier, Evens Thelusma et Julie Benoît. Toutes, des habituées à ce niveau, capables de réagir aux pressions qui pourraient surgir. Néanmoins, Béatrice Faustin est une jeune fille qui officiera à sa première rencontre en D1. Elle aura la lourde responsabilité de siffler au parc Bayas à Mirebalais entre l’ASM et le promu Triomphe. Elle aura toutefois l’appui de Marcus Florestal, Denise Riché et Maxonn Alcé au niveau de l’assistance sur les lignes.

Par ailleurs, Falonne Dieurisma, initialement programmée au Cap- Haïtien, permutera avec Judith Ambroise. En effet, Falonne dirigera le tempête-Racing club Haïtien au parc Levelt de St Marc. Tandis que Judith sifflera au parc Saint-Victor, le match qui mettra aux prises l’ASC et Baltimore. À Port-au-Prince, une belle affiche est programmée au stade Sylvio Cator entre le promu VAC et le Cosmopolites, et, c’est Anne Marie Joseph qui aura l’autorité sur ce terrain pendant les 90 minutes. Tandis qu’à Pétion-ville ce sera la grande première de Youdeline Jean Jules.

Cette jeune fille de 23 ans aura le sifflet sur le terrain du parc Sainte- Thérèse pour le choc au sommet entre les champions en titre et le FICA. Une affiche qui n’impressionne pas l’originaire de Saint Marc qui croit être à la hauteur. « C’est le premier match auquel j’aurai le sifflet en D1, mais j’ai l’habitude d’être assistante à ce niveau, si on m’a désignée, c’est parce qu’on estime que je suis à la hauteur de la tâche. Je continuerai comme je l’ai toujours fait en D2 et D3, mais avec plus de sérénité et professionnalisme en appliquant au juste les règles au moment opportun”, a martelé la jeune femme qui ne voit rien d’extraordinaire à siffler un choc. « C’est un match comme tous les autres, je vais me concentrer afin d’aborder le match comme il faut », a t’elle ajouté. Youdeline Jean Jules a vu le jour le 26 septembre 1995, à Saint Marc. Elle a reçu la formation en arbitrage depuis l’âge de 15 ans, mais elle ne l’a pas pratiqué, en raison de sa passion plus marquée pour le football. Mais depuis le 20 janvier 2018, elle est active et officie des matchs de division inférieure jusqu’à sa désignation pour officier son tout premier match en première division.

Interrogée sur le choix de la CONA de programmer que des femmes pour la première journée, Youdeline a éprouvé de la satisfaction et de l’honneur et a saisi l’occasion pour remercier le président pour la confiance qu’il place en elle et sa volonté de mettre les femmes au même niveau que les hommes. Elle promet de faire mieux qu’avant afin de garder son niveau toujours apprécié.

Notons que malgré les énormes efforts consentis, l’idée que les femmes dirigent les matchs de première division ne fait toujours pas l’unanimité dans le monde, notamment en Haïti. Chaque fois, les décisions sont toujours contestées, suscitant de l’animosité. Cependant cela n’empêche guère aux femmes de progresser et viser le sommet dans l’arbitrage mondial.

Jessica Jean



Articles connexes


Afficher plus [2270]