S'identifier Contact Avis
 
29.35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’activité sportive régulière, une arme efficace contre la sédentarité !

L’activité sportive régulière, une arme efficace contre la sédentarité !








Environ 30% des pathologies cardiovasculaires et 27% des cas de diabète dans le monde découleraient de la sédentaritéselon l’Organisation mondiale de la santé. Une réalité plutôt alarmante. La sédentarité est désormais un stimulateur de la survenue des maladies non transmissibles (MNT) dont les coûtspèsent beaucoup dans les dépenses sanitaires aujourd’hui. Pourtant, la pratique d’une activité physique ou sportive de 2 à 3 fois par semaine, la marche, les travaux de ménages, le culturisme et la danse peuvent être efficaces contre cette menace.

Activité physique faible ou nulle de la personne où la dépenseénergétique est proche de zéro tend àdécrire une pratique sédentaire. En 2008, près de 31% des personnes âgées de 15 ans et plus manquent d’activités physiques et près de 3,2 millions de décèsdans le monde chaque année seraient attribuables au manque d’activitésphysiques.

L’OMS définit l’activité physique comme tout mouvement des muscles squelettiques responsable d’une augmentation de la dépenseénergétique. Par là, toute personne ne dépensant pas plus de 1,6 ME par jour est ditesédentaire et est donc exposée aux pathologies y relatives.

Ainsi, le duel sédentarité versus activité sportive est au centre des débats. L’apport calorique quotidien chez un haïtienéquivaut à 460 kilocalories et le pourcentage des Haïtiens qui pratiqueraient une activitésportive chaque jour avoisine les 51% contre moins de 40% dans les pays développés ou en voie de développement. Ceci attire l’attention sur la nécessité quotidienne d’éduquer, de sensibiliser la population sur ses habitudes de vie malgré la coexistence de la gravité de la malnutrition qui enfonce le clou.

Le rapport entre l’apport énergétiquejournalier et la dépense nous aideà comprendre les complications induites par un étatsédentaire. Pour le Dr Rodolphe Paul,spécialiste en maladies métaboliques, il faut inévitablement prendre en compte l’indice de masse corporelle de la personne en question. Une personne obèse et une autre avec un poids normal ne sont pas amenées à dépenser la même quantité de calories, cependant, Il est clair que c’est nécessaire d’assurer l’équilibre dans l’organisme et ainsi faire fi de l’étatsédentaire et des conséquencesassociées.

Les plus prévalents des déficitscausés par la sédentarité sont ainsi répertoriés : maladies cardio-vasculaires, diabètes, obésité, cancer du côlon, hypertension artérielle, ostéoporose, troubles lipidiques, la dépression et l’anxiété ; et les causes les plusincriminéesà favoriser la sédentarité dans le monde sont l’inactivité, les mauvaises habitudes alimentaires, le manque d’éducation sportive et en revanche la pratique d’une activitéphysique ou sportive de 2 à 3 fois par semaine, la marche, les travaux de ménages, le culturisme et la danse sont des alternatives pouvant créer cet état d’équilibre .

L’EMMUS VI reconnait dans ses lignes que les maladies non transmissibles sont très impliquées dans le taux de mortalité par année en Haïti et l’OMS rapporte que 15 millions de personnes entre 30 et 69 ans décèdent d’une maladie non transmissible chaque année et celles conditionnées par le manque d’activitéphysique ne sont pas négligeables.

Dans sa politique nationale de santé, le MSSPP intègre ces maladies dans le rang des priorités, quitte à croire en le rêve du dynamisme de cette institution qui en souffre trop depuis belle lurette.

Il convient alors de comprendre la sédentaritétant dans sa définition classique que dans ses conséquences et surtout dans une voie de prévention tant individuelle que collective, qui passerait par une attitude responsable de chaque citoyen et de l’implication des sociétés savantes du pays, des médias, des entreprises et surtout des décideurs politiques.

Si la sédentarité feint de procurer une certaine aise, les conséquences qui en découlentdérangent a plusieurs niveaux, tant dans la vie en collectivité que dans une perspective personnelle.

Charlemagne B. Charlorin



Articles connexes


Afficher plus [2338]