S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Sport et croissance staturale, des liens indéniables

Sport et croissance staturale, des liens indéniables



La pratique du sport influencerait la croissance staturale chez l’enfant selon certains observateurs. Cette croissance qui est fidèle à divers paramètres dont la génétique et l’environnement serait influencée aussi par la pratique d’un sport ou le statut sportif du jeune enfant ou de l’adolescent. Ancré dans son souci d’équilibre, l’excès de la pratique de certaines activités sportives aurait des conséquences néfastes sur l’organisme et sur la croissance et en revanche, l’alternance ou encore l’adaptation d’un sport pendant l’enfance serait idéale. Ce qui résume que l’éducation sportive de l’enfant contribuerait efficacement à la croissance staturale associée aux autres facteurs.

La croissance staturale peut se définir par le rapport de la taille de l’enfant à son poids et serait séquencée en trois étapes. De la naissance jusqu’à 4 ans, on note la croissance rapide de l’enfant, de 4 ans à la puberté on a une phase plutôt linéaire où l’enfant gagne en moyenne 5 cm par an et la phase accélérative à la puberté. La génétique, la nutrition, le système hormonal et l’environnement sont les principaux facteurs déterminant la croissance staturo-pondérale chez l’homme.

Si le poids de l’enfant définissait sa taille idéale en envisageant un indice de masse corporelle acceptable, la pratique d’un sport menant à perdre du poids serait-elle négligeable ? Le sport ou les activités sportives ont des effets bénéfiques sur le corps humain. Si ces pratiques influencent la croissance des os, une inactivité physique diminue l’élasticité des muscles et des tendons qui sont d’emblée impliqués dans la croissance staturale.

Selon une étude réalisée à l’Université de Lausanne en Suisse par Martial Sauguy, certains sportifs feraient usage de l’hormone de croissance synthétique pour aiguiser leur performance, ce qui entraine des conséquences néfastes. Cette attitude des sportifs a permis aux scientifiques de découvrir cette propriété de dopant de la principale hormone de croissance chez l’homme quoique sous sa forme synthétique. Notons aussi que certaines fédérations sportives exigent une limite de taille, ce qui pourrait expliquer certains aspects de la prise des produits dopants.

Nous devons surtout partir d’un pied à comprendre les enjeux de la croissance de l’enfant pour ainsi embrasser les enjeux de la question. Dans une publication sur son site internet personnel, le Dr Michel Binder, spécialiste en médecine du sport de l’enfant et de l’adolescent, entrevoit cinq grandes considérations dans le sport de l’enfant qui pourrait retentir sur sa croissance. La première considération du Dr Binder voit l’enfant comme un organisme en constante évolution psychomotrice et préconise l’adaptation de chaque niveau d’activité au degré du développement psychomoteur de l’enfant. Ceci renvoie illico à l’éducation sportive de l’enfant. Le spécialiste a aussi considéré que les besoins énergétiques chez l’enfant par rapport à l’adulte sont accrus et les voies de mobilisations énergétiques sont différentes. Par-là, le pédiatre français interdirait le surentrainement de l’enfant qui va entraver directement la croissance staturale en diminuant la vitesse de croissance ; de laquelle découlera un retard de croissance atteignant -2 à -3 déviations standards.

Le sport et la croissance staturale sont indéniablement liés et l’activité sportive des enfants doit être sous l’obédience stricte des spécialistes du sport et soumise à des consultations pédiatriques.

B. Charlemagne CHARLORIN




Articles connexes


Afficher plus [2416]