S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Faites du sport, mais évitez l’excès !

Faites du sport, mais évitez l’excès !



Le sport ou l’activité physique est désormais sous les projecteurs, les manifestations scientifiques n’ont pas manqué d’en faire la promotion. Partant de l’importance du sport dans le quotidien de l’homme, les modalités, les bénéfices, les chiffres et les conséquences de la non adhésion, nous devons considérer au même titre cet aspect plutôt incontournable de la question, l’excès.

Il peut paraitre paradoxal, mais c’est un débat qui a toute sa place. Ne pas pratiquer une activité physique nous prédispose à des pathologies chroniques qui autrement pourraient être évitées ou combattues, mais l’excès n’est pas sans préjudice.

Des principes biologiques de base reconnaissent que l’excès en tout nuit. Il convient de faire le point sur les limites, les signes qui l’indiquent, les manifestations de cet abus de pratique et du coup apporter certains conseils qui viseront plus à éduquer et prévenir les dégâts relatifs à l’excès de pratique du sport ou d’une activité physique.

La pratique d’une activité physique est soumise à certaines conditions physiologiques, si des situations constituent des contre-indications, d’autres ne font que catégoriser les gens par rapport à leurs limites. Ainsi, quelqu’un qui vit avec une pathologie cardiaque ou une atteinte du système respiratoire n’a pas les mêmes limites que ceux qui sont pleinement en bonne santé. Puisque l’activité physique met en branle le système locomoteur, le système respiratoire et le système circulatoire, des dépenses énergétiques seront occasionnées et l’effort amènera à un certain degré de saturation où il faudra s’arrêter, mais d’autres répercussions dans un registre plus inquiétant sont à noter.

Le psychologue Bertrand Guerineau, dans une entrevue avec Anais Thiebaux, a usé des termes bigorexie, anorexie inversée, anorexie athlétique pour caractériser des troubles alimentaires comportementaux liés au sport. Il entrevoit la bigorexie comme une recherche perpétuelle d’un corps parfait par le sport, il devient une obsession. Elle est souvent liée à l’anorexie inversée qui est définie par une alimentation exclusivement au service de la masse musculaire et l’anorexie athlétique qui touche majoritairement les femmes et se caractérise par la volonté obsessionnelle de maintenir un poids maigre. La sémiologie signe la gravité de la question quand elle est repérée plutôt par le profil psychologique et l’état mental que par la courbe de poids.

Il faut du repos au sportif, sinon le corps se fatigue, il est indispensable de lui accorder un temps de récupération. A vouloir aller trop vite, on s’expose à des accidents et il ne faut pas négliger que 17 % des accidents de la vie courante sont des accidents sportifs. L’addiction est aussi à éviter, car dans le temps cela devient pathologique.

En pratiquant du sport, il serait idéal de reconnaitre quand il faut arrêter. Être attentif à sa respiration à son rythme cardiaque et à la force de ses membres est une bonne astuce. Considérer son âge, ses tares et ses référentiels physiologiques est aussi une bonne mesure.

La recherche de résultats rapides, des troubles de la personnalité, la discrimination et la phobie des répercussions de l’obésité pourraient expliquer ces excès dans les pratiques d’activités sportives ou physiques.

À côté des accidents de sport, la sédentarité est largement plus prévalente. Éviter l’excès ne doit aucunement être un prétexte pour abandonner et adopter une vie sédentaire qui est un conditionnement à un pauvre état de santé.

B. Charlemagne CHARLORIN




Articles connexes


Afficher plus [2420]